CONTACT COMMUNICATION ET PRESSE

Nicolas Wittwer
nicolas@cityclubpully.ch
+ 41 79 291 88 75

Julien Winkelmann
julien@cityclubpully.ch
+ 41 79 730 81 13
Augustine
d'Alice Winocour
en mai en Suisse romande
Visions de presse
Jeudi 18 avril à 13h30 au Cinéma Capitole (Lausanne)
Mardi 23 avril à 11h30 aux Cinémas du Grütli (Genève)
En mai, Augustine d'Alice Winocour, plébiscité par la critique française, sort au Cinéma CityClub et aux Cinémas du Grütli, après une avant-première à la Cinémathèque suisse le jeudi 2 mai à 20h30. Alice Winocour sera présente à Lausanne, Genève et Pully pour présenter son film au public romand. La sortie d'Augustine permet au Cinéma CityClub et aux Cinémas du Grütli de collaborer une nouvelle fois activement pour mettre en avant un film important resté sans distributeur suisse.
Une vision de presse du film est organisée au Cinéma Capitole (Lausanne), le jeudi 18 avril à 13h30, et aux Cinémas du Grütli, le mardi 23 avril à 11h30.

  
 
 
               Augustine I Inédit en Suisse
De Alice Winocour
Avec Vincent Lindon, Stéphanie Sokolinski, Chiara Mastroianni
Fiction, France, 2012, 102’, v.o. fr., 16/16


Paris, hiver 1885. A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le professeur Charcot étudie une maladie mystérieuse : l’hystérie. Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de ses démonstrations d’hypnose. D’objet d’étude, elle deviendra peu à peu objet de désir.
Festival de Cannes 2012, Semaine de la Critique

> Bande-annonce
> Télécharger le dossier de presse
 

Avant-première à la Cinémathèque suisse (Capitole), jeudi 2 mai à 20h30
En présence d'Alice Winocour

Du vendredi 3 mai au vendredi 31 mai au Cinéma CityClub
Vendredi 3 mai en présence d'Alice Winocour et de plusieurs invités spécialistes

Dès le lundi 6 mai aux Cinémas du Grütli
Lundi 6 mai: débat en présence d'Alice Winocour et de plusieurs invités spécialistes

Dès la fin du mois de mai au Centre culturel ABC


Autant dire que pour son premier film, Alice Winocour prend beaucoup de libertés et fait preuve – comme son héroïne et comme son actrice – d’une belle détermination.
CAHIERS DU CINÉMA

Ce charme empoisonné, Alice Winocour le restitue dans la trame intimiste d’une reconstitution hantée qui ne cherche pas inutilement à exagérer le théâtre de la cruauté de la folie douce dont la Salpêtrière aurait été le décor. L’hôpital est montré comme une château romantique noyé dans la brume, une maison Usher de la maladie mentale quelques heures avant l’écroulement final. Vincent Lindon joue Carchot comme on marmonne à l’envers des vérités qui ne demandant qu’à être démenties, et Soko est une Augustine ressentie au plus près d’un tempérament imprévisible, tour à tour introverti et explosif.
LIBÉRATION

Sur la stricte question de la représentation du corps possédé, Winocour fait mieux que trois cinéastes pourtant expérimentés: David Cronenberg (A Dangerous Method), Abdellatif Kechiche (La Vénus Noire), Darren Aronovsky (Black Swan). Epoustouflante Soko.
LES INROCKUPTIBLES

Mais bon sang, quelle personnalité! À la fois gothique et moderne, le film annonce la naissance d'une nouvelle cinéaste, Alice Winocour. Magistral.
L'EXPRESS

Alice Winocour fait preuve d'une étonnante maîtrise pour son premier long métrage. En laissant Soko et Vincent Lindon, excellents, installer des personnages ambigus, l'intrigue se noue, l'air de rien, en puissant drame. Une histoire d'amour physique où chaque geste thérapeutique peut être vu comme un acte sexuel. Une histoire de pouvoir aussi que l'une va progressivement prendre quand l'autre va totalement le perdre. L'histoire d'une déchéance, donc, et d'une belle naissance.
LE CANARD ENCHAÎNÉ

Porté par deux acteurs époustouflants et complémentaires, réalisé au cordeau par une femme née pour le cinéma, Augustine est un film à la fois clinique, spectaculaire et hypnotisant.
LE NOUVEL OBSERVATEUR

À la fièvre expérimentale de Charcot, magnifiquement rendue par la concentration sourde de Vincent Lindon, répond le discours instinctif plein de fureur des convulsions d’Augustine. Sans effet démonstratif, Augustine réussit là où Vénus noire d’Abdellatif Kechiche avait échoué : il montre la réduction d’êtres humains à des phénomènes d’études, mais dans un contexte plus large et plus vivant. Sans didactisme, Augustine ouvre beaucoup de portes sur des couloirs secrets, des chambres noires, le théâtre des corps, les coulisses de la science.
LE FIGARO
 
 
PROGRAMME COMPLET SUR
WWW.CITYCLUBPULLY.CH
Si le mail ne s'affiche pas correctement : cliquer ici.