novembre   


films du mois

In Art we trust

De Benoît Rossel
Doc., Suisse, France, 2017, 1h25, en français et anglais avec s-t fr., 16/16

Le film fait le portrait, avec une grande bienveillance et une pointe d’ironie, d’un métier mystérieux, aussi souvent sacralisé par les uns que dénigré et considéré comme une imposture par les autres. En questionnant les ambitions, les doutes, les stratégies, les compromis, les vaches maigres et les années fastes d’artistes particuliers mais emblématiques de l’ensemble d’une profession, In Art we trust décrit la réalité d'un travail souvent solitaires et singulier et raconte le parcours d’un artiste aujourd’hui, de ses débuts à la fin de sa vie professionnelle.
C’est une allégorie vivante, ludique et émouvante sur la figure de l’artiste dans la société contemporaine.
Le portrait touchant de quinze plasticiens qui se confient sur leurs parcours par le réalisateur du film Le Théâtre des opérations, où le cinéaste nous plongeait dans l’univers des hôpitaux et des blocs opératoires.
Journées de Soleure 2017, Sélection / CPH:DOX 2018, Sélection / FIFA Festival International des Films sur l’ART, Sélection

BIO Réalisateur
Benoît Rossel est un réalisateur franco-Suisse né à La Garenne-Colombes (France) en 1969. Il a étudié l’art à l’École Cantonale d’Art de Lausanne (ECAL) et y est devenu professeur en 1997 au Département communication visuelle. Il a réalisé son premier film en 2001, Les frères Bouroullec. En 2007, son cinquième film, Le Théâtre des opérations suivait un apprenti chirurgien dans un hôpital universitaire.

SOIRéE SPéCIALE
Avant-première en présence du cinéaste et de l'artiste Luc Andrié, jeudi 1er novembre à 20h.


Rencontre cinéma

In Art we trust: avant-première

Après Le Théâtre des opérations, le cinéaste suisse Benoît Rossel décrit dans In Art we trust une nouvelle profession: celle des artistes plasticiens, tantôt sacralisée tantôt moquée. Un portrait bienveillant et parfois ironique sélectionné à Soleure et Visions du Réel, que le cinéaste vient présenter, accompagné de l’artiste Luc Andrié.

Benoît rossel
Benoît Rossel est un réalisateur franco-suisse né à La Garenne-Colombes (France) en 1969. Il a étudié l’art à l’École Cantonale d’Art de Lausanne (ECAL) et y est devenu professeur en 1997 au Département communication visuelle. Il a réalisé son premier film en 2001, Les frères Bouroullec. En 2007, son cinquième film, Le Théâtre des opérations suivait un apprenti chirurgien dans un hôpital universitaire.

luc andrié
Luc Andrié, né à Pretoria en 1954, est un artiste contemporain suisse. Travaillant essentiellement la peinture, Luc Andrié a également réalisé des vidéos d’art, objets et installations. Il a exposé son travail en Suisse, France ou en Mozambique. Luc Andrié est également professeur à l'École Cantonale d'Art de Lausanne.

À l'affiche en novembre
> Toutes les projections d'In Art we trust

INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection suivie d'une discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)


Ciné-seniors

Une année polaire

de Samuel Collardey
Fiction, France, 2018, 1h34, v.o. s-t fr., 8/10

Pour son premier poste d’instituteur, Anders choisit l’aventure et les grands espaces: il part enseigner au Groenland, à Tiniteqilaaq, un hameau inuit de 80 habitants. Dans ce village isolé du reste du monde, la vie est rude, plus rude que ce qu’Anders imaginait. Pour s’intégrer, loin des repères de son Danemark natal, il va devoir apprendre à connaître cette communauté et ses coutumes.
«Sans affabulation, ce film a la vitalité d'une fable. La réalité engendre la poésie; les mythes se concrétisent. Entre documentaire et fiction, l'équilibre des genres est atteint. Une année polaire exprime un amour survolant l'étendue sauvage; mélancolique et blanche» (Positif).

Ciné-seniors
Un vendredi par mois, une séance spéciale organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.

INFOS PRATIQUES
Portes: 14h
Tarif: 10.- (collation comprise)


films du mois

Libre

De Michel Toesca
Documentaire, France, 2018, 1h40, en français, 8/14

La Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des exilés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir. De leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile. Mais en agissant ainsi, il est considéré́ hors la loi… Michel Toesca, ami de longue date de Cédric et habitant aussi de la Roya, l’a suivi durant trois ans. Témoin concerné et sensibilisé, caméra en main, il a participé et filmé au jour le jour cette résistance citoyenne. Ce film est l’histoire du combat de Cédric et de tant d’autres.
«J’ai eu à cœur de filmer Cédric dans ce qu’il a de plus ordinaire et extraordinaire. Je pense que filmer l’ordinaire permet de prendre la mesure de l’acte héroïque. Sa position politique est simple: il y a un problème là où je vis, je tente de le résoudre en réagissant avec bon sens. Son action, nos actions sont ancrées dans nos vies et dans ce territoire face à une administration qui aborde la question de façon globale et inappropriée. Libre est un acte de création et de résistance» (Michel Toesca).
Cannes 2018, Sélection officielle et Mention spéciale du Jury de l’Œil d’Or / FIFDH 2018, Sélection

BIO Réalisateur
Michel Toesca est né à Nice en 1960. Il découvre le cinéma à l’âge de 14 ans en participant au tournage et au montage d’un court-métrage de son cousin, le photographe Jean Louis Martinetti.
Fasciné par le langage cinématographique, il emprunte la caméra double 8 de son père et commence à tourner et monter ses premiers films. Il s’installe à Paris en 1978, y commence une école de cinéma qu’il quitte en cours de deuxième année pour tourner et produire ses films tout en travaillant comme assistant puis réalisateur. Il apprend la prise de son et d’image pour être le plus autonome possible dans sa démarche de cinéaste. En 2008, il décide de vivre à Saorge dans la vallée de la Roya et continue à produire et tourner ses films de façon de plus en plus indépendante.

Soirée spéciale
Mercredi 7 novembre à 20h, en présence de Cédric Herrou.


Rencontre cinéma

Rencontre avec Yann Gonzalez

Pour la troisième fois, le génial cinéaste français vient au CityClub! Après être venu présenter son premier film, Les Rencontres d’après minuit, en 2013 et ses courts-métrages en 2015, Yann Gonzalez vient présenter son deuxième long, Un Couteau dans le cœur, en compétition à Cannes. Un film lyrique, galvanisant et audacieux à l’affiche tout le mois de novembre.
YANN GONZALEZ
Yann Gonzalez est né en 1977 à Nice. Journaliste de formation, il devient critique de cinéma, puis réalise six courts-métrages entre 2006 et 2012. Il réalise en 2012 son premier long-métrage, Les Rencontres d’après minuit, présenté à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes. Une ode rêveuse au cinéma de genre. Yann Gonzalez s’entoure souvent des mêmes comédiens, à commencer par Kate Moran, Salvatore Viviano, Pierre-Vincent Chapus et Nicolas Maury et collabore également régulièrement pour la musique de ses films avec M83, groupe dont son frère est le leader et fondateur. Grand cinéphile, passionné de cinéma bis et des gialli italiens, Yann Gonzalez crée un cinéma onirique et lyrique, réinventant le cinéma de genre. Son deuxième long-métrage, Un Couteau dans le cœur, est en compétition au Festival de Cannes.

À L'AFFICHE EN NOVEMBRE
> Toutes les projections d'Un Couteau dans le cœur


films du mois

Un Couteau dans le cœur

De Yann Gonzalez
Fiction, France, Suisse, Mexique, 2018, 1h42, en français, 16/16

Paris, été 1979. Anne est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie…
En compétition internationale à Cannes, Un Couteau dans le cœur est un film brillant, qui clame son amour du cinéma de genre et d’un cinéma qui rêve, qui ose, et qui fait rêver. Exaltant et sublime, comme ses précédents films – Les Rencontres d’après minuit et ses courts, tous montrés au CityClub en présence du cinéaste français.
«Tour à tour mélo bouleversant, slasher baroque ou comédie bouffonne, un film audacieux, transformiste et fantasque, nourri par le cinéma mais hanté par la vie» (Les Inrockuptibles).
«Saturé d’images mentales, de couleurs pop, de néons artificiels, de scènes de club électrisantes. C’est le film d’un réalisateur qui place le sentiment haut et est mû par une croyance indéfectible dans le cinéma et ses sortilèges» (La Septième Obsession).
Cannes 2018, Compétition internationale / Prix Jean Vigo 2018 / Sitges 2018, Compétition / Reykjavik, Prix du meilleur film / GIFF 2018, Film d’ouverture

AVEC
Vanessa Paradis, Nicolas Maury, Kate Moran

BIO RéALISATEUR
Yann Gonzalez est né en 1977 à Nice. Journaliste de formation, il devient critique de cinéma, puis réalise six courts-métrages entre 2006 et 2012. Il réalise en 2012 son premier long-métrage, Les Rencontres d’après minuit, présenté à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes.
Yann Gonzalez s’entoure souvent des mêmes comédiens, à commencer par Kate Moran, Salvatore Viviano, Pierre-Vincent Chapus et Nicolas Maury et collabore également régulièrement pour la musique de ses films avec M83, groupe dont son frère est le leader et fondateur. Grand cinéphile, passionné de cinéma bis et des gialli italiens, Yann Gonzalez crée un cinéma onirique et lyrique, réinventant le cinéma de genre. Son deuxième long-métrage, Un Couteau dans le cœur, est en compétition au Festival de Cannes.

EN PRéSENCE DU CINéASTE
Avant-première en présence de Yann Gonzalez, le samedi 3 novembre à 20h.


Le P'tit CityClub - Dès 10 ans

My Girl

De Howard Zieff
Fiction, Etats-Unis, 1991, 1h42, en français, 10/10 ans

Été 1972. Vada est une petite fille brillante et dynamique qui aime grimper aux arbres, faire des balades à vélo et aller à la pêche avec son copain Thomas. Mais Vada a un problème avec la mort. Il faut dire que sa mère est décédée en la mettant au monde et que, depuis, son père ne semble s'intéresser qu'à son métier: les pompes funèbres.
Une comédie dramatique, faussement naïve, qui a marqué toute une génération, sur une jeune fille hypocondriaque, qui va tourner la page de l'enfance, et son ami allergique à tout.

LE P'TIT CITYCLUB

> Télécharger le programme de septembre à décembre 2018 du P’tit CityClub


Infos supplémentaires
En collaboration avec le Toussaint'S Festival

INFOS PRATIQUES
Avec méditation.
Portes: 13h30
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant. Avec un sirop offert.
À savoir, les enfants plus jeunes de deux ans de l'âge légal indiqué peuvent assister aux séances s'ils sont accompagnés d'un représentant légal.

Rencontre

Libre, en présence de Cédric Herrou

«Libre est un acte de création et de résistance»: pour son documentaire, le cinéaste Michel Toesca a suivi durant trois ans Cédric Herrou, agriculteur décidant d’accueillir des exilés, quitte à devenir hors la loi. À découvrir en présence de Cédric Herrou et Cyrielle Huguenot, responsable de campagnes migration à Amnesty International, lors d’une soirée spéciale organisée en collaboration avec Amnesty International, Solidarités sans frontières et le FIFDH. Un film à l’affiche tout le mois de novembre au CityClub.

Cédric Herrou
Cédric Herrou, né le 22 juin 1979 à Nice, est un agriculteur, éleveur de poulets et producteur d'olives dans la région de Breil-sur-Roya. En 2015, Cédric Herrou commence régulièrement à traverser la frontière franco-italienne près de sa ferme pour offrir de l'aide aux migrants souhaitant entrer en France. Il est arrêté plusieurs fois pour cela. Il devient connu en en France et à l'étranger pour avoir aidé plus de 250 migrants de passage.

Michel Toesca
Michel Toesca est né à Nice en 1960. Il découvre le cinéma à l’âge de 14 ans en participant au tournage et au montage d’un court-métrage de son cousin, le photographe Jean Louis Martinetti.
Fasciné par le langage cinématographique, il emprunte la caméra double 8 de son père et commence à tourner et monter ses premiers films. Il s’installe à Paris en 1978, y commence une école de cinéma qu’il quitte en cours de deuxième année pour tourner et produire ses films tout en travaillant comme assistant puis réalisateur. Il apprend la prise de son et d’image pour être le plus autonome possible dans sa démarche de cinéaste. En 2008, il décide de vivre à Saorge dans la vallée de la Roya et continue à produire et tourner ses films de façon de plus en plus indépendante.

À l'affiche en novembre
> Toutes les projections de Libre

INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection, suivie d'une discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)


Film et concert

Sous le soleil exactement

Une soirée comme la rencontre entre la moiteur et la nuit, ou deux hommages à la torpeur des tropiques: le ciné-concert Sleeper Hits: Tropical Abstractions du musicien Nicolas Nadar et du cinéaste Radu Zéro, précédé de la projection du film Équateur signé… Serge Gainsbourg!

21h: Ciné-concert «Sleeper hits: Tropical AbstractionS»
Véritable composition à quatre mains, Sleeper Hits: Tropical Abstractions est la première rencontre scénique – ou énigme en dix actes – entre le musicien et chanteur Nicolas Nadar (qui s’est fait connaître sous le nom de Fauve) et l’artiste visuel Radu Zéro. Ensemble, ils proposent un dialogue entre musique et film aussi original qu’enchanteur. À la fois expérimental et immédiatement séducteur, il est conçu tantôt comme une succession de chapitres, tantôt comme un voyage personnel défini par la chance et la lecture aléatoire. Un film à regarder et entendre, entre oscillations volontaires, mises en abîme de nos perceptions, permanentes mutation et mélodies folk, trip-hop kaléidoscopique et rythmes exotiques.

Le ciné-concert sera précédé d’une brève présentation du projet Sleeper Hits: Tropical Abstractions, ainsi que de la projection de deux œuvres courtes qui ont été comme les catalyseurs de la rencontre entre les deux artistes: Bucharest after the rain de Radu Zéro (Docufiction, 2012, 8’) et Cotton Fields de Fauve/Nicolas Nadar (Vidéo clip, 2011, 4’)

Précédé à 19h du film Équateur de Serge Gainsbourg
(Fiction, France, Allemagne, Gabon, 1983, 1h25, 18/18) – On parle (à tort!) trop peu du cinéma de Serge Gainsbourg qui, étrange et doux amer, mérite le détour. Avant-gardiste et bizarre, sifflé à Cannes lors de sa sortie à cause de plans séquences musicaux jugés trop longs, Équateur nous plonge dans une atmosphère tout à fait digne du talent de son auteur! Le film relate l'histoire de Timar, un homme qui débarque au Gabon et tombe amoureux d'Adèle. Il s'étonne de la condamnation d'un Africain pour un meurtre qui, en réalité, avait été commis par Adèle...

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 18h, Projection: 19h, Concert : 21h
Tarifs: 25.- (plein) / 20.- (membres, étudiants, avs, ai, ri, ac, carteculture)
Petite restauration sur place

Le P'tit CityClub - Dès 2 ans

Laban et Labolina

Courts-métrages, 2007, 43', en français, 0/6 ans

Laban vit au château Froussard avec ses parents et sa petite soeur Labolina. Il s'estime suffisamment grand pour faire du baby-sitting, du camping ou même aider son père à hanter le château. Sauf qu'à la tombée de la nuit, le petit Laban a une peur bleue... de tout ce qui bouge!
Un revenant dans les salles obscures! Un programme de six courts-métrages adaptés des célèbres livres pour enfants de Inger et Lasse Sandberg. Laban et Labolina est la seconde série d'histoires autour du personnage du petit fantôme, après Laban, le petit fantôme, qui a connu un immense succès.

Le P'TIT CITYCLUB

> Télécharger le programme de septembre à décembre 2018 du P’tit CityClub


INFOS PRATIQUES
Portes: 14h30
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant. Avec un sirop offert.
À savoir, les enfants plus jeunes de deux ans de l'âge légal indiqué peuvent assister aux séances s'ils sont accompagnés d'un représentant légal.


Rencontre

La Nuit de la Glisse: Magnetic

Le Cinéma CityClub propose quatre projections du dernier opus de la Nuit de la Glisse: Magnetic, le récit d’hommes et de femmes attirés par la force magnétique des éléments déchaînés. Soirée spéciale en présence de l’équipe du film et des athlètes le vendredi 16 novembre avec photos et images d’archives, projection et séance de dédicaces, et projections supplémentaires le week-end à 14h.

Magnetic de Thierry Donard
(Documentaire, Suisse, 2018, 1h55, en français et avec s-t fr., 16/16) – On ne prévoit pas de passer sa vie à chasser les éléments, à guetter les changements du ciel ou de la houle… On ne prévoit pas de parcourir le monde en quête de la vague, de la ligne ou du moment parfait... Mais une fois qu’on a vécu le bonheur que procure ce style de vie, on est attiré comme des aimants par une nature toujours plus chaotique, pour que cela ne s’arrête jamais.
Après le succès de la trilogie Don’t Crack Under Pressure, le réalisateur Thierry Donard propose un film encore plus ambitieux: l’équipe de la Nuit de la Glisse a sillonné le globe, de la Nouvelle Zélande au Pakistan en passant par les Îles de Tahiti, accompagnée des dernières technologies de prise de vue et des meilleurs athlètes au monde dans leurs disciplines pour capturer cette aventure des temps modernes.


Achat de billets en ligne
> Vendredi 16 novembre à 18h ou 21h
> Samedi 17 novembre à 14h
> Dimanche 18 novembre à 14h

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs pour le vendredi 16 novembre : 25.- (plein) / 18.- (réduit)
Tarif pour les projections du 17 et 18 novembre: 15.- (plein) / 12.- (réduit) /10.- (membres)


films du mois

Lazzaro Felice

De Alice Rohrwacher
Fiction, Italie, Suisse, France, Allemagne, 2018, 2h08, v.o. s-t fr., 16/16

Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna. La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro. Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise.  Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne…
Après son éblouissant Le Meraviglie, Alice Rohrwacher revient avec un conte enchanteur, mêlant «néoréalisme, magie, politique et fantastique» (Libération). La cinéaste confirme décidément la place singulière et significative qu’elle tient dans le cinéma italien contemporain.
«Une histoire onirique avec un humour et un côté tranchant qui rappellent La Strada de Fellini ou les premiers films de Pier Paolo Pasolini» (Screen Daily).
«Lazzaro Felice est enveloppé d’une grâce qui tient à sa maîtrise discrète et impressionnante de l’art de la mise en scène» (Le Monde).
Cannes 2018, Compétition internationale - Prix du scénario / European Film Awards 2018, Sélection / Chicago 2018, Compétition / Jérusalem 2018, Prix du meilleur film

AVEC
Alba Rohrwacher, Nicoletta Braschi, Adriano Tardiolo

Bio réalisatrice
Née à Fiesole, en Italie, le 29 décembre 1980, Alice Rohrwacher est diplômée de la Orvieto High School en 1999 et obtient un Master en techniques de narration de la Scuola Holden Turin en 2002, un Master en écriture de documentaires de la Videoteca Municipal do Lisboa en 2005, ainsi qu’un diplôme de Philosophie et de Littérature italienne de l’Université́ de Turin en 2007.
Elle réalise son premier long-métrage en 2011, Corpo Celeste, plusieurs fois récompensé. En 2014, elle éblouit avec Le Meraviglie, Grand Prix au Festival de Cannes. Elle réalise ensuite le court De Djess dans le cadre des Venice Days en 2015. Son dernier film, Lazzaro Felice, est en compétition internationale à Cannes et remporte le Prix du scénario.


Festival Cinéma Jeune Public

FCJP: Des maisons en équilibre

Programme de trois courts-métrages d’animation, 42’, en français et sans dialogue, 6/6 ans

Avec les films suivants:

Au bout du monde
de Konstantin Bronzit (France, 1999, 7’) – Les aventures d'une maison à l'équilibre fragile posée sur le pic d'une colline, elle balance alternativement de droite à gauche au grand dam de ses habitants.
*
Bahador de Abdollah Alimorad (Iran, 2001, 27’) – Dans une contrée lointaine, vit une communauté de petites souris tyrannisées par un roi cruel à l’appétit insatiable. Bahador, une souris pas comme les autres, collecte de force, sous les ordres du roi, les provisions des paysans. Très vite, Bahador découvre à quel point ces pauvres petites souris ont faim….. Touché par leur malheur, il désobéit, mais il est fait prisonnier…
*
Le Chat d'appartement de Sarah Roper (France, 1998, 8’) – Cléo est un gros matou qui habite New York, dans l'appartement d'une jeune femme d'affaires. Cléo voit un beau jardin sur le toit d'un immeuble voisin et, un jour, l'aventure commence.

ATELIER
Projection suivie de l'atelier «Imagine des maisons!» (gratuit et sans inscription)
Infos supplémentaires
> Le site du Festival Cinéma jeune Public

INFOS PRATIQUES
CHF 10.- par personne (enfant et adulte)
CHF 5.- par enfant dès le 2ème enfant (jusqu'à 14 ans)
Ouverture des caisses 30 minutes avant les séances.


Festival Cinéma Jeune Public

FCJP: Cache-cache à la maison

Programme de six courts-métrages, Animation, 33’, en français et sans dialogue, 0/6

Avec les films suivants:

L’Homme aux oiseaux de Quentin Marcault (France, 4’) – Dans un village de montagne bloqué par la neige, les habitants attendent la venue de L'Homme aux oiseaux, qui annonce la fin de l'hiver.
*
Domek de Veronika Zacharová (République tchèque, 5’) – Une maison est abandonnée par la famille qui l’occupait. Elle se lance alors à sa recherche.
Neighbourwood de Eddy Hohf, Patrik Knittel, Fynn Große-Bley (Allemagne, 2016, 4’, sans dialogue) – Un hibou physicien est déterminé à suivre les pas de ses célèbres ancêtres scientifiques en résolvant une équation coriace. Mais ses efforts sont interrompus par l’installation dans le voisinage d’un pivert…
*
Outdoors de Anne Castaldo, Sarah Chalek, Elsa Nesme, Adrien Rouquié (France, 2017, 7’) – Une vieille dame essaie de retrouver son oiseau, une petite fille essaie de retrouver sa voisine ; les deux se retrouvent dans une aventure à New York.
*
Le Petit bonhomme de poche de Ana Chubinidze (France, 7’) – Un petit bonhomme mène une vie tranquille dans une valise installée sur un trottoir dans la grande ville. Un jour, son chemin croise les pas d'un vieil aveugle. Tous deux vont alors nouer des liens d'amitié grâce à la musique.
*
Le Pingouin de Pascal Hecquet (France, Belgique, 5’) – Un pingouin trouve la banquise trop froide à son goût et décide de se rendre sous les cocotiers. Là-bas, il pourra enfin bronzer ! Mais c’est très chaud les Tropiques, et puis les fruits lui donnent la colique. Finalement, le toboggan sur l’iceberg avec les copains, ce n’est pas si mal…

Infos supplémentaires
> Le site du Festival Cinéma Jeune Public

INFOS PRATIQUES
CHF 10.- par personne (enfant et adulte)
CHF 5.- par enfant dès le 2ème enfant (jusqu'à 14 ans)
Ouverture des caisses 30 minutes avant les séances.


Spectacle

Avracavabrac

L'équipe d'impro d'Avracavabrac propose un spectacle qui s'assimile à une vraie recréation, où les seules contraintes consistent à s'inspirer du thème proposé par le public et à essayer de faire preuve d'un peu d'esprit. Pour s'aérer la tête, rire, rêver et s'évader du quotidien l'espace de deux heures.

LA TROUPE
Elle se forme en automne 1999. Quelques habitués des soirées crochet du Caveau de l’Hôtel de Ville à Lausanne décident de monter sur scène pour faire les intéressants. Ça marche. Ils mettent au point un concept de soirée d’improvisation qui trouve vite sa place dans la programmation des cafés-théâtres de la région lausannoise. Les effectifs se renforcent, les quatre du début se reproduisent ; ils sont aujourd’hui une douzaine d’avracomédiens.

Infos supplémentaires
> Le site d'Avracavabrac

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 20h
Spectacle: 21h (avec entracte)
Tarifs: 22.- (plein) / 18.- (réduit)
Petite restauration sur place.


Festival Cinéma Jeune Public

FCJP: Vivre en communauté

Programme de six courts-métrages en compétition, 1h11, v.o. s-t fr., 10/12 ans

Avec les films suivants:

Balcony de David Dell'Edera (Hongrie, 6’, 2016, sans dialogue, animation) – Un vieil homme arrivé de nulle part et secoue le quartier.
*
Bonobo de Zoel Aeschbacher (Suisse, 19’, 2017, français, fiction) – Félix, Ana et Seydoux vivent dans le même immeuble HLM sans se connaître. L’ascenseur délabré de la tour, tel une machine infernale, va emmêler les fils de leurs existences ordinaires jusqu’à leur dénouement tragique.
*
Hypoténuse de Delphine Mouly (Suisse, 9’, 2017, français, documentaire) – Clichy-sous-Bois, la Forestière, 500 logements, 3000 habitants. La cité pousse aujourd’hui son dernier souffle et s’efface péniblement du paysage de la ville. Dogdi, qui y a vécu depuis son enfance, reconstruit son architecture invisible tout en observant sa démolition. À l’image de cette ville en mutation, elle est arpentée par des ouvriers.
*
Jungle de Colia Vranici (France, 18’, 2016, farsi, anglais, documentaire) – Sur fond d’images de la jungle de Calais, une voix off, celle d’un jeune Afghan de 16 ans, Zaman, coiffeur dans un salon de fortune. Il écrit à ses parents une lettre où se mêlent évocation des conditions difficiles, solidarité de la communauté, inquiétude quant à la santé de sa famille, mort de l’un de ses amis disparus, retrouvé noyé dans le port. Par opposition à cette prose parfois factuelle, parfois poétique, le réel résonne sans ménagement: les 7 jours donnés aux migrants pour quitter la jungle sont passés. Seul horizon: l’Angleterre, la dernière des tentatives.
*
There Lived the Colliers de Nelson MacDonald (USA, 7’, 2017, sans dialogue, expérimental) – Des centaines de simples maisons en bois construites pour les travailleurs attirés par les industries minière et sidérurgique en plein essor de l’île du Cap-Breton existent toujours. Abattus et délabrés, ils émettent des traces de l'histoire et suggèrent la personnalité et la résilience de leurs habitants actuels et anciens.
*
Ugly de Nikita Diakur (Allemagne, 12’, 2017, sans dialogues, animation) – Inspiré par l'histoire de Ugly the Cat trouvée sur un site internet contenant des citations de sagesse et des histoires tristes, Ugly est un court-métrage brisé simulant un chef amérindien et un chat moche qui tentent de trouver la paix dans un quartier maléfique.
En présence de certain.e.s réalisateurs et réalisatrices

Infos supplémentaires
> Le site du Festival Cinéma Jeune Public

INFOS PRATIQUES
CHF 10.- par personne (enfant et adulte)
CHF 5.- par enfant dès le 2ème enfant (jusqu'à 14 ans)
Ouverture des caisses 30 minutes avant les séances.

novembre 2018      
LMMJVSD
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier