novembre   


Ciné-seniors

Madame

De Stéphane Riethauser
Doc., Suisse, 2019, 1h34, en français, 16/16

Madame, c’est Caroline. Une vieille dame dont on devine dès les premières images qu'elle cache, derrière sa coquette mise en pli et ses manières bourgeoises, une rare force de caractère. Le film se concentre sur sa relation avec son petit-fils Stéphane Riethauser, cinéaste. Madame est un double autoportrait dans lequel la matriarche et son petit-fils homosexuel se confient mutuellement.
Avec sincérité et humour, le film déconstruit en profondeur et avec un pouvoir subversif les clichés du genre et retrace une saga familiale de la société bourgeoise, dans laquelle Riethauser a grandi, avec des images d'archives fascinantes.

Ciné-seniors
Un à deux vendredis après-midi par mois, une séance spéciale organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.
INFOS PRATIQUES
Portes: 14h, Projection: 14h30
Tarif des séances Ciné-seniors: 10.- (collation comprise)

films du mois

Madame

De Stéphane Riethauser
Doc., Suisse, 2019, 1h34, en français, 12/16

Madame, c’est Caroline. Une vieille dame dont on devine dès les premières images qu'elle cache, derrière sa coquette mise en pli et ses manières bourgeoises, une rare force de caractère. Le film se concentre sur sa relation avec son petit-fils Stéphane Riethauser, cinéaste. Madame est un double autoportrait dans lequel la matriarche et son petit-fils homosexuel se confient mutuellement.
Avec sincérité et humour, le film déconstruit en profondeur et avec un pouvoir subversif les clichés du genre et retrace une saga familiale de la société bourgeoise, dans laquelle Riethauser a grandi. Présenté à Visions du Réel et à Locarno, Prix du Jury au festival Documenta à Madrid, Madame est à la fois une chronique drôle et touchante d’une époque, une histoire familiale et un autoportrait, fait d’images d’archives fascinantes.
Visions du Réel 2019, Compétition / Locarno 2019, Panorama suisse / Madrid 2019, Prix du Jury

BIO Réalisateur
Stéphane Riethauser est né en 1972 à Genève. Licence en droit à l'Université de Genève, enseignant, activiste gay, photographe,
journaliste, traducteur, réalisateur, Stéphane Riethauser est aussi l’auteur du recueil de portraits photographiques sur le coming out, A visage découvert, (Ed. Slatkine, 2000), ainsi que de nombreux reportages pour la RTS (2003-2008). Depuis 2009, il vit et travaille entre Genève et Berlin en tant que réalisateur et producteur indépendant sous la bannière de sa société Lambda Prod.


films du mois

Camille

De Boris Lojkine
Fiction, France, Rép. centrafricaine, 1h30, en fr. et v.o. s-t fr., 16/16

Jeune photojournaliste idéaliste, Camille part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse emportée par la tourmente. Désormais, son destin se jouera là-bas…
Camille, deuxième long-métrage de fiction de Boris Lojkine après Hope, est basé sur l'histoire de la photographe Camille Lepage. Sélectionné sur la Piazza Grande et récompensé par le Prix du public à Locarno, Camille est à la fois un biopic puissant, interprété avec conviction par Nina Meurisse, lauréate du Prix de la meilleure actrice à Angoulême, et un témoignage nécessaire sur une des crises en Afrique noire que l’Occident préfère souvent ignorer.
«Camille est un biopic suivant au plus près - comme un reportage embarqué - son héroïne, incarnée avec beaucoup d'humanisme par Nina Meurisse. Filmant constamment à hauteur d'homme, le réalisateur français parvient habilement à rendre compte à la fois de l'engagement obsessionnel de la photographe et du conflit» (Le Temps).
«La réalité du pays irrigue cette fiction dont la mise en scène modeste et rigoureuse force la réflexion – sur le rôle ambigu du témoin, sur la place des ex-colonisateurs dans les territoires qu’ils ont contribué à (dé)former» (Le Monde).
Locarno 2019, Prix du Public / Angoulême 2019, Meilleure actrice

AVEC
Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini

BIO Réalisateur
Agrégé de philosophie, Boris Lojkine décide de quitter l’université et part au Vietnam.
Il y réalise deux films documentaires, Ceux qui restent (2001) et Les Âmes errantes (2005), deux films qui racontent, côté vietnamien, le deuil impossible des hommes et des femmes dont la vie a été traversée par la guerre. Avec Hope (2014), sa première fiction, il change de continent pour se plonger dans l’Afrique des migrants. Le film est présenté à la Semaine de la Critique à Cannes et reçoit des dizaines de prix dans les festivals internationaux. Camille est son deuxième long-métrage de fiction.


RENCONTRE CINéMA
Vendredi 1er novembre à 20h30: projection en présence de la comédienne Nina Meurisse


Rencontre cinéma

Rencontre avec Nina Meurisse

Dans Camille de Boris Lojkine, à l’affiche tout le mois de novembre, la comédienne française Nina Meurisse, que l’on a vue dans Complices de Frédéric Mermoud, Une Vie de Stéphane Brizé ou Place publique d’Agnès Jaoui, incarne la jeune photographe de guerre Camille Lepage: une interprétation intense récompensée par le Prix de la meilleure actrice au Festival du film francophone d'Angoulême. À découvrir en sa présence le vendredi 1er novembre à 20h30.

Boris Lojkine à propos de Nina Meurisse
Il y a d’abord cette incroyable ressemblance physique entre Nina et Camille, qui m’a frappé tout de suite et qui a troublé jusqu’à la famille Lepage.
Nina porte en elle ce mélange de naïveté et de détermination qui est pour moi la définition du personnage. D’un côté elle a ce grand sourire lumineux, ce visage aux pommettes hautes, cette joie enfantine. De l’autre, elle dégage une grande force morale, une véritable intériorité, une profondeur. À aucun moment je n’ai eu l’impression de voir une actrice. Et pourtant elle traverse toutes sortes d’états dans le film. Elle rit, elle pleure, se met en colère, elle est bouleversée. Ces états, Nina les a vraiment traversés durant le tournage. Comme elle aime le dire pour parler de son expérience: «La Centrafrique m’a déplacée».


À L'AFFICHE EN NOVEMBRE
> Toutes les projections

INFOS PRATIQUES
Portes: 20h, Projection suivie d’une discussion: 20h30
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

films du mois

Vif-argent

De Stéphane Batut
Fiction, France, 2019, 1h46, en français, 12/14

Juste erre dans Paris à la recherche de personnes qu’il est seul à voir. Il recueille leur dernier souvenir avant de les faire passer dans l’autre monde. Un jour, une jeune femme, Agathe, le reconnaît. Elle est vivante, lui est un fantôme. Comment pourront-ils s’aimer, saisir cette deuxième chance?
«Le film s’apprécie telle une ballade sentimentale, nonchalante, un peu planante. Comme lorsqu’on marche à dix centimètres au-dessus du sol quand on est amoureux et que l’on se sent vivant» (Culturebox).
«Une romance fantastique et une errance mélancolique constituent cette œuvre singulière, un nouveau diamant dans la constellation d'un cinéma français souterrain, dont l'étrangeté n'empêche pas la douceur ni la candeur. Un cinéaste à suivre» (Bande à Part).
«Ici, tout est affaire de passage, des transports amoureux aux cheminements intérieurs, et les paysages que le cinéaste nous donne à contempler durant ces voyages se révèlent puissamment originaux» (Libération).
Prix Jean Vigo 2019 / Cannes ACID, Sélection / GIFF 2019, sélection

Avec
Timothée Robart, Judith Chemla, Djolof Mbengue

Bio réalisateur
Depuis une vingtaine d’années, Stéphane Batut occupe la plupart de son temps à réunir le casting de films.
Au fil des années, il a pu mettre à contribution son amour des rencontres et des acteurs, qu’ils soient professionnels ou non, pour des cinéastes aux univers très singuliers et divers, parmi lesquels Mathieu Amalric, Sharunas Bartas, Xavier Beauvois, Julie Bertuccelli, Serge Bozon, Claire Denis, Arnaud Desplechin, Alain Guiraudie, les frères Larrieu, Noémie Lvovsky, Bruno Podalydès, Riad Sattouf, Claire Simon, Joann Sfar, Paul Verhoeven...
Quatre années passées au département cinéma de Paris VIII lui ont permis de s’essayer à la réalisation de courts-métrages. Mais bizarrement, après avoir rencontré tant de comédiens, il s’engage quinze ans plus tard, dans la réalisation de documentaires (Le Chœur en 2007, Le Rappel des oiseaux en 2014). Sans doute parce qu’il a «appris au contact de certains réalisateurs que la fiction et le documentaire se nourrissent sans cesse l’un l’autre», il a «à cœur de voir surgir la fable, le mythe d’une rencontre de hasard faite dans la rue, tout comme dans l’écriture fictionnelle, trouver la liberté, l’imprévu du monde». Vif-argent est son premier long-métrage de fiction.

RENCONTRE CINéMA
Vendredi 8 novembre à 20h: projection en présence du cinéaste


Le P'tit CityClub

Le Renard, le cochon et le moulin

Dès 4 ans

courts-métrages, 50 minutes, sans parole, 0/0 ans

Un jeune cochon et son père vivent au sommet d'une colline menacée par un gros nuage noir. Avant de partir combattre les brumes, le père construit un moulin à vent pour repousser le nuage et protéger la colline et ses habitants. Resté seul sans son père, le jeune cochon trouve du réconfort et aussi une famille d'adoption auprès de son ami le renard.
Dix petites histoires d’une incroyable délicatesse qui suivent la vie d’un petit cochon que nous voyons naître et grandir.
Le P'tit CityClub
> Télécharger le programme jusqu'à décembre

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.
À savoir, les enfants plus jeunes de deux ans de l'âge légal indiqué peuvent assister aux séances s'ils sont accompagnés d'un représentant légal.

Film et débat

À la recherche du paradis des soins palliatifs

Le Cinéma CityClub participe à la quatrième édition du Toussaint’S Festival qui a lieu du 31 octobre au 3 novembre 2019 autour du thème «La Mort 2.0». À cette occasion, le Festival propose, en collaboration avec l’association palliative vaud et le CityClub, la projection du film Sub Jayega de Fabien Biasio: un carnet de voyage émouvant sur les soins palliatifs à travers le monde projeté en présence du cinéaste et de plusieurs experts en soins palliatifs.

Sub Jayega de Fabian Biasio
(Doc., Suisse, 2018, 1h22, v.o. s-t fr., 12/12) – Le père de Fabian Biasio est mort dans un service de soins palliatifs. Trois ans plus tard, le photographe et cinéaste lucernois part à la recherche du "paradis des soins palliatifs" sur terre. Il réalise un carnet de voyage, mené sur trois continents. Un regard sur d’autres cultures qui nous invite à nous questionner sur notre propre finitude et à la façon de mourir.

LIENS
> Le site du Toussaint'S Festival
> Le site de palliative vaud

INFOS PRATIQUES
Portes: 13h30, Mot de bienvenue et présentation de palliative vaud et le Toussaint'S Festival: 14h
Projection, suivie d’une discussion: 14h30
Apéritif offert à l’issue de l’événement.
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Rencontre cinéma

Vif-argent en prés. du cinéaste

Directeur de casting pour Mathieu Amalric, Sharunas Bartas, Xavier Beauvois, Riad Sattouf ou Paul Verhoeven, Stéphane Batut réalise son premier long-métrage avec Vif-argent: une fable réaliste qui mêle fantastique et romantisme portée par un beau désir de cinéma. À découvrir en sa présence et durant tout le mois de novembre.

À L'AFFICHE EN NOVEMBRE
> Toutes les projections
INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection suivie d’une discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Film et concert «Extases en contrepoint»

«Bach to Sufi Dance»: performance de Joanna Goodale et Sahar Dehghan

Une soirée qui nous fera voler en de très hautes sphères, avec un duo faisant se rejoindre Jean-Sébastien Bach et la danse soufie, précédé d’un film aussi inouï qu’hyper esthétique. Deux propositions qui font partie de nos coups de cœur absolus!

21h: «Bach to Sufi Dance» de Joanna Goodale eT Sahar Dehghan
Au-delà des frontières artistiques, musicales et spirituelles, Bach to Sufi Dance propose une immersion dans un espace où le son et le mouvement s’enlacent et deviennent UN, à travers un moto perpetuo qui suspend le temps et apaise l’âme. Depuis l’aube de l’humanité, la musique et la danse servent à induire des états extatiques pour entrer en contact avec le Sacré. Ici, les musiques de Bach et des rituels soufis se voient unies par un ostinato de motifs répétitifs qui invitent le corps à la transe dans une spirale reflétant les mouvements du cosmos. Les deux artistes, unies dans le souffle de l’instant présent, s’abandonnent aussi à l’improvisation et à l’exploration de leurs instruments respectifs. Un tourbillon de beauté!
Avec: Joanna Goodale (piano, effets mécaniques) / Sahar Dehghan (chorégraphie, danse)

Précédé à 19h du film Sayat Nova de Sergueï Paradjanov
(Fiction, URSS, 1969, 1h19, v.o. s-t fr., 16/16) – Sayat Nova - couleur de la grenade retrace, en huit chapitres, la vie du poète arménien Sayat Nova qui vécut au 18e siècle. Film hors normes, sans équivalent dans l’histoire du cinéma, il explore les frontières ténues entre livre d'images, peinture, danse, musique et décors luxueux dans un labyrinthe d’images différenciées. Un voyage dans le temps, d’un esthétisme tout simplement fou.
INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 18h30, Film : 19h, Représentation : 21h
Tarifs : 25.- (plein) / 20.- (membres, étudiants, avs, ai, ri, ac, carteculture)
Achat de billets en ligne sur www.cityclubpully.ch
Petite restauration sur place

Film et concert «Question de feeling»

Who’s Who en concert avec Matthieu Michel, Patrick Muller et Mathias Demoulin

Le feeling, en amitié comme en musique, est essentiel. L’occasion de vérifier, par l’expérience, ce mystérieux phénomène avec un documentaire et un concert exceptionnel où la magie opère.

17h: Who’s Who en concert
Il y a une longue histoire, musicale et fraternelle, derrière le trio de jazz Who’s Who. Né en 1994 à l’occasion d’une carte blanche à l’AMR de Genève, le feeling est si fort que s’en suivent tournées européennes et l’enregistrement de deux albums les années suivantes, avec essentiellement des compositions originales. Le trio se reforme aujourd’hui, 25 ans après sa création, maturé par les expériences individuelles puissantes des exceptionnels trompettiste Matthieu Michel, pianiste Patrick Muller et contrebassiste Mathias Demoulin, dont on ne compte plus les extraordinaires collaborations respectives (Vienna Art Orchestra, Steve Swallow, Thierry Lang, Suzanne Abuehl, Erik Truffaz, Joe Lovano ou encore Christophe). Voici l’envie renouvelée d’explorer de nouveaux horizons, tout comme l’histoire d’une amitié inconditionnelle et complice.
Avec: Patrick Muller (piano) / Matthieu Michel (trompette, bugle) / Mathias Demoulin (contrebasse)

Précédé à 15h du film A Bright Light d’Emmanuelle Antille
(Documentaire, Suisse, 2018, 1h34, en français et v.o. s-t fr., 8/14) – Un documentaire musical, un essai cinématographique qui voyage à travers les États-Unis sur les traces de Karen Dalton. À la recherche de cette égérie oubliée des années 1960 à la voix époustouflante, adulée par ses pairs, mais méconnue du grand public, le film questionne aussi le processus de création, ses chemins à la fois inattendus et fascinants.
En présence de la cinéaste

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 14h30, Film: 15h, Concert: 17h
Tarifs: 25.- (plein) / 20.- (membres, étudiants, avs, ai, ac, ri, carteculture)
Petite restauration sur place

Ciné-seniors

Le Milieu de l'horizon

De Delphine Lehericey
Fiction, Suisse, Belgique, 2019, 1h32, en français, 12/12

La sécheresse de 1976. Sous le soleil implacable de cet été, Gus quitte l’enfance. La nature se désagrège, les sentiments s’exacerbent, le noyau familial éclate : tout craque et se fissure jusqu’à ce que l’impensable arrive. Les orages tant espérés balaieront une campagne épuisée et emporteront un monde avec eux.
«Le Milieu de l’horizon harmonise avec brio tragédie humaine, drame de la paysannerie, fin de l’enfance et catastrophe naturelle, ménageant quelques jeux d’enfants, baignades et rêveries, pour soulager l’atmosphère étouffante et le poids de la fatalité» (Le Temps).

AVEC
Luc Bruchez, Laetitia Casta, Thibaut Evrard, Clémence Poésy

Ciné-seniors
Un à deux vendredis après-midi par mois, une séance spéciale, ouverte à toutes et à tous, organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.
INFOS PRATIQUES
Portes: 14h, Projection: 14h30
Tarif des séances Ciné-seniors: 10.- (collation comprise)

Séance spéciale

Le divan du jeudi soir: Élégie de la traversée

La Société Suisse de Psychanalyse fête ses 100 ans et, à cette occasion, le Centre de psychanalyse de Lausanne organise un cycle de films pour interroger les liens entre la psychanalyse et le cinéma, tous deux naissant conjointement à la fin du 19e siècle. Après Freud, passions secrètes de John Huston, projeté en mai dernier, le centre de psychanalyse propose à Pully la projection d’Élégie de la traversée, moyen-métrage du cinéaste russe Alexandre Sokourov, chronique contemplative d’un homme traversant seul les pays et les frontières à la recherche d’un sens à donner à son voyage. Projection précédée d’une lecture par Shin Iglesias, comédienne.

Élégie de la traversée d’Alexandre Sokourov
(Doc., Russie, Royaume-Uni, France, 2001, v.o. s-t fr., 47’, 16/16) – Un homme, poussé par une force qui le dépasse, embarque seul pour un voyage. Il traverse de grandes étendues enneigées, des frontières et une mer pour arriver dans un pays étranger. Il fait la chronique détaillée de tout ce qui éclaire son chemin. Au clair de lune, il découvre que le but de son voyage...
«Vidéo désaturée à la limite du noir et blanc. Musique classique à un niveau infrasonore. Visions souvent nocturnes de paysages urbains ou non. La neige qui volète, toujours. Off, le soliloque ininterrompu du cinéaste qui pense tout haut. Des tableaux impressionnistes comme ça, Alexandre Sokourov peut vous en faire des kilomètres. C'est le Keith Jarrett du docu contemplatif» (Les Inrockuptibles).

LIEN
> Programme complet du Centenaire de la Société Suisse de Psychanalyse
INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Festival

Festival Cinéma Jeune Public

FILMS POUR TOUS LES ÂGES

Le Cinéma CityClub accueille la cinquième édition du Festival Cinéma Jeune Public, qui propose, à Lausanne et Pully, des films, des ateliers et un ciné-concert autour d’une thématique spécifique. Cette année, les films proposés questionneront l’être humain et son rapport au corps à travers la thématique « Corps et mouvement ».

Samedi 23 novembre à 10h
Bouge
​7 courts-métrages d'animation, vf, 0/6 ans, 37’
Deux êtres reliés par leurs cheveux s’influencent par leurs mouvements ; à la manière de Toy Story, des jouets prennent vie et s’évadent le temps d’une nuit ; dans un univers coloré, un oiseau exhibe son plumage pour séduire son audience. Suivi de l’atelier « Jeu magique » gratuit et sans inscription.

Samedi 23 novembre à 14h et dimanche 24 novembre à 10h
​Les animaux athlétiques
De Nicolas Deveaux, Animation, France, 2018, 32’, sans dialogue, 0/0
Dans ces mini films aux situations comiques et décalées, des animaux sauvages en 3D pratiquent des sports conçus pour les êtres humains. Chaque film est centré sur une épreuve choisie dans le large éventail des sports pratiqués partout dans le monde, du patin à glace au saut à ski en passant par la course de relais et le saut en hauteur. Les animaux sauvages réagissent en situation selon leur personnalité et les particularités de leur anatomie.
Projections suivies de l’atelier « Jeu magique » gratuit et sans inscription

Dimanche 24 novembre à 11h
Prendre corps
7 courts-métrages d'animation, 57’, VF, 8/10
Un après-midi à la piscine, des personnages extravagants se prélassent et se divertissent de toute sorte de manières…
Projection en présence des cinéastes

Dimanche 24 novembre à 13h30
Au coude à coude
7 courts-métrages d'animation, 1h16, v.o. s-t fr., 12/12
Bettan et Jaana, boxeuses et meilleures amies, voient leur relation évoluer en raison d’objectifs sensiblement différents ; un individu, puis deux, trois, quatre, jusqu’à ce qu’une foule ne commette l’irréparable ; une rencontre inattendue s’opère entre une danse née dans les ghettos de Los Angeles et un ballet classique ; Yu, 15 ans et dans le doute, cherche à quitter son équipe de gymnastique, alors en pleine préparation d’un gala ; la puberté naissante et la transformation des corps qu’elle implique vient perturber une amitié jusque-là fusionnelle ; trois jeunes danseurs de hip-hop errent dans la nuit de Phnom Penh.

Le Festival
> Programme complet et informations

Infos pratiques
CHF 10.- par personne (enfant et adulte)
CHF 5.- par enfant dès le 2e enfant (jusqu'à 14 ans)

Fantaisies pour petits et grands

Ciné-concert autour de Fantasia par le trio Palissandre

Un ciné-concert pour petits et grands, comme une introduction ludique à la musique de chambre, à travers l’interprétation de certains des grands airs de Fantasia des studios Disney par le trio Palissandre, accompagné d’un VJ.

Piano, marimba, contrebasse, le trio Palissandre a construit un répertoire d’œuvres extraites du film Fantasia, chef-d’œuvre et troisième long-métrage des studios Walt Disney réalisé en 1940, arrangées par le jeune et talentueux compositeur lausannois Gérard Massini. De L’apprenti sorcier de Dukas, en passant par Toccata et fugue de J.-S. Bach ou Casse-Noisette de Tchaïkovski, le trio propose la découverte de pièces romantiques, baroques et impressionnistes au fil de couleurs sonores inhabituelles en musique de chambre, ici accompagnées par les belles projections visuelles de Patrick Conus au VJing.
Avec: Didier Métrailler (marimba) / Dominique Bettens (contrebasse) / Gérard Massini (piano et arrangements) / Patrick Conus (VJing)
INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes : 17h, Ciné-concert : 17h30
Tarifs: 15.- (plein) / 10.- (membres, enfants, étudiants, avs, ai, ri, ac, carteculture)

Concerts

Ann O’aro / Danyèl Waro en concert

Une fois n’est pas coutume, ce sont deux concerts le même soir que nous avons la joie immense d’accueillir. Et pour cause, il s’agit d’un co-plateau d’exception réunissant le mythique fer de lance du maloya Danyèl Waro, et, en première partie, la nouvelle génération virtuose du genre, Ann O’aro. Transe et frissons garantis!
Danyèl Waro (RE)
Il est resté fidèle à la tradition acoustique du maloya, le blues de la Réunion, et il en est le "héros" reconnu. Musicien et poète, il sait faire chanter le créole avec une émotion sans pareil: «Je cherche la cadence, l'image, le rythme dans le mot. Grâce au maloya, j'ai pris du recul par rapport à la philosophie cartésienne, aux jugements trop conceptuels. Le maloya m'a remis en accord avec la Réunion, avec les gens, avec notre langue». Longtemps occulté, le maloya a été relancé dans les années 1970 par les mouvements indépendantistes avant de renaître dans les années 1980. Et Danyèl Waro a su avec talent permettre au maloya de retrouver son sens originel et porter un message de révolte, d'espoir et de courage en faisant prendre conscience à de nombreux Réunionnais de l'importance de leur patrimoine culturel. En créole, il dénonce les nouvelles formes de dépendances qui ligotent encore l’île à l’état français. Concert en quintette.

Ann O’aro (RE)
Elle fait partie d’une jeune génération de musiciens qui recherche son identité réunionnaise à travers le prisme du maloya. Chez Ann O’aro, c’est dans l’épure des percussions qu’on le reçoit, et dans l’urgence avec laquelle elle sublime une douleur enfouie. Son écriture sauvage s'imprègne des langages accidentés ou des tics langagiers: une fulmination poétique, un fonnkér cru et cinglant qui décrit l’étreinte d’un père incestueux. Cette sublime chanteuse parvient à toucher ce quelque chose d’essentiel et sur le fil, grâce à une sensibilité harmonique renversante, et qui, bien que parfois frontale, parvient à transmettre un souffle de vie universel et doux. Concert en trio.

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes : 18h, Concerts : 19h
Tarifs : 36.- (plein) / 28.- (réduit)
Petite restauration sur place
décembre 2019      
LMMJVSD
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier