3 décembre


Le P'tit CityClub

11h

Opération Père Noël

DÈS 4 ANS

De Marc Robinet
Animation, France, 2022, 26’, précédé d’un court-métrage (15’), en français, 0/6 ans

Enfant gâté vivant dans un grand manoir, William est habitué à tout obtenir de ses parents. C’est la manière pour eux, accaparés par leur travail, de compenser leur absence. Alors cette année, il demande comme cadeau… le Père Noël en personne! Pour le satisfaire, son père engage un chasseur de fauves renommé. Le souhait de William va-t-il mettre un terme à la magie de Noël, comme le redoute sa jeune voisine Alice? Les deux enfants vont s’unir pour vivre une aventure qui deviendra le plus beau cadeau de Noël du monde!
Sur un scénario d’Alain Gagnol (coréalisateur de Nina et le secret du hérisson, projeté en octobre et en novembre) et magnifiquement illustré, Opération Père Noël raconte avec force un récit initiatique: celui d’un petit garçon qui a toujours eu tout ce qu’il désirait, qui réclame l’impossible, et qui devra faire preuve de courage pour réparer une de ses erreurs. Un conte qui fera grandir les enfants en leur proposant de réfléchir à la portée de leurs actes et de leurs désirs.


En première partie, projection du court-métrage Au pays de l’aurore boréale de Caroline Attia, une jolie histoire qui traverse d’immenses paysages de glace, et où le héros, éloigné de ses proches, devra surmonter ses peurs et apprendre les secrets du Grand Nord!

SÉANCE RELAX
Mercredi 13 décembre à 15h
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux familles avec un enfant en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité aux enfants de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de septembre à décembre 2023

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant


Le P'tit CityClub

14h

Titina

DÈS 6 ANS

De Kajsa Næss
Animation, Norvège, Belgique, 2022, 1h30, en français, 6/10 ans

Umberto Nobile, ingénieur aéronautique italien et concepteur de dirigeables, mène une vie tranquille avec sa chienne bien-aimée Titina, qui l’a charmé au point qu’il l’a recueillie alors qu’elle vivait à la dure dans les rues de Rome. Un jour, le célèbre explorateur norvégien Roald Amundsen le contacte et lui commande un dirigeable pour aller conquérir le pôle Nord. Nobile saisit l’occasion d’entrer dans l’histoire. Il emmène Titina avec lui, et l’improbable trio part en expédition vers le dernier endroit à découvrir sur la Terre. Leur quête est couronnée de succès mais, par la suite, les deux hommes commencent à se disputer la gloire…
Titina retrace l’expédition polaire aujourd’hui presque oubliée qu’ont réalisée d’Umberto Nobile et Roald Amundsen en 1925. Une extraordinaire épopée racontée à travers les yeux d’une adorable petite Fox Terrier. Un film d’aventure drôle, touchant et enchanteur, entrecoupé d’images d’archives, qui fera découvrir les étendues glacées et sauvages du pôle Nord, tout en offrant un regard intelligent sur les ambitions et les prétentions humaines.

SÉANCE RELAX
Dimanche 17 décembre à 14h
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux familles avec un enfant en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité aux enfants de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de septembre à décembre 2023

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant


films du mois

16h

Notre Corps

De Claire Simon
Documentaire, France, 2023, 2h48, en français, 16/16

Dans un hôpital parisien, la cinéaste Claire Simon filme le service gynécologique où les destins de femmes se croisent: interruption de grossesse, endométriose, procréation médicalement assistée, maternité, transition de genre, cancer… Avec sa caméra, elle s’installe dans les cabinets de consultation ou dans les chambres, recueillant les histoires médicales et intimes de ces personnes et partageant leurs espoirs, leurs désirs et leurs peurs. Puis, le destin de Claire Simon croise le leur… Une œuvre essentielle de cinéma et d’humanité.

La cinéaste française livre avec Notre corps, présenté notamment à Berlin et à Visions du Réel, un documentaire ample et émouvant, offrant, au cœur de cette "valse folle des destinées", une réflexion passionnante et importante sur le rapport au corps, à l'intime et aux soins.
«Claire Simon parvient à filmer l’indicible, ces synapses au travail entre les patientes qui portent chacune leur histoire singulière, et le corps médical qui en porte des milliers. Elle signe l'un de ses films les plus essentiels, faisant apparaître la beauté de l’humanité autant dans les premiers que dans les derniers instants de nos vies.» (Visions du Réel)
«L’une après l’autre les patientes tournent autour de leurs désirs, de leurs douleurs ou de leurs peurs, et on les remercierait volontiers d’avoir témoigné ainsi à visage découvert. Car ce sont elles qui hissent le film au rang de service public, elles et le regard de Claire Simon, lequel donnera à toutes les femmes, des deux côtés de l’écran, ce sentiment d’avoir été vues et comprises.» (Libération)
«Dans Notre corps, la réalisatrice suit des patientes dont les parcours, très différents, dessinent pourtant une histoire collective. Et finit par se retrouver elle même devant la caméra. Une expérience forte et limpide» (Télérama).

CLAIRE SIMON À PROPOS DE SON FILM
Ce n'est pas facile de filmer le corps à l'hôpital, parce qu'il est largement caché lors des opérations, des accouchements. Je voulais donc y aller franchement en matière de représentation: des seins, des actes de palpation de chair, des ventres, des peaux. Il s'agissait presque de se mettre du côté de la sculpture.
Je n'ai pas l'impression de l'avoir fait brutalement, au contraire, avec le plus d'amour possible. Le corps féminin est habituellement montré dans sa beauté, comme objet de désir, mais sa réalité est toujours cachée. Or, là, c'est justement ce à quoi j'avais accès. Mon intention était aussi de filmer comment le langage se relie aux corps; j’étais fascinée de voir que nommer menait à désigner, puis palper son propre corps. Surtout chez les médecins joignant le geste à la parole, comme lorsque l’un d’entre eux pointe les ovaires en touchant le bas de son ventre d'homme. Le corps, la langue et la langue du corps, c'est ce qui m'intéressait.


films du mois

19h15

La Chimera

D'Alice Rohrwacher
Fiction, Italie, France, Suisse, 2023, 2h14, v.o. s-t FR., 16/16

Chacun poursuit sa chimère sans jamais parvenir à la saisir… Pour certains, c'est un rêve d’argent facile, pour d'autres la quête d’un amour passé. De retour dans sa petite ville du bord de la mer Tyrrhénienne, Arthur retrouve sa bande de Tombaroli, des pilleurs de tombes étrusques et de merveilles archéologiques. Arthur a un don qu’il met au service de ses amis brigands: il ressent le vide. Le vide de la terre dans laquelle se trouvent les vestiges d’un monde passé. Le même vide qu’a laissé en lui le souvenir de son amour perdu, Beniamina…

Après Corpo Celeste, Le Meraviglie et Lazzaro Felice, la cinéaste italienne propose avec La Chimera «un voyage à travers les âges, les saisons et les civilisations, pour restituer la fresque complexe, parfois dramatique et parfois joyeuse, que constitue notre passé». Présenté en compétition à Cannes, tourné en pellicule avec une grande liberté formelle, La Chimera est un conte féérique, burlesque et exubérant. Un coup de cœur.
«En sortant de la projection de ce film de bande et de contrebande, peuplé de pilleurs de tombes étrusques, on retient deux ou trois choses qui rendent l’expérience prodigieuse: tout d’abord l’image, le grain du 35 millimètres scrutant les fresques italiennes dans un clair-obscur, le super-16 et le 16 millimètres transportant le spectateur dans le conte. La narration ensuite, qui sonde au-delà des dialogues, expérimente un langage muet et puise dans les chansons, interprétées par les comédiens, quelques éclairages sur la vie d’Arthur.» (Le Monde)
Alice Rohrwacher à propose de son film: «Là où j'ai grandi, on entendait souvent des histoires de trésors cachés, de fouilles clandestines et d'aventures mystérieuses. Il suffisait de tendre une oreille dans un bar pour entendre parler de cet homme qui avait découvert une tombe villanovienne un jour avec son tracteur; de cet autre qui, en creusant la nuit, avait déterré un collier d'or si long qu'il pouvait encercler sa maison avec; et d'autres encore qui avaient fait fortune en vendant, en Suisse, un vase étrusque déniché dans leur cave. Cette proximité entre le sacré et le profane, entre la mort et la vie, qui m'a fascinée pendant toute mon enfance, a façonné mon regard de cinéaste. C’est pour cela que j'ai décidé de réaliser un film qui raconte cette intrigue aux multiples facettes. Cette relation entre deux mondes, probablement la dernière pièce d'un triptyque (après Les Merveilles et Heureux comme Lazzaro) qui s'interroge sur une question qui m’est chère: que faire du passé?»

mars 2024      
LMMJVSD
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier