mai   


films du mois

Il Mio Corpo

De Michele Pennetta
Documentaire, Suisse, Italie, 2020, 1h20, v.o. s-t fr., 16/16

Sous le soleil de Sicile, Oscar récupère de la ferraille avec son père. À l’autre bout de la ville, Stanley le Nigérian vivote grâce aux petits travaux donnés par le prêtre de la paroisse. Tous deux ont le même désir, celui d’une vie meilleure…
Deuxième long-métrage du cinéaste italien, Il Mio Corpo s’inscrit dans sa trilogie consacrée à la Sicile et ses faces cachées. Un documentaire tout en contraste, remarqué à Visions du Réel et à la sélection ACID de Cannes.
«Le réalisateur parvient à saisir une beauté très particulière d'une réalité sicilienne cruelle, décadente. Les deux personnages du film n'auraient jamais dû se rencontrer, se croiser, mais ils sont les deux réalités d'un même abandon. Le cinéaste assume sa subjectivité en déportant son documentaire à la limite de la fiction, et brisant cette frontière livre un essai d'une grande puissance poétique. Il réussit à métaboliser les émotions de ces deux êtres que rien ne relie sauf ce qu'ils racontent de notre société. Celle d'une Europe qui installe ses réfugiés là où il ne reste plus rien» (ACID, Cannes).
ACID 2020, Séléction / Visions du Réel 2020, Sélection

BIO CINéASTE
Né à Varese en 1984, Michele Pennetta suit les cours de l’ECAL et à la HEAD et obtient un Master en réalisation.
Son film de diplôme, I cani abbaiano (2010), est sélectionné dans plusieurs festivals internationaux dont le Cinéma du Réel à Paris et le Torino Film Festival alors que 'A iucata (2013) est présenté à Locarno dans la section Pardi di domani. Son lien avec le festival de Locarno se poursuit avec Pescatori di corpi (2016), premier long-métrage en compétition internationale à Cineasti del Presente.

rencontre cinéma
En présence du cinéaste le samedi 24 avril à 17h30 (billets disponibles) et 20h (complet).
LES FESTIVALS SUISSES AU CINÉMA CITYCLUB
Sortie en collaboration avec Visions du Réel
Secoués par les cahots d’une camionnette qui serpente entre les rocailles rôties par l’ardent soleil de Sicile, les Prestifilippo collectent, pour la revendre, de la ferraille dans des déchetteries à ciel ouvert. Oscar, le cadet, rêve d’échapper à l’emprise de son père autoritaire, figure ambiguë qui le rabaisse tout en affirmant qu’il se démène pour ses fils. Non loin de cette famille prolétaire européenne, survit également Stanley. Lui est Nigérian, arrivé par la mer. Il est autorisé à rester pendant six mois et bénéficie de la protection d’un prêtre pour qui il nettoie l’église et qui lui trouve des emplois d’ouvrier agricole. Ces deux êtres que tout semble séparer, ont pourtant en commun, outre cette terre sèche et hostile magnifiquement cadrée par Michele Pennetta, le sentiment d’avoir été jeté au monde, de subir des choix effectués par d’autres. Dans un geste cathartique et humaniste, Il mio corpo va réunir ces deux corps en suspension, en quête d’émancipation, et leur offrir la possibilité de partager leur condition de prisonniers insulaires, le temps d’une rencontre aussi intense que fugace. (Emmanuel Chicon, Visions du Réel)


films du mois

Josep

De Aurel
Animation, France, Espagne, Belgique, 2020, 1h11, en français et espagnol s-t fr., 16/16

Février 1939. Submergé par le flot de Républicains fuyant la dictature franquiste, le gouvernement français les parque dans des camps. Deux hommes séparés par les barbelés vont se lier d’amitié. L’un est gendarme, l’autre est dessinateur. De Barcelone à New York, l'histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d'exception.
«Le sujet du film est le dessin. Bartolí son incarnation». Le dessinateur de presse Aurel et Jean-Louis Milesi, scénariste et dialoguiste attitré de Robert Guédiguian, retracent avec brio le destin de Josep Bartolí. Avec notamment les voix de Sergi López, Gérard Hernandez, Silvia Pérez Cruz, Bruno Solo, François Morel, David Marsais ou Valérie Lemercier.
«Une œuvre dessinée poignante par son sujet fort et sa forme audacieuse, où la poésie visuelle renforce la dureté du réel» (Bande à Part).
«De ce Josep recommandé à tous les publics, beaucoup d’images resteront gravées, mais on en retient une en particulier: deux amis à la vie à la mort repeignant, en compagnie de Frida Kahlo, la façade d’une hacienda avec des couleurs éclatantes. Insolentes comme l’espoir» (Télérama).
Cannes 2020, Sélection officielle / César 2021, Meilleur film d'animation / Lumières 2020, Meilleur film d'animation et Meilleure musique / European Film Awards 2020, Meilleur film d'animation / Prix Louis-Delluc du Premier Film

BIO CINéASTE
Aurel est dessinateur de presse. Il travaille pour Le Monde et Le Canard Enchaîné.
Il a publié une vingtaine d’ouvrages dont deux BD documentaires, Clandestino et La Menuiserie, et réalisé de nombreux reportages graphiques pour divers titres de la presse française. En 2011, il coréalise avec Florence Corre Octobre Noir, son premier court-métrage. Josep est son premier long-métrage.

rencontre cinéma
En présence du cinéaste le jeudi 29 avril à 18h30 et 20h30.
LES FESTIVALS SUISSES AU CINÉMA CITYCLUB
Sortie en collaboration avec le Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève (FIFDH)

films du mois

Énorme

De Sophie Letourneur
Avec Marina Foïs, Jonathan Cohen
Fiction, France, 2020, 1h41, en français, 16/16

Une pianiste prodige, son mari qui est aussi son coach, son agent, son homme à tout faire… Et ça lui prend d’un coup à 40 ans: Frédéric veut un bébé, Claire elle n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Il commet l’impardonnable et lui fait un enfant dans le dos. Claire se transforme en baleine et Frédéric devient gnangnan…
Fantaisiste, à la fois léger et grave, sans cesse surprenant et porté par l’excellent duo Marina Foïs et Jonathan Cohen, Énorme est une comédie pleine de justesse et souvent déroutante sur la grossesse, le couple et la parole.
«Énorme marque une nette accélération dans la filmographie de Letourneur, de par le terrain qu’il se propose d’occuper: celui d’une comédie populaire qui ne renoncerait pas pour autant à être un laboratoire des formes, à même d’élaborer un dispositif comique inédit» (Les Cahiers du Cinéma).
«Letourneur trouve du plaisir dans la gêne, de l’humour dans la noirceur, et continue avec ce nouveau film de creuser un des sillons les plus originaux et précieux du cinéma français» (Les Inrockuptibles).
«En jouant à fond sur la caricature, parfois de manière très osée, Énorme est une farce aussi improbable qu'hilarante» (Le Parisien).
GIFF 2020, Sélection / Rotterdam 2020, Compétition

Bio cinéaste
Sophie Letourneur est une cinéaste et scénariste française.
Après des études à l’École supérieure des arts appliqués Duperré puis à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs où elle signe trois films, Sophie Letourneur réalise des vidéos expérimentales, installations, et documentaires. En 2011, elle réalise un court-métrage, Le Marin masqué, qu’elle présente au Festival de Locarno; elle en profite pour tourner Les Coquillettes, acclamé par la critique. Elle signe ensuite La Vie au ranch, pour lequel elle reçoit les Prix du Public et Prix du Film Français au Festival de Belfort, et Gaby Baby Doll, mettant en scène Lolitah Chammah et Benjamin Biolay. Énorme est son quatrième long-métrage.

LES FESTIVALS SUISSES AU CINÉMA CITYCLUB
Sortie en collaboration avec le Geneva International Film Festival (GIFF)
L’équipe du GIFF est ravie de fêter la réouverture des cinémas et plus particulièrement celle du CityClub avec Énorme de Sophie Letourneur! Un film très attendu... et pourtant imprévisible. À sa découverte, cette comédie nous a surpris, séduit, emballé!
Tandis que le duo détonnant de comédien-ne-s se révèle à la hauteur de ses promesses, Sophie Letourneur s’amuse à tromper nos attentes. Du film à sketches, induit par les précédents rôles des brillants humoristes Marina Foïs et Jonathan Cohen, on passe très vite à une comédie de mœurs particulièrement émouvante, qui risque à tout moment de tourner au vinaigre pour ses notes douces-amères.
Si les premières images promotionnelles du film remémorent des comédies "parentales" populaires qui ont fait le buzz dès la fin des années 1980, les interprètes non professionnels – et autres incursions du réel – viennent bousculer cet opus aux airs romantiques. Entre dramedy et burlesque, Énorme – qui n'est rien de tout ça ou bien tout ça à la fois –, grossit le trait, ose la caricature jusqu’à bousculer son audience. Si ce film émeut autant qu’il dérange, c’est peut-être parce qu’il met à nu les désirs enfouis d’un couple, ses angoisses, ses passions sans limite, comme pour mieux décrypter et questionner l’imaginaire collectif des spectateur-trice-s. Un film qui renverse les codes, inverse les rôles et éprouve les clichés. Sophie Letourneur qui interroge la "norme" où qu’elle soit, dans nos quotidiens comme au cinéma, s’est vue récompensée du Prix Jean Vigo 2020. Elle est, pour nous, l'une de ces cinéastes jubilatoires, tant pour son talent que pour sa vertu de changer le cours d’une histoire, l’Histoire du cinéma et de nos mœurs.


Le P'tit CityClub

Bonjour le monde!

DÉS 3 ANS

De Anne-Lise Koehler et Eric SerrE, FRANCE, 1h01, en français, 0/6 ans

Comment naît-on oiseau, pourquoi naît-on insecte, mammifère ou poisson? Dix espèces d’animaux parmi tant d’autres naissent, vivent et s’apprivoisent les unes les autres le long d’une rivière… Et tous s’exclamant: «Bonjour le monde!».
Conçu avec des naturalistes et des experts, ce film retrace les étapes de la vie de dix espèces du règne animal. Réalisées en papier mâché, les délicates marionnettes prennent vie dans de superbes décors colorés, pour raconter aux petits et aux grands la vie de la faune et de la flore de nos campagnes et les sensibiliser à la préservation de la nature et à l’équilibre des écosystèmes. Un petit bijou tendre, poétique et délicat.

DOSSIER Pédagogique
> Télécharger le dossier pédagogique

LE P'tit CityClub
Chaque mois, des séances spéciales pour les enfants!

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.
Séance du 2 mai à 11h: COMPLET


films du mois

Adolescentes

De Sébastien Lifshitz
Doc., France, 2019, 2h15, en français, 10/14

Emma et Anaïs sont inséparables et, pourtant, tout les oppose. Sébastien Lifshitz suit leur parcours depuis leurs 13 ans jusqu’à leur majorité, cinq ans de vie où se bousculent les transformations et les premières fois. À leurs 18 ans, quelles femmes sont-elles devenues et où en est leur amitié? À travers cette chronique de la jeunesse, le film dresse aussi le portrait de la France de ces cinq dernières années.
Sélectionné à Locarno en 2019 et acclamé par la critique française, Adolescentes est le nouveau film de Sébastien Lifshitz, dont le CityClub avait montré Les Vies de Thérèse en 2017 et Les Invisibles en 2014.
«Chef-d’œuvre au long cours, Adolescentes capture la lente fanaison de l’adolescence de deux amies, Emma et Anaïs, dont la complicité, sublimement labile, n’a vocation qu’à être une parenthèse de clarté vers le monde adulte et sa matité monstrueuse» (Les Fiches du Cinéma).
«Adolescentes est de ces films qui cueillent le spectateur en suscitant une émotion qu’il ne voit pas venir, charmé par la légèreté apparente d’une chronique dans laquelle les moments de grâce ne manquent pas. Une œuvre aérienne, peu à peu rattrapée par la dureté du monde et, finalement, plus politique qu’on ne l’imaginait» (Télérama).
Locarno 2019, Semaine de la Critique, Prix Zonta / Belgique 2020, Compétition / Doclisboa 2019, Sélection

Bio cinéaste
Après des études d’histoire de l’Art à l’École du Louvre, Sébastien Lifshitz se tourne vers le cinéma.
Il réalise en 2000 son premier long-métrage, Presque Rien, plébiscité par la critique et distribué dans le monde entier. Suivront le documentaire La Traversée (2001), sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, puis Wild Side (2004) et Bambi (2016), tous deux primés au festival de Berlin. Après Les Invisibles (2012) en sélection au festival de Cannes et Les Vies de Thérèse (2017) à la Quinzaine des Réalisateurs, deux films projetés au CityClub, Sébastien Lifshitz réalise Adolescentes en 2019, primé au Festival de Locarno. Il prépare actuellement son nouveau documentaire.


films du mois

Petite Fille

De Sébastien Lifshitz
Doc., France, 2020, 1h25, en français, 12/12

Sasha, né garçon, se vit comme une petite fille depuis l’âge de 3 ans. Petite fille suit sa vie au quotidien, le questionnement de ses parents, de ses frères et sœur, tout comme le combat incessant que sa famille doit mener pour faire comprendre sa différence. Courageuse et intraitable, Karine, la mère de Sasha, mène une lutte sans relâche portée par un amour inconditionnel pour son enfant.
«C’est avec infiniment de délicatesse et d’empathie que Sébastien Lifshitz place sa caméra à la hauteur de cette vraie héroïne d’aujourd’hui, dont les regards, les espoirs, les doutes et les découragements sont accompagnés par une caméra à la fois discrète et immersive» (Positif).
Magistral, passionnant, bouleversant, les adjectifs en viendraient à manquer pour qualifier la réussite de Petite Fille. À partir d'un portrait sur la différence, Sébastien Lifshitz a l'intelligence de toucher à une humanité dans ce qu'elle a de plus universelle, et s'affirme définitivement comme l'un des meilleurs documentaristes en activité» (Ecran Large).
FIFDH 2021, Prix du Jury HUG - Artopie

Bio cinéaste
Après des études d’histoire de l’Art à l’École du Louvre, Sébastien Lifshitz se tourne vers le cinéma.
Il réalise en 2000 son premier long-métrage, Presque Rien, plébiscité par la critique et distribué dans le monde entier. Suivront le documentaire La Traversée (2001), sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, puis Wild Side (2004) et Bambi (2016), tous deux primés au festival de Berlin. Après Les Invisibles (2012) en sélection au festival de Cannes et Les Vies de Thérèse (2017) à la Quinzaine des Réalisateurs, deux films projetés au CityClub, Sébastien Lifshitz réalise Adolescentes en 2019, primé au Festival de Locarno, et Petite Fille en 2020. Il prépare actuellement son nouveau documentaire.

LES FESTIVALS SUISSES AU CINÉMA CITYCLUB
Sortie en collaboration avec le Festival du film et forum international sur les droits humains de Genève (FIFDH)
«Le Jury Artopie du FIFDH, composé de jeunes du Service de psychiatrie de l'enfance et l'adolescence des HUG, a primé ce film avec beaucoup de ferveur, d'enthousiasme et d'émotions. Petite fille est une histoire de famille, une histoire d'amour et de liens, une histoire qui nous rassemble. Pour les jeunes issus de cet atelier, qui sont dans une phase délicate de leur vie, primer ce film leur a sans doute permis d'affirmer quelque chose en eux. Un film qui montre à quel point mettre autour de soi des valeurs comme l'engagement permet de se révéler.» (Claudia Dessolis, responsable des actions culturelles du FIFDH).


Rencontre cinéma

Retour à Višegrad, en prés. des cinéastes

COMPLET

Dans Retour à Višegrad, présenté en compétition nationale à Visions du Réel en 2020, Julie Biro et Antoine Jaccoud filment les retrouvailles d'anciens élèves serbes et bosniaques, 25 ans après leur séparation en raison de la guerre. Julie Biro et Antoine Jaccoud seront présents au Cinéma CityClub lors de deux projections en avant-première.

Retour à Višegrad De Julie Biro et Antoine Jaccoud
(Doc., Suisse, 2020, 1h34, v.o. s-t fr., 16/16) – En avril 1992, la guerre éclate en Yougoslavie. Dans la ville de Višegrad, en Bosnie Orientale, les élèves musulmans et serbes se retrouvent séparés. Vingt-cinq ans après, Budimir Zecevic, l’ancien directeur de l’école, accompagné de Djemila Krsmanovic, veuve de l’un de ses plus proches collègues, prennent leur vieille Zastava et commencent un long voyage pour réunir à nouveau les enfants.
«Julie Biro et Antoine Jaccoud filment avec justesse les retrouvailles de cette génération sacrifiée, qui a brutalement quitté l’enfance dans un monde liquidé par les adultes» (Visions du Réel).

BIO CINéASTES
Née en 1970, Julie Bro est historienne de formation.
Elle a effectué plusieurs postes dans l’humanitaire pour la Suisse (Direction du Développement et de la Coopération, Fondation Terre des hommes) et en France (Coordination SUD, CCFD-Terre Solidaire). En 2011, elle suit une formation en réalisation documentaire aux Ateliers Varan et se forme en montage et son à l’École des Gobelins.
Antoine Jaccoud est né à Lausanne en 1957. Licencié en sciences politiques, il fait quelques années de journalisme avant de se former à l’écriture dramatique auprès de Krzysztof Kieslowski. Récipiendaire du Prix d’Honneur du Cinéma Suisse en 2016, il est le coauteur, avec la cinéaste Ursula Meier, des scénarios de Home (2008) et de L’Enfant d’en haut, Ours d’argent au festival du film de Berlin en 2012, ou encore de Journal de ma tête de la même réalisatrice. Il a récemment écrit le scénario des films Le vent tourne de Bettina Oberli (2018), Insulaire de Stéphane Goël (2018) ou encore Miséricorde de Fulvio Bernasconi (2016). Antoine Jaccoud écrit également pour le théâtre et la performance.

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections, Projections suivies d'une discussion
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)
Séances complètes.


Ciné-seniors

De la cuisine au parlement

DE STÉPHANE GOËL
DOCUMENTAIRE, SUISSE, 2021, 1H30, 8/8


Une balade à travers un siècle d’histoire suisse sur les traces de celles qui se sont battues pour sortir de leur cuisine – et de ceux qui ont tout tenté pour les y renvoyer – jusqu’à l’obtention d’une égalité de droit dont la réalité semble parfois encore bien fragile.
La Suisse a été l’un des derniers pays du monde à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux femmes. Plus d’un siècle de lutte et 80 votations ont été nécessaires pour convaincre les Helvètes masculins de céder une partie de leurs privilèges. Le combat des femmes a été également interminable pour obtenir le droit à l’avortement et au congé maternité, une réforme du droit du mariage ou une loi sur l’égalité. Et la lutte continue, pour l’égalité salariale, contre le harcèlement et la culture du viol. Des premières manifestations des suffragettes dans les années 1920 à la grève féministe* de 2019, ce film – basé sur un matériel d’archive d’une richesse exceptionnelle et des témoignages de militantes –  résume l’histoire des femmes en politique dans la Suisse des 20 et 21e siècle.

RENCONTRE
En présence du cinéaste Stéphane Goël.

Ciné-seniors
Un à deux vendredis après-midi par mois, une séance spéciale, ouverte à toutes et à tous, organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.

INFOS PRATIQUES
Portes: 14h, Projection: 14h30
Tarif des séances Ciné-seniors: 10.-

films du mois

The Earth is Blue as an Orange

De Iryna Tsilyk
DOC., Ukraine, Lituanie, 2020, 1h14, v.o. s-t fr., 16/16

Anna et ses quatre enfants vivent dans une petite ville de la "zone rouge" du Donbass, en Ukraine. Pour affronter une vie perturbée par la guerre, ils décident de tourner un film sur leur quotidien dans cette ville détruite. Ils transforment leur salon en studio, demandent aux soldats, dans la rue, de prendre place devant la caméra, et leurs mésaventures bien réelles prennent des allures de fiction..
La réalisatrice Iryna Tsilyk offre un regard surprenant sur cette situation et cette famille courageuse et parvient à capturer des instants de vie et des espoirs. Pour Anna et ses enfants, filmer devient un moyen pour rester humains.
Berlin 2020, Compétition / Sundance 2020, Meilleure réalisation (documentaire) / Zurich 2020, Mention spéciale Meilleur documentaire / Black Movie 2021, Sélection

BIO CINéASTE
Iryna Tsilyk est née le 18 novembre 1982 à Kiev.
En 2016, son court-métrage Home est lauréat du Prix du meilleur film court au festival d'Odessa. En 2020, elle réalise The Earth Is Blue As an Orange, en compétition à Berlin et primé à Sundance ou à Zurich. Iryna Tsilyk est également l'auteure de plusieurs ouvrages de poésie ou de livres pour enfants.

LES FESTIVALS SUISSES AU CINÉMA CITYCLUB
Sortie en collaboration avec le Festival Black Movie
«Enfin Sur grand écran et en public! Le festival Black Movie s’associe au Cinéma CityClub à l’occasion de la réouverture tant attendue des salles de cinéma pour présenter un des films «coup de cœur» de  son édition online 2021. The Earth is Blue as an Orange nous mène à la rencontre d'Anna et ses quatre enfants pendant la guerre du Donbass. La réalisatrice, Iryna Tsilyk, témoigne de la force du cinéma et de la puissance absolument indestructible de l’amour. Fuir? Rester et continuer à raconter? Si tout le monde part, qui sera là pour reconstruire leur ville?» (Kate Reidy, co-directrice Black Movie)


Le P'tit CityClub

L’Odyssée de Choum

Dès 3 ans

courts-métrages, 38’, en français, 0/0

Choum, la petite chouette vient juste d’éclore lorsque la tempête la pousse hors du nid. Faisant rouler le second œuf de la nichée, la voilà qui s’élance contre vents et marées, bien décidée à trouver une maman... Une histoire douce et tendre, précédée de deux courtes histoires avec d’autres oiseaux: Le Nid, l’histoire d’un drôle d’oiseau à la recherche d’une âme sœur, et L’oiseau et la baleine qui raconte l’improbable rencontre entre un baleineau et un oiseau en cage rescapé d’un naufrage.
DOSSIER PÉDAGOGIQUE
> Télécharger le dossier pédagogique de L'Odyssée de Choum
INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.


Rencontre cinéma

Trixie, en présence de l'équipe du film

Le Lausannois Bastien Genoux retrace la vie et la carrière de Beatrice Cordua, Trixie de son nom de scène, figure marquante de la danse. Un documentaire coécrit avec la chorégraphe Nicole Seiler, qui lui avait consacré un spectacle documentaire en 2015, projeté en présence du cinéaste et de l'équipe du film.

Trixie de Bastien Genoux
(Doc., Suisse, 2020, 1h20, v.o. s-t fr., 16/16) – Le portrait sensible d'une femme extraordinaire, qui partage son vécu de danseuse et de chorégraphe. Évoluant au cœur de l'effervescence créative allemande, Trixie aura marqué les esprits et l'histoire de la danse. Ses expériences révèlent une vie fascinée par les grandes icônes de la danse qu’elle a fréquentées – de Pina Bausch à Maurice Béjart. Par la parole et les gestes, celle qui a fait de son corps son «âme sœur» dessine son incroyable carrière en abordant la question intime du rapport au corps vieillissant.
«Tout en nuances, le film oscille entre bribes de quotidien saisies au vol, archives déroulant des années d’effervescence créatrice, et des fragments du spectacle The Wanderers Peace, pièce documentaire créée par Nicole Seiler. Touchant, coloré, rythmé comme un ballet avec ses acmés et ses instants suspendus» (24 Heures).

BIO CINÉASTE
Né en 1976 à Lausanne, Bastien Genoux devient réalisateur et chef opérateur après ses études à l’école de photographie de Vevey.
Il s’engage dans de nombreux projets d’arts vivants, en créant des visuels et des films pour de nombreux spectacles de théâtre et de danse dont Living-room Dancers réalisé en collaboration avec la compagnie Nicole Seiler en 2010. L'approche documentaire sensible valorisant les parcours de vie atypiques est au centre de sa démarche, comme dans Visions singulières en 2015 et, d’une manière plus politique, dans Me duele la Memoria, coréalisé avec Iara Heredia, où ils donnent la parole aux exilés qui ont vécu le Chili d’Allende et quitté le pays après le coup d’État de 1973.

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)


Ciné-seniors

Schwesterlein (Petite sœur)

DE STÉPHANIE CHUAT ET VÉRONIQUE REYMOND
Avec Nina Hoss, Lars Eidinger, Marthe Keller
Fiction, Suisse, 2020, 1h30, v.o. s-t fr., 12/14

Brillante auteure de théâtre, Lisa n'écrit plus. Elle vit en Suisse avec sa famille, mais son cœur est resté à Berlin, il bat au rythme de celui de son frère Sven, célèbre acteur de théâtre. Les liens des jumeaux se sont resserrés depuis que Sven est atteint d'une leucémie agressive. Lisa refuse cette fatalité et remue ciel et terre afin qu'il remonte sur scène. Pour son âme sœur, elle se donne entièrement, néglige tout le reste, au risque de mettre son couple en danger.
Sélectionné en Compétition à la Berlinale 2020, primé cinq fois aux Prix du cinéma suisse (Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleur second rôle féminin, Meilleure photographie et Meilleur montage), Schwesterlein représente la Suisse dans la course aux Oscars 2021. «Un drame subtil et puissant» (Le Temps).

Ciné-seniors
Deux vendredis après-midi par mois, une séance spéciale, ouverte à toutes et à tous, organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.

INFOS PRATIQUES
Portes: 14h, Projection: 14h30
Tarif des séances Ciné-seniors: 10.-

Rencontre cinéma

Le Périmètre de Kamsé d'Olivier Zuchuat, en sa présence

Sélectionné en compétition à Visions du Réel en 2020, Le Périmètre de Kamsé revient sur le combat de villageois burkinabè qui luttent contre la désertification de leurs terres. Un récit engagé et poétique à découvrir en présence du cinéaste lors de deux séances en avant-première.

Le Périmètre de Kamsé D'Olivier Zuchuat
(Doc., Suisse, France, Burkina Faso, 2020, 1h33, v.o. s-t fr., 16/16) – Dans le Nord du Burkina Faso, la désertification grignote les terres et l’émigration vide les villages. À Kamsé, les habitants restés sur place se sont lancés dans un chantier pharaonique avec des moyens d’un autre temps: creuser à la pelle et à la pioche, dans la fournaise, un réseau de digues et de mares, puis planter des milliers d’arbres pour reverdir et fertiliser les zones conquises par le désert. Une bataille menée par les femmes, qui transforment à la force de leurs bras, le périmètre de Kamsé.

Olivier Zuchuat à propos du film
«Notre époque est marquée par de nombreux exodes migratoires depuis les pays africains.
Simultanément, la désertion des habitants des zones rurales vers les mégapoles urbaines est un phénomène massif aux conséquences souvent dramatiques. Pour autant, une partie considérable de la population n’émigre pas ou ne quitte pas les villages pour les villes, se retrouvant ainsi à la fois actrice et victime de la désertification. Ce film est consacré à celles et ceux qui restent, et décident de faire front. Un film à l’envers des «films aux frontières» consacrés aux drames migratoires. Un film pourtant à la frontière puisque «sahel» signifie «bord», «rivage» en arabe... Au bord du désert...»

BIO CINÉASTE
Né en 1969 à Genève, Olivier Zuchuat étudie la physique théorique à l'EPFLet à Dublin, et fait également des études de lettres à l’Université de Lausanne.
Au théâtre, il met en scène plusieurs textes de Bertolt Brecht et Heiner Müller et travaille comme dramaturge. Depuis 2000, il se consacre entièrement au cinéma. Il réalise plusieurs essais documentaires, notamment Au Loin des villages (2008), Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit (2013) et Le périmètre de Kamsé (2021). En parallèle, il travaille comme monteur sur une dizaine de longs-métrages, documentaires ou installations-vidéos. Il a enseigné l’esthétique du montage et la réalisation à la FEMIS (Paris) et à l’Université de Paris- Est Marne la Vallée. Depuis 2015, il est professeur au département Cinéma de la HEAD à Genève.

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections, Projections suivies d'une discussion
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)
mai 2021      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier