15 mars


Du vendredi 13 au dimanche 15 mars

15h

Le FIFAD au CityClub

Le Festival International du Film Alpin des Diablerets, qui célèbre chaque été les films et les cinéastes montrant la montagne sous toutes ses formes, a fêté ses cinquante ans en 2019. Quelques mois avant sa prochaine édition (du 8 au 15 août), le festival s’invite à Pully pour trois jours de festivités au CityClub. Au programme, le meilleur de la 50e édition avec quatre séances thématiques, en présence de plusieurs invités, et une séance pour les enfants.

13 mars à 19h: SoiréE Aventure
Ouverture par Olivier Français, Conseiller aux États et président du FIFAD. En présence de Benoît Aymon, journaliste et directeur artistique du FIFAD.
Films projetés:
Pathan Project de Guillaume Broust – Prix Diable d’or cat. Exploration/Aventure 2019
(France, 42’) – Quatre mousquetaires dans l’une des vallées les plus reculées du Pakistan, jusqu’ici interdite au public. On n’insistera jamais assez sur le fait qu’une aventure aussi engagée ne repose pas que sur les capacités et les performances des individus en tant que tels. C’est avant tout un état d’esprit – qui n’interdit pas la franche déconnade entre amis ! – qui peut assurer le succès ou l’échec d’une entreprise. Rien de tel qu’un photographe belge pour donner la réplique à la gouaille française…

Metrophobia d’Antoine Moineville
(France, 32’) – Une équipe d’alpinistes franco-suisse s’embarque dans un voyage en kayak de 170 kilomètres pour découvrir l’une des plus grandes faces du Groenland, le Tommelfinger. C’est au pieds du mur qu’ils découvrent une face de 2'000 mètres de haut. Loin de tout, avec très peu de moyens, dans des conditions rocambolesques, ils ouvrent «Metrophobia» en 7 jours. Sans savoir que sur le chemin du retour, le plus dur reste sans doute à faire…

Let’s Go to Antarctica de Gonzaga Manso – Prix Diable d’or cat. Environnement 2019
(Espagne, 5’,) – Carlos ne rêve que d’une chose : photographier des pingouins ou des manchots en Antarctique. Peu importe, il ne fait pas la différence ! Ce jeune quadra s’inscrit naïvement à une croisière qui l’emmènera, avec des centaines d’autres touristes, dans les eaux froides du grand Sud. Avec un bilan carbone qui fait froid dans le dos, c’est le cas de le dire ! Un ton décapant, toujours drôle, un brin culpabilisant et qui, entre les lignes, posent tout de même de bonnes questions...
> Billets en ligne

13 mars à 21h: SoiréE Vincent Munier
En présence de Benoît Aymon et de Pierre-Antoine Hiroz, réalisateur
Films projetés:
Vincent Munier, éternel émerveillé de Benoit Aymon et Pierre-Antoine Hiroz
(Suisse, 52’) – Capable de tisser un lien entre l’homme et le vivant, le pape de la photographie animalière nous transmet avec une subtilité qui lui est propre ses émotions les plus intimes. Mais Vincent Munier en est convaincu : montrer la beauté du monde ne suffit plus. C’est un choc, une sorte de révolution culturelle que nous devons désormais opérer si nous voulons préserver – pour ne pas dire sauver - le monde que nous laisserons à nos enfants.

Ours, simplement sauvage de Vincent Munier et Laurent Joffrion – Grand Prix FIFAD 2019
(France, 52’) – Une immersion intimiste au pays des ours des falaises, au Nord de l’Espagne. Dans le sillage de cette figure animale emblématique, quatre naturalistes français et espagnols nous font part de leur expérience dans une nature préservée. Des ours, mais aussi des loups, des loutres et des vautours fauves. Ce film pose des questions essentielles sur notre perception du monde sauvage et notre rapport – encore possible – avec la nature. Un film qui tombe à pic, alors que l’ours repointe le bout de son nez dans notre paysage!
> Billets en ligne
14 mars à 19h: Soirée Freeride
En présence de Benoît Aymon et de Nicolas Bideau, Ambassadeur (Présence Suisse)
Films projetés:
Twenty de Guido Perrini
(Suisse, 58') – Au service des plus grands réalisateurs de films de free ride, le cameraman Guido Perrini nous propose son propre film, Twenty, autrement dit vingt, comme vingt ans d’archives hallucinantes. On y retrouve les plus grands rider du monde. Des larmes, des rires et des images époustouflantes. Le film n’élude pas pour autant les questions qui taraudent les esprits: quel est le prix à payer pour vivre dans ce monde littéralement hors norme?

Heatseeker de Nicolas Vuignier
(Suisse, 4’) – Hommage au passé, cap sur l’avenir !  Le jeune réalisateur Nicolas Vuignier s’inscrit parfaitement dans la lignée de frères Falquet – entre autres ! Une prouesse technique, un immense talent et des idées à revendre pour un petit chef-d’œuvre dans ce genre de film qu’on aurait pu croire à bout de souffle. Nicolas Vuignier renouvelle le genre, rien que ça!

Hors Piste de L. Brunel, L. Cavalier, C. Jalabert et O. Malet – Prix spécial du jury 2019
(France, 10’) – Travail de routine pour deux professionnels du sauvetage en montagne. Sauf que tout ne se passe pas tout à fait comme prévu. Le sauvetage en montagne est un métier risqué, un travail d’équipe. Avec, parfois des drames à la clef. Mais cette fois.ci, de jeunes artistes ont décidé d’en sourire. Une manière drôlement iconoclaste de rendre hommage au monde du sauvetage!
> Billets en ligne
14 mars à 21h: Soirée Himalaya
En présence de Benoît Aymon
Films projetés:
Zabardast de Jerôme Tanon – Prix Diable d’or cat. Sports extrêmes 2019 –
(France, 52’, 6/10) – Tant qu’à repousser les limites humaines, autant repousser les limites géographiques! Pourquoi pas skier un sommet de près de 6'000 mètres dans une des régions les plus isolées de la planète? Cinq semaines d’expédition en autonomie complète, cinq semaines au cours desquels l’accident est tout simplement interdit. Une aventure pour le moins engagée, aux confins du Pakistan. Au fait, Zabardast, en pakistanais dans le texte, ça se traduit par quelque chose comme «merveilleux». À l’image du film, en quelque sorte…

Himalaya, la marche au-dessus d’Eliott Schonfeld – Prix du public 2019
(France, 52’) – Lorsqu’on demande à Eliot sa profession, il répond sans hésiter: explorateur! Le fait est que ce jeune homme de 26 ans n’a pas froid aux yeux. Après la Mongolie et une mémorable traversée en solitaire de l’Alaska – et notamment une rencontre avec un grizzli qui aurait pu tourner au vinaigre – Eliott Schonfeld s’est lancé un nouveau défi en voulant traverser en autonomie complète la chaîne de l’Himalaya. Et de se débarrasser au passage de tout ce qui embarrasse, autrement dit en abandonnant tout objet issu du monde dit «civilisé». Une marche – et une démarche – vers la décroissance…
> Billets en ligne
15 mars à 15h: Séance pour les enfants
Film projeté: Loups tendres et loufoques, courts-métrages à voir dès 3 ans (53’)
Un loup qui se croit le plus beau, un louveteau qui veut chasser tout seul, un petit loup qui aime la compagnie… Dans Loups tendres et loufoques, les loups des contes et des livres sont revisités avec humour et poésie, pour leur rendre leur place dans la nature. Au fond, c’est bien connu: les loups ont tous un cœur d’artichaut ! Six courts-métrages pour découvrir toutes leurs facettes, dans une large palette de techniques d’animation.

LIEN
> Le FIFAD

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)
Tarifs séance enfants: 10.- (adulte et 1er enfant) / 5.- par enfant dès le 2e enfant

Le P'tit CityClub

15h

Loups tendres et loufoques.

Dès 3 ans

COURTS-MÉTRAGES, 53 MINUTES, EN FRANÇAIS, 0/0 ANS

Un loup qui se croit le plus beau, un louveteau qui veut chasser tout seul, un petit loup qui aime la compagnie… Dans Loups tendres et loufoques, les loups des contes et des livres sont revisités avec humour et poésie, pour leur rendre leur place dans la nature. Au fond, c’est bien connu : les loups ont tous un cœur d’artichaut ! Six courts-métrages pour découvrir toutes leurs facettes, dans une large palette de techniques d’animation.

PROGRAMME FIFAD ON TOUR
Séance proposée en collaboration avec le Festival International du Film Alpin des Diablerets: du 13 au 15 mars, cinq séances thématiques au CityClub en présence d'invités.
> Toutes les infos

LE P'tit CityClub
> Télécharger le programme jusqu'en mai
INFOS PRATIQUES
Portes: 14h30.
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.


films du mois

16h30

L'Angle mort

ANNULÉ

De Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic
Avec Jean-Christophe Folly, Isabelle Carré, Golshifteh Farahani
Fiction, France, 2019, 1h44, en français, 16/16

Dominick Brassan a le pouvoir de se rendre invisible. Il ne s’en sert pas beaucoup. À quoi bon, d’ailleurs? Il a fait de son pouvoir un secret vaguement honteux, qu’il dissimule même à sa fiancée, Viveka. Et puis vient un jour où le pouvoir se détraque et échappe à son contrôle en bouleversant sa vie, ses amitiés et ses amours…
Le duo de réalisateurs Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic, auteurs de Dancing en 2001 et L’Autre en 2008, s’inspirent librement du mythe de l’homme invisible et proposent un conte fantastique et social, sélectionné à l’Acid à Cannes.
«Avec sa mélancolie poignante et décalée, L’Angle mort évoquerait plutôt certains films d’Alain Resnais, un mélange de funeste et de drôlerie cruelle sur un fond d’inquiétante étrangeté et d’implacable précision psychique» (Les Cahiers du cinéma).
«Jamais dans les rails du convenu, Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic dynamitent un mythe, en le débarrassant de ses bandelettes et savants fous. En surgit une œuvre innovante. Simple aussi, comme un témoignage éclairé sur notre existence» (Bande à Part).
Cannes 2019, Sélection Acid

Bio cinéastes
La collaboration entre Patrick Mario Bernard, plasticien et compositeur, et Pierre Trividic commence en 1996 avec Le Cas Lovecraft (Fipa d’Or) sur une commande de France 3 pour la collection Un Siècle d’Écrivains.
Pour la télévision encore, ils réalisent Ceci est une Pipe pour Canal+ en 2000 et Une Famille parfaite pour Arte en 2005. Pour le cinéma, ils écrivent et réalisent deux longs-métrages, Dancing en 2001 et L’Autre en 2008 (Prix de la meilleure interprétation féminine pour Dominique Blanc à Venise). À côté de leurs travaux communs, Pierre Trividic poursuit une activité de scénariste pour le cinéma (de Petits arrangements avec les morts, de Pascale Ferran, à Marvin ou La belle éducation d’Anne Fontaine, en passant par Ceux qui m’aiment prendront le train de Patrice Chéreau). Patrick Mario Bernard poursuit lui son activité de plasticien et, en 2018, a réalisé Good, long-métrage consacré au musicien Rodolphe Burger.


films du mois

20h30

La vie invisible d'Eurídice Gusmão

ANNULÉ

De Karim Aïnouz
Fiction, Brésil, 2019, 2h20, v.o. s-t fr., 16/16

Rio de Janeiro, 1951. Eurídice et Guida sont deux sœurs inséparables de 18 et 20 ans. Elles vivent chez leurs parents et poursuivent chacune un rêve: Eurídice veut devenir pianiste, Guida cherche le grand amour. À cause de leur père, les deux sœurs vont devoir construire leurs vies l’une sans l’autre. Séparées, elles prendront en main leur destin, sans jamais renoncer à se retrouver…
Librement adapté du succès littéraire éponyme de Martha Batalha, La vie invisible d’Eurídice Gusmão prouve l’immense talent de Karim Aïnouz à mettre en scène les mélodrames en costume. Une œuvre profondément contemporaine, émouvante et aux couleurs saturées, avec des héroïnes libres, dignes et courageuses.
«Bouleversant, ce récit s'étend sur plus de cinquante ans et voit alterner les moments sombres, joyeux, violents ou déchirants. Il rend un hommage vibrant et coloré à toutes les femmes aux vies invisibles» (Le Parisien).
«Le mélodrame acquiert ici une dimension puissamment féministe en s’ancrant dans un quotidien scruté à la loupe» (Critikat).
«Une fresque intime et ambitieuse qui dit le lien indestructible entre sœurs, incarnées par deux comédiennes charismatiques. On pleure de bonheur» (RTS).
«D’une injustice si révoltante qu’il fait mal au ventre, ce film dépeint aussi l’une des plus belles histoires d’amour du cinéma» (20 Minutes).
Cannes 2019, Grand Prix Un Certain Regard

BIO CINéASTE
Né en 1966 au Brésil, Karim Aïnouz a étudié l’architecture à Brasilia puis suivi une formation en théorie du cinéma à l’Université de New York.
Son premier long-métrage, Madame Satã, a été présenté en 2002 à Un Certain Regard à Cannes. Puis il réalise deux films présentés à Venise: Love for Sale en 2006 et I Travel Because I Have to, I Come Back Because I Love You en 2009. Deux ans plus tard, il présente The Silver Cliff à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, alors que Futuro Beach est en Compétition à Berlin en 2014. Après un passage par le documentaire, il présente son septième long-métrage, La vie invisible d'Eurídice Gusmão, à Cannes, où il reçoit le Grand Prix Un Certain Regard. Il réalise en outre la série Alice sur HBO Latin et crée des installations artistiques présentées lors de plusieurs Biennales d’art.

août 2020      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier