14 octobre


Le P'tit CityClub - Dès 6 ans

14h

Dilili à Paris

De Michel Ocelot
Animation, France, 2018, 1h35, en français, 6/8 ans

Dans le Paris de la Belle Époque, en compagnie d'un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle va d'aventure en aventure à travers la ville prestigieuse, rencontrant des hommes et des femmes extraordinaires, qui l'aident, et des méchants, qui sévissent dans l'ombre. Les deux amis feront triompher la lumière, la liberté et la joie de vivre ensemble.
Une œuvre poétique et humaniste par le réalisateur de Kirikou et Azur et Asmar.

LE P'TIT CITYCLUB

> Télécharger le programme de septembre à décembre 2018 du P’tit CityClub


info supplémentaire

Avec médiation le dimanche 14 octobre à 14h


INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections.

Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant. Avec un sirop offert.
À savoir, les enfants plus jeunes de deux ans de l'âge légal indiqué peuvent assister aux séances s'ils sont accompagnés d'un représentant légal.

films du mois

16h30

Sofia

De Meryem Benm'Barek
Fiction, Maroc, France, Qatar, 2018, 1h20, en français et v.o. s-t fr., 16/16

Sofia, 20 ans, vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse vingt-quatre heures pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités…
À travers le portrait de Sofia, Meryem Benm'Barek raconte le Maroc d’aujourd’hui et la fracture sociale. Un premier long-métrage récompensé du Prix du scénario au dernier Festival de Cannes (Un Certain Regard). « S’attachant à un sujet d’une affolante banalité, l’accouchement d’une jeune femme hors mariage dans le Maroc d’aujourd’hui, Sofia propose un instantané de cette société marocaine, embrassant largement des enjeux qui dépassent ceux du simple drame familial » (Libération).
Cannes 2018 - Un certain Regard, Prix du Scénario

AVEC
Maha Alemi, Lubna Azabal, Sarah Perles

BIO réalisatrice
Meryem Benm’Barek est née en 1984 à Rabat au Maroc. Elle a étudié l’arabe à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales à Paris avant de rejoindre en 2010 l'INSAS à Bruxelles pour y étudier la réalisation.
Elle y a réalisé cinq courts-métrages, notamment Jennah en 2014, en lice pour les Oscars 2015 et sélectionné dans de nombreux festivals internationaux. Elle est également intervenue pour la création de design sonore et a exposé au Victoria and Albert Museum de Londres. Sofia est son premier long-métrage, pour lequel elle a notamment été lauréate de la Fondation Gan et du Doha Film Institute.


films du mois

18h

Donbass

De Sergei Loznitsa
Fiction, Ukraine, 2018, 2h01, v.o. s-t fr., 16/16

Dans le Donbass, région de l'est de l'Ukraine, une guerre hybride mêle conflit armé ouvert, crimes et saccages perpétrés par des gangs séparatistes. Dans le Donbass, la guerre s'appelle la paix, la propagande est érigée en vérité et la haine prétend être l'amour. Un périple à travers le Donbass, c’est un enchaînement d’aventures folles, dans lesquelles le grotesque et le tragique se mêlent comme la vie et la mort. Ce n’est pas un conte sur une région, un pays ou un système politique mais sur un monde perdu dans l’après-vérité et les fausses identités. Cela concerne chacun d’entre nous.
Le quatrième long-métrage de fiction du cinéaste ukrainien, après My Joy, Dans la brume et Une Femme douce. Primé au festival de Cannes, Donbass, charge féroce, est constitué de douze épisodes, chacun racontant une histoire inspirée d’événements réels, qui se déroule entre 2014 et 2015 dans les territoires occupés.
Cannes 2018 - Un Certain Regard, Prix de la Mise en Scène

Avec
Boris Kamorzin, Valeriu Andriutã, Tamara Yatsenko

BIO Réalisateur
Sergei Loznitsa, né en 1964, grandit à Kiev et obtient en 1987 un diplôme de mathématiques appliquées à l’Ecole Polytechnique de Kiev.
Il travaille ensuite comme chercheur à l’Institut de Cybernétique de Kiev, spécialisé dans l’intelligence artificielle. En 1997, il est diplômé de l’Institut National Russe de cinéma, à Moscou, où il étudie la réalisation. Depuis, il a réalisé 18 documentaires primés à travers le monde et trois films de fiction, tous présentés en compétition au Festival de Cannes (My Joy en 2010, Dans la brume en 2012 et Une Femme douce en 2017). Donbass, son quatrième long métrage de fiction, a fait l’ouverture de la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2018 et a reçu le Prix de la Mise en scène.


films du mois

20h30

Mademoiselle de Joncquières

D’Emmanuel Mouret
Fiction, France, 2018, 1h49, en français, 16/16

Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...
Pour son neuvième film, le réalisateur de L’Art d’aimer Emmanuel Mouret adapte un récit conté dans Jacques le Fataliste de Diderot et signe son premier film en costumes. « La modernité de cette histoire m’avait semblé saisissante, j’entends par là que ce qui est moderne est ce qui ne vieillit pas et traverse le temps. Les désirs, les sentiments, les élans, les conflits qui traversent les personnages et les questions que soulève le récit me semblent très contemporains. Les questions morales que se pose le 18e siècle sont toujours à l’œuvre de nos jours » (Emmanuel Mouret).
Toronto 2018, Sélection

Avec
Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz

Bio Réalisateur
Emmanuel Mouret réalise un premier court métrage à l'âge de 19 ans, alors qu'il vit encore à Marseille. Arrivé à Paris, il suit pendant quatre ans des études d’art dramatique, puis intègre la Fémis en «réalisation».
Diplômé en 1998, son film de fin d'études Promène-toi donc tout nu! sort en salles en 1999. Il écrit et réalise son premier long-métrage en 2000, Laissons Lucie faire!, dans lequel il joue et dirige Marie Gillain. Il enchaîne quatre ans plus tard avec son second long, Vénus et Fleur, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, de même que Changement d'adresse, qui sort en 2006. Il y offre son premier rôle au cinéma à Frédérique Bel, qui jouera dans quatre autres de ses films, dont Un Baiser, s'il vous plaît!, son quatrième film. Après Fais-moi plaisir! en 2009, son cinquième film, Emmanuel Mouret tourne en 2010 L'Art d'aimer, film choral. Septième film en poche avec Une autre vie en 2013, il revient à la comédie de mœurs en 2015 avec Caprice. Le cinéaste joue fréquemment le rôle principal de ses films, interprétant un jeune homme candide et maladroit et signe chaque fois le scénario, à l’exception de son dernier film, Mademoiselle de Joncquières, où il adapte Diderot.

octobre 2018      
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier