30 décembre


Le P'tit CityClub - Dès 3 ans

15h

Ernest et Célestine en hiver

Courts-métrages de Julien Chheng et Jean-Christophe Roger
2017, 48', en français, 0/6 ans

Ernest, un gros ours de Charabie, aime jouer de la musique et manger de la confiture. Il habite avec Célestine, une petite souris orpheline qu'il a recueillie chez lui. À l'approche des premiers flocons, ils se préparent à l'hibernation d'Ernest: il faut s'occuper de Bibi, leur oie sauvage, se rendre au bal des souris, et, bien sûr, ne surtout pas oublier de cuisiner de bons gâteaux pour qu'Ernest s'endorme le ventre plein!
Quatre courts-métrages, fidèlement adaptés des célèbres albums de Gabrielle Vincent, où on retrouve nos deux héros aux premiers jours de l'hiver.

Le P'tit cityclub

> Télécharger le programme de septembre à décembre 2018 du P’tit CityClub


INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections.

Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant. Avec un sirop offert.
À savoir, les enfants plus jeunes de deux ans de l'âge légal indiqué peuvent assister aux séances s'ils sont accompagnés d'un représentant légal.


films du mois

18h30

Miraï, ma petite sœur

De Mamoru Hosoda
Animation, Japon, 1h38, v.o. s-t fr., 8/10

Kun est un petit garçon à l’enfance heureuse jusqu’à l’arrivée de Miraï, sa petite sœur. Jaloux de ce bébé qui monopolise l’attention de ses parents, il se replie peu à peu sur lui-même. Au fond de son jardin, où il se réfugie souvent, se trouve un arbre généalo-ma-gique. Soudain, Kun est propulsé dans un monde fantastique où vont se mêler passé et futur. À travers ces aventures, Kun va découvrir sa propre histoire…
Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, le nouveau film d’animation du cinéaste Japonais Mamoru Hosoda, auteur de auteur des films Le Garçon et la Bête ou Ame & Yuki, Les enfants loups. Miraï, ma petite sœur est une œuvre superbe sur l’enfance, à la fois sensible et esthétique qui épouse le point de vue d’un enfant de quatre ans.
Cannes 2018, Quinzaine des Réalisateurs / Annecy 2018, Sélection

Bio réalisateur
Mamoru Hosoda est né en 1967 à Toyama. Diplômé de l’Université des beaux-arts de Kanazawa, il rejoint le studio Toei Animation Co. au poste d’animateur. En 1999, il réalise son premier film, Digimon Adventure, un moyen-métrage d’animation.
C’est en 2000, pour le deuxième opus de la saga, Digimon Adventure, Our War game, qu’il récolte ses premiers lauriers pour sa mise en scène moderne et avant-gardiste. Il y abordera déjà les thèmes principaux de sa filmographie. Il devient freelance peu de temps après et, en 2006, réalise le film La Traversée du Temps (adaptation de la célèbre nouvelle de Yasutaka Tsutsui). Porté par l’enthousiasme du public, le film dépasse toutes les attentes en restant pendant un an à l’affiche au Japon. Il est par la suite distribué dans de nombreux pays, dont la France, où le public le découvre pour la première fois au cinéma. En 2009, il réalise Summer Wars qui est sa première œuvre originale. On y retrouve une esthétique qu’il avait déjà développée dans Digimon, inspirée du mouvement d’art contemporain «Super flat». En 2011, il fonde son propre studio d’animation, le Studio Chizu avec le producteur qui l’accompagne depuis le début de sa carrière: Yuichiro Saito. Avec la création de son studio, il devient le fer de lance d’une nouvelle vague de jeunes réalisateurs. Le premier film du studio, Ame et Yuki, Les Enfants Loups (2012) et par la suite Le Garçon et la Bête (2015), confirment l’immense popularité de l’artiste au Japon et à l’étranger, notamment en France.

SéANCES EN VERSION FRANçAISE pour les enfants
Miraï, ma petite sœur est à découvrir dès 8 ans. Le CityClub propose six séances du film en version française: le dimanche 30 décembre à 18h30, puis, en janvier, toutes les séances à 16h ou 16h30.


films du mois

20h30

L'Île au trésor

De Guillaume Brac
Documentaire, France, 2018, 1h37, en français, 16/16

Un été sur une île de loisirs en région parisienne. Terrain d’aventures, de drague et de transgression pour les uns, lieu de refuge et d’évasion pour les autres. De sa plage payante à ses recoins cachés, l’exploration d’un royaume de l’enfance, en résonance avec les tumultes du monde.
La première partie de Contes de juillet projeté en septembre au CityClub se déroulait à la base de loisirs de Cergy Pontoise. Guillaume Brac retrouve ce décor pour ce long-métrage documentaire joyeux, mélancolique et émouvant.
«Guillaume Brac filme tout ce petit monde avec beaucoup de tendresse et signe un documentaire en forme d’ode à l’enfance et à l’aventure, témoignant d’un ordinaire lumineux» (Le Journal du Dimanche).
«Sous son air espiègle, L’Île au trésor se révèle être un film ambitieux, d’une beauté remarquable: un éclat solaire qui rend joyeux, désirant, et d’autant plus sensible à une réalité sociale qu’elle prend forme à travers la singularité magique des vivants» (Les Cahiers du Cinéma).
Karlovy Vary 2018, Sélection documentaire / Zurich 2018, Sélection documentaire

Bio réalisateur
Diplômé́ de la Fémis en production, Guillaume Brac cofonde la société Année Zéro avec laquelle il réalise et produit un court-métrage Le Naufragé en 2009, puis un moyen-métrage Un monde sans femmes en 2011, primé dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.
En 2013, il réalise son premier long-métrage, Tonnerre, présenté en Compétition au Festival de Locarno. Il réalise ensuite un moyen-métrage documentaire Le Repos des braves. Après Contes de juillet dont la première partie se déroule à la base de loisirs de Cergy Pontoise, il retrouve ce décor pour L’Île au trésor, long-métrage documentaire.

décembre 2018      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier