28 avril


films du mois

16h

Le Voyage de Bashô

De Richard Dindo
Documentaire, Suisse, 2018, 1h38, en français, 8/14

Au Japon, les gens vénèrent aujourd’hui encore le poète et bouddhiste zen Bashô (1644-1694). Il a passé les dix dernières années de sa vie en pèlerin sur les routes, sillonnant les différentes provinces de son pays. Pendant ses pérégrinations, Bashô, considéré comme le père spirituel de la poésie haïku japonaise, a tenu un journal de voyage avec des poèmes qui reflètent son style de vie méditatif. Dans le nouveau film du réalisateur suisse Richard Dindo, un moine dans le rôle du poète Bashô suit les traces de son journal en parcourant des paysages japonais, longeant rivières et lacs, traversant forêts et régions montagneuses.
Des textes d’une profondeur atemporelle, magnifiquement lus par Bernard Verley, des musiques et des bruits de la nature, des images de paysages d’une beauté extraordinaire: Le Voyage de Bashô est une méditation émouvante, poétique et philosophique sur le temps, la vie, le vieillir et la mort, sur la beauté et l’immuabilité de la nature.
Journées de Soleure 2019, Sélection

BIO réalisateur
Petit-fils d’immigrés italiens venus s’installer en Suisse, né à Zurich en 1944, Richard Dindo quitte l’école à l’âge de 15 ans et se met à voyager, exerçant différents métiers alimentaires.
Après un passage à Berlin, il s’installe à Paris en 1966 où il fréquente assidûment la Cinémathèque française qui nourrira son envie de cinéma. L’émotion de la rue en mai 68 confirme son intérêt pour les rebelles, les insurgés, les engagés. En 1970, il retourne en Suisse et y réalise, en autodidacte, ses premiers films. Depuis, vivant à Zurich et à Paris, il a tourné plus d’une vingtaine de documentaires traitant de la mémoire et de la façon de relater des faits historiques ou biographiques. Ces dernières années, ses films sont projetés dans le monde entier, en Allemagne, en France, aux États-Unis, au Canada et en Argentine.

Rencontre cinéma
En présence du cinéaste le samedi 6 avril à 20h


films du mois

18h

Compañeros - La noche de 12 años

D'Alvaro Brechner
Fiction, Uruguay, 2018, 2h03, v.o. s-t fr., 16/16

1973, l'Uruguay bascule en pleine dictature. Trois opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Jetés dans de petites cellules, on leur interdit de parler, de voir, de manger ou de dormir. Au fur et à mesure que leurs corps et leurs esprits sont poussés aux limites du supportable, les trois otages mènent une lutte existentielle pour échapper à une terrible réalité qui les condamne à la folie.
Le cinéaste Álvaro Brechner raconte les douze années d'emprisonnement vécues par trois des figures les plus célèbres de l'Uruguay contemporain: José "Pepe" Mujica, président de 2010 à 2015, l'écrivain et poète Mauricio Rosencof et l’ancien sénateur Eleuterio Fernández Huidobro.
«Que reste-t-il d’un homme lorsqu’on lui enlève tout? Coupé du monde, du temps, de tout élan, du moindre élément matériel auquel s’accrocher, il est progressivement trahi par ses propres sens. Pourtant, au fond de lui, il demeure une chose que l’on ne peut lui enlever: son imagination. Se basant sur des faits réels, ce film raconte l’histoire de trois personnages que l’on a dépossédés, douze ans durant, de tout ce qui les définissait en tant qu’individus. Un des enjeux majeurs pour moi était qu’il ne s’agisse pas d’un film de prison, mais d’un voyage existentiel. Au-delà d’une méticuleuse reconstitution historique des faits, j’ai cherché à faire ressentir sur le plan esthétique et sensoriel l’expérience de la survie à la lutte intérieure que subissaient mes personnages. À travers ses gageures et ses complexités, l’expérience du film m’a conforté dans l’idée que même lorsque tout semble perdu, la force et la résistance de l’être humain ne doivent pas être sous-estimées» (Alvaro Brechner).
Thessaloniki 2018, Prix du public / Cannes cinéphiles 2018, Grand prix / Amiens 2018, Prix du public et du meilleur film

AVEC
Antonio de la Torre, Chino Darín, Alfonso Tort

Bio réalisateur
Né en 1976, Alvaro Brechner a commencé à étudier l’écriture et la réalisation à Montevideo, sa ville natale.
Il a reçu à 23 ans le Prix national de Littérature du ministère de la culture. En 1999, il se rend en Espagne pour suivre un master en documentaire de création à l’université autonome de Barcelone. Depuis 2000,  Alvaro Brechner vit en Espagne où il réalise plusieurs documentaires. Il a également réalisé trois courts-métrages qui lui ont valu 50 prix dans plus de 140 festivals. En 2009, il réalise son premier long-métrage, Mal día para pescar, qui lui a valu également plus de trente récompenses dans le monde entier. En 2014, son film Mr Kaplan s’est aussi distingué à travers le monde. Compañeros - La noche de 12 años, son troisième long-métrage, a reçu plus de 30 prix prix à travers le monde.


films du mois

20h30

Border (Gräns)

De Ali Abbasi
Fiction, 2018, Danemark, Suède, 1h48, v.o. s-t fr., 16/16

Tina est une douanière au don un peu particulier: dotée d’une intuition extraordinaire, elle est capable de détecter les personnes ayant quelque chose à cacher. Se sentant différente depuis toujours, elle rencontre le très énigmatique Vore, un homme d'apparence suspecte et qui va éveiller en elle toutes sortes de sentiments…
«Border est finalement le film le plus surprenant de ce début d'année, le plus étrange, sûrement, le plus dérangeant, aussi; passionnant, également, parce qu'il n'avance jamais là où on l'attend, brisant menu l'idée selon laquelle avec un peu de culture cinéma on sait à peu près ce qui va se passer et dans quel univers on baigne» (L’Express).
«Ali Abbasi s'affirme comme un maître dans le mélange des genres, combinant polar, romance, merveilleux et même horreur, sans effort apparent, juste dans la singularité de son regard sur des personnages et des situations qui s'ancrent dans le réel pour mieux s'en détacher» (Positif).
Cannes, Prix Meilleur film Un Certain Regard / European Film Awards 2018, nominations meilleur scénario, meilleur film, meilleure actrice et meilleur réalisateur / Los Angeles 2018, Meilleur film

AVEC
Eva Melander, Eero Milonoff, Jörgen Thorsson

Bio réalisateur
Ali Abbasi, né en 1981 en Iran, publie plusieurs nouvelles.
Il abandonne ses études à l’Université polytechnique de Téhéran et voyage en Europe, où il finit par s’établir en Suède pour étudier l’architecture. Après l’obtention de son diplôme en 2007, Ali Abbasi entre à l’école de cinéma du Danemark. Son premier long-métrage, Shelley (2016) était sélectionné au Festival de Berlin.

juin 2019      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier