19 avril

Le CityClub est fermé jusqu'à nouvel avis, mais ne s'arrête pas!
Découvrez notre sélection de films à voir en ligne (depuis le calendrier ou la page "Événements").


Le P'tit CityClub

15h

L’Odyssée de Choum

Dès 3 ans

courts-métrages, 38’, en français, 0/0

Choum, la petite chouette vient juste d’éclore lorsque la tempête la pousse hors du nid. Faisant rouler le second œuf de la nichée, la voilà qui s’élance contre vents et marées, bien décidée à trouver une maman... Une histoire douce et tendre, précédée de deux courtes histoires avec d’autres oiseaux: Le Nid, l’histoire d’un drôle d’oiseau à la recherche d’une âme sœur, et L’oiseau et la baleine qui raconte l’improbable rencontre entre un baleineau et un oiseau en cage rescapé d’un naufrage.
DOSSIER PÉDAGOGIQUE
> Télécharger le dossier pédagogique de L'Odyssée de Choum
LE P'tit CityClub
> Télécharger le programme jusqu'en mai
INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.


films du mois

18h

Martin Eden

ANNULÉ
> Découvrez notre offre en ligne

De Pietro Marcello
Avec Luca Marinelli, Jessica Cressy, Carlo Cecchi
Fiction, Italie, France, Allemagne, 2019, 2h08, v.o. s-t fr., âge à venir

À Naples, au cours du 20e siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, autodidacte et individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert, grâce à la philosophie, la littérature et la culture, le cœur d’une jeune et belle bourgeoise et s’introduit parmi les siens, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines...
Après La bocca del lupo et Bella e perduta, projeté au CityClub, le cinéaste italien s’inspire librement du roman de Jack London paru en 1909 et transpose l’intrigue à Naples dans l’effervescence sociale du 20e siècle. Un film onirique et philosophique, tourné en 16mm, aux mille idées de cinéma.
«Avec des musiques et des images d’archives surprenantes, Pietro Marcello construit un film d’époque à la fois original et moderne qui gagne en majesté et en intensité au fil des étonnements» (Le Journal du Dimanche).
«Le charme ne se rompt jamais, entraînant le spectateur dans une danse poétique qui ne trahit rien du message politique de Jack London. Luca Marinelli, belle présence virile, est absolument parfait dans le rôle de Martin» (Les Inrockuptibles).
Venise 2019, Prix de la meilleure interprétation pour Luca Marinelli / Séville 2019, Meilleur film / Toronto 2019, Meilleur réalisateur

Bio cinéaste
Né en 1976 à Caserte en Campanie, Pietro Marcello étudie la peinture à l’Académie des beaux-arts de Naples.
Il s’essaie ensuite à plusieurs activités: professeur dans des prisons, fondateur d’un festival de films ou programmateur à la radio. Il réalise ses premiers courts-métrages en 2003, Carta et Scampia, puis travaille comme bénévole dans une ONG en Côte d’Ivoire. Depuis, il réalise plusieurs documentaires dont Il passaggio della linea (2007), sélectionné dans la section Orizzonti de la Mostra de Venise. Son premier long-métrage, La bocca del lupo (2010), remporte le Teddy Award du meilleur documentaire au festival de Berlin. Il revient à Venise en 2012 avec Il silenzio di Pelešjan. En 2015, Bella e perduta, projeté au CityClub, est présenté au Festival de Locarno et de nombreux autres festivals internationaux.


films du mois

20h30

Tlamess

ANNULÉ
> Découvrez notre offre en ligne

D’Ala Eddine Slim
Avec Abdullah Miniawy, Souhir Ben Amara, Khaled Ben Aissa
Fiction, Tunisie, France, 2019, 2h, v.o. s-t fr., 16/16

Suite au décès de sa mère, un jeune soldat dépêché dans le désert tunisien se voit octroyer une permission d’une semaine. Il abandonne alors l’armée et est recherché par les autorités. Après plusieurs altercations avec la police, il est grièvement blessé et se réfugie dans une forêt proche. Parallèlement, une jeune femme enceinte vit dans une luxueuse villa dans cette même forêt et fait la connaissance du soldat. Des événements étranges surviennent alors…
Après le remarqué The Last of Us (2016), le cinéaste tunisien Ala Eddine Slim suit à nouveau un homme à la dérive s’enfonçant dans la nature. Une proposition esthétique forte, avec des plans séquences éblouissants, et un univers fantasque.
«Le cinéma d’Ala Eddine Slim consiste à déjouer les pronostics, à enchaîner les séquences selon une logique qui est moins commune que poétique» (Le Monde).
«Il ne faut pas attendre d’Ala Eddine Slim qu’il inscrive son scénario dans une chaîne de causalité dès lors que tout conspire ici à un irrationnel des sentiments et des perceptions. D’abord nomade, dispersé horizontalement en multiples cours d’eau, le film change de nature et prend racine, son imaginaire de plus en plus fantasque se nourrit de feuilles mortes et de rêves stagnants. Le cinéaste, qu’on pourrait dire héritier de Sharunas Bartas et Apichatpong Weerasethakul, témoigne par sa liberté et sa confiance dans la puissance expérimentale du cinéma de l’effervescence artistique en Tunisie» (Libération).
Cannes 2019, Quinzaine des Réalisateurs

Bio cinéaste
Ala Eddine Slim est un cinéaste tunisien. Il a réalisé plusieurs courts, installations vidéo, documentaires, films de fiction sélectionnés dans de nombreux festivals. Il reçoit le Lion du Futur à Venise et plusieurs prix avec son très remarqué The Last of Us, en 2016. Tlamess est son troisième long-métrage.
juin 2020      
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier