septembre   


films du mois

Martin Eden

DE Pietro Marcello
Avec Luca Marinelli, Jessica Cressy, Carlo Cecchi
Fiction, Italie, France, Allemagne, 2019, 2h08, v.o. s-t fr., âge à venir

À Naples, au cours du 20e siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, autodidacte et individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert, grâce à la philosophie, la littérature et la culture, le cœur d’une jeune et belle bourgeoise et s’introduit parmi les siens, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines...
Après La bocca del lupo et Bella e perduta, projeté au CityClub, le cinéaste italien s’inspire librement du roman de Jack London paru en 1909 et transpose l’intrigue à Naples dans l’effervescence sociale du 20e siècle. Un film onirique et philosophique, tourné en 16mm, aux mille idées de cinéma.
«Avec des musiques et des images d’archives surprenantes, Pietro Marcello construit un film d’époque à la fois original et moderne qui gagne en majesté et en intensité au fil des étonnements» (Le Journal du Dimanche).
«Le charme ne se rompt jamais, entraînant le spectateur dans une danse poétique qui ne trahit rien du message politique de Jack London. Luca Marinelli, belle présence virile, est absolument parfait dans le rôle de Martin» (Les Inrockuptibles).
Venise 2019, Prix de la meilleure interprétation pour Luca Marinelli / Séville 2019, Meilleur film / Toronto 2019, Meilleur réalisateur

Bio cinéaste
Né en 1976 à Caserte en Campanie, Pietro Marcello étudie la peinture à l’Académie des beaux-arts de Naples.
Il s’essaie ensuite à plusieurs activités: professeur dans des prisons, fondateur d’un festival de films ou programmateur à la radio. Il réalise ses premiers courts-métrages en 2003, Carta et Scampia, puis travaille comme bénévole dans une ONG en Côte d’Ivoire. Depuis, il réalise plusieurs documentaires dont Il passaggio della linea (2007), sélectionné dans la section Orizzonti de la Mostra de Venise. Son premier long-métrage, La bocca del lupo (2010), remporte le Teddy Award du meilleur documentaire au festival de Berlin. Il revient à Venise en 2012 avec Il silenzio di Pelešjan. En 2015, Bella e perduta, projeté au CityClub, est présenté au Festival de Locarno et de nombreux autres festivals internationaux.

RENCONTRE
En présence de l'actrice Jessica Cressy le mardi 1er septembre à 20h#
PROJECTIONS
À l'affiche tout septembre. Dates des projections à venir.


Avant-première

Rencontre: Martin Eden de Pietro Marcello

À l’affiche tout le mois de septembre, Martin Eden, le nouveau film du cinéaste italien Pietro Marcello, est à découvrir en avant-première, en présence de l'actrice Jessica Cressy. Un conte onirique et philosophique, librement adapté du roman de Jack London que le CityClub est ravi de montrer, quatre ans après avoir projeté Bella e perduta, précédent et très beau film du cinéaste.
Avant-première en collaboration avec la Cinémathèque suisse.


Note de Pietro Marcello à propos du film
Dès mon premier film, Il passaggio della linea (2007), j’ai toujours cherché à focaliser ma recherche créative sur la vie des plus humbles et des opprimés.
Avec Martin Eden, j’ai eu l’ambition de franchir une frontière nouvelle et dépasser mes frontières créatives par la fiction. À la base du roman Martin Eden, il y a un thème central: le conflit de classes à travers la culture, un phénomène rendu possible, dans la seconde moitié du 19e siècle, par la diffusion de l’instruction de masse au sein du prolétariat. Le personnage et le parcours de Martin Eden sont devenus la métaphore de ces artistes qui, issus des classes les plus modestes de la société, ont fini par trahir les principes de leur classe pour épouser le style et la cause de la bourgeoisie. Ou alors ont au contraire décidé d’être fidèles à leurs idéaux, mais en se retrouvant confrontés à des conséquences les conduisant souvent à l’isolement, à la folie ou à la mort. J’ai choisi d’adapter cette histoire dans une ville imaginaire dont Naples est la référence la plus proche par ses couleurs, le rapport à la mer et les dynamiques sociales et politiques. Le ressort dramatique, tout autant que le ressort esthétique, sont le fruit de l’intention de se mettre à l’écoute de la mémoire, de l’histoire et des territoires, de l’Italie et de l’Europe d’hier et d’aujourd’hui.

À l'affiche tout SEPTEMBRE
> Projections à venir

INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection: 20h
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)


Rencontre cinéma

Rencontre: 143 Sahara Street de Hassen Ferhani

Après la projection du film Un Fils de Mehdi M. Barsaoui en juillet, le Cinéma CityClub reçoit à nouveau le Festival cinémas d’Afrique – Lausanne dans le cadre de son édition itinérante. Au programme ce jeudi 3 septembre, la projection du documentaire algérien 143 Sahara Street de Hassen Ferhani, primé notamment aux festivals de Locarno et de Toronto. En posant sa caméra dans un petit café isolé dans le désert du Sahara, le cinéaste raconte un pays. Un récit intime et au rythme tranquille dans un havre de paix, à découvrir en présence du cinéaste (sous réserve)

143 SAHARA STREET DE HASSEN FERHANI
(Doc., Algérie, Frnace, Qatar, 2019, 1h43, v.o. s-t fr., 16/16) – Malika vit seule au milieu du désert. Elle tient un restaurant, qui propose deux plats: omelette ou omelette tomate. Les rencontres sont comme des apparitions et les vents de sables et les silences disent tout autant que les drames et les rêves de ceux qui s’arrêtent là, pour une cigarette, un thé, pour parler ou se taire. Ce lieu apparemment absent du monde raconte pourtant un pays dans son âme…
«Hier, un abattoir ouvrait un monde au cœur d’Alger (Dans ma tête un rond-point, 2015). Aujourd’hui, la tenancière d’une petite échoppe en plein Sahara offre un havre de paix, si ce n’est une oasis, tant le sable efface jusqu’aux couleurs de ce western documentaire. Huis-clos, poste d’observation ou scène de théâtre: fécondité évidente d’un dispositif dont Ferhani, et c’est là son talent, ne paraît jamais se satisfaire, toujours prêt, au contraire, à accueillir l’inattendu» (Locarno).

BIO CINéASTE
Né en 1986 à Alger en Algérie, Hassen Ferhani découvre le monde du cinéma par hasard à l’âge de 17 ans lorsque le réalisateur franco-algérien Lyes Salem filme dans son quartier le court-métrage Cousines (2004).
À force de jouer les curieux, Hassen Ferhani est engagé comme stagiaire script, une expérience fondatrice qu’il prolongera par une inscription au ciné-club Chrysalide où il développe sa culture du septième art. En 2006, il réalise son premier court-métrage Les Baies d’Alger, sélectionné en compétition dans plusieurs festivals. Après ses courts-métrages Afric Hotel (2010) et Tarzan, Don Quichotte et nous (2013), Hassen Ferhani réalise en 2016 son premier long-métrage Dans ma tête un rond-point. 143 Sahara Street est son deuxième long-métrage.

PARTENAIRE
> Le site du Festival cinémas d'Afrique – Lausanne
INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection et discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (étudiants, avs, ai, ri, ac, carteculture) / 10.- (membres CityClub)


Ciné-seniors

La Bonne épouse

DE MARTIN PROVOST
Avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky
Fiction, France, 2019, 1h49, en français, 8/14

Fin des années 1960. Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter: c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Bien sûr, Paulette ne s’occupe pas de questions financières; ce sont bien évidemment des affaires d’hommes. Mais cette ignorance risque de lui coûter cher le jour où elle découvre que son institut est au bord de la faillite. Ses ennuis ne s’arrêtent pas là, car en ce mois de mai 68, un vent de révolte féministe souffle depuis Paris sur l’école de Paulette…
Le nouveau film de Martin Provost, après Séraphine et Sage Femme: une comédie sur l’émancipation des femmes, portée par un brillant trio d’actrices - Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky.


Ciné-seniors
Un à deux vendredis après-midi par mois, une séance spéciale, ouverte à toutes et à tous, organisée pour les seniors avec Pro Senectute Vaud.
INFOS PRATIQUES
Portes: 14h, Projection: 14h30
Tarif des séances Ciné-seniors: 10.- (collation comprise)

Le P'tit CityClub

Jacob et les chiens qui parlent

Dès 6 ans

D’Edmunds Jansons, Lettonie, 1h10, en français, 6/6

Jacob et sa cousine Mimi réussiront-ils à préserver leur vieux quartier et ses jardins publics? Comment les chiens qui parlent viendront-ils à leur rescousse pour déjouer les plans du constructeur de gratte-ciel? Une fable écologique, qui aborde de nombreuses thématiques importantes, et une grande aventure humaine, dominée par les couleurs chaudes de l’été, qui fait rimer émotion et imagination.

DOSSIER Pédagogique
> Télécharger le dossier pédagogique de Jacob et les chiens qui parlent

LE P'tit CityClub
Programme jusqu'en décembre à venir

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.

août 2020      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier