juin   


films du mois

M

De Yolande Zauberman
Documentaire, France, Israël, 2018, 1h46, v.o. s-t fr., 16/16

«M» comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres de sa communauté qui l’adulait. Quinze ans après, il revient à la recherche des coupables, dans son quartier natal de Bnei Brak, capitale mondiale des Juifs ultra-orthodoxes. Mais c’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère… une réconciliation.
Fascinant, bouleversant, ahurissant, puissant, explosif, poignant, courageux: c’est par ces adjectifs que la critique décrit le nouveau documentaire de Yolande Zauberman, M, primé à Locarno. La cinéaste française, auteure de Would you have sex with an Arab? projeté au City en 2013, signe un nouveau documentaire interrogeant l’identité et la parole. Elle s’attaque pour ce film à un sujet tabou, au cœur d’une communauté orthodoxe.
«L’extraordinaire du documentaire de Yolande Zauberman, M, c’est que la vengeance se révèle rapidement une fausse piste, ce à quoi l’on assiste étant bien plus beau, et plus grand: une forme de réconciliation fabriquée par la grâce de la caméra et l’intelligence de la cinéaste» (Libération).
Locarno 2018, Prix spécial du Jury


films du mois

Los Silencios

De Beatriz Seigner
Fiction, Colombie, Brésil, France, 2018, 1h29, v.o. s-t fr., 16/16

Après la disparition de son mari, victime du conflit armé colombien, Amparo, accompagnée de ses deux enfants, vient se réfugier sur une petite île au milieu de l’Amazonie, coin perdu entre Brésil, Pérou et Colombie. Un jour, son mari réapparait mystérieusement dans leur nouvelle maison…
Liant habilement rêve éveillé et naturalisme trivial, Beatriz Seigner offre une émouvante chronique familiale et livre une réflexion sur le statut de réfugié.
«Une histoire de vie et de mort, de famille et de fantômes, où, au cœur du drame le plus prosaïque, s’invitent la poésie et la magie» (Bande à Part). «L'image du film est très belle, et le récit parfaitement maîtrisé ne joue jamais la carte du mystère. Beatriz Seigner convoque les disparus pour leur rendre une place qu'ils n'auraient jamais dû perdre. Elle le fait avec tendresse et un brin de malice» (Culturebox).
«Los Silencios s’ancre profondément dans une esthétique latino-américaine, teintée de motifs sociaux et de saillies merveilleuses – dans la lignée directe du réalisme magique – et emprunte sûrement au rythme patient et hypnotique qui fonde de nombreuses œuvres du sud-est asiatique, en provenance de Taïwan, de Thaïlande ou des Philippines. Au cœur de ce rapprochement, un lieu en commun: la jungle» (Critikat).
Cannes 2018, Quinzaine des réalisateurs / Brazilia 2018, Prix du meilleur film et de la meilleure réalisatrice / FIFDH 2019, Sélection

AVEC
Marleyda Soto, Enrique Díaz, María Paula Tabares Peña


films du mois

C'est ça l'amour

De Claire Burger
Fiction, France, 2018, 1h38, en français, 16/16

Depuis que sa femme est partie, Mario tient la maison et élève seul ses deux filles. Frida, 14 ans, lui reproche le départ de sa mère. Niki, 17 ans, rêve d’indépendance. Mario, lui, attend toujours le retour de sa femme…
Magnifique Bouli Lanners! L’acteur belge campe un père de famille aimant et sensible qui doit se reconstruire dans le nouveau film de Claire Burger, primé à Venise. Quatre ans après Party Girl, Caméra d’or à Cannes, elle réalise un film tendre et émouvant sur la paternité et l’adolescence.
«Bouli Lanners est exceptionnel de tendresse dans ce portrait d’une paternité contrariée qui confirme le talent de Claire Burger» (Première).
«Un cataclysme émotionnel que Claire Burger a su retranscrire avec beaucoup de sensibilité et sans pathos. Un film qui vous touche au cœur parce que ce départ, véritable séisme dans la vie de Mario et de ses filles, s’effectue sans cris, ni larmes, sans jugement non plus de cette mère qui a besoin de partir pour recommencer» (Culturebox).
Venise 2018, Prix du meilleur film (Venice Days) / Zurich 2018, Compétition internationale / Les Arcs 2018, Prix du meilleur film et du meilleur acteur

AVEC
Bouli Lanners, Justine Lacroix, Sarah Henochsberg


films du mois

Santiago, Italia

de Nanni Moretti
Documentaire, Italie, 2019, 1h20, v.o. s-t fr., 16/16

Après le coup d'État militaire du général Pinochet de septembre 1973, l'ambassade d'Italie à Santiago (Chili) a accueilli des centaines de demandeurs d'asile. À travers des témoignages et des documents d’époque, ce nouveau documentaire de Nanni Moretti raconte cette période durant laquelle de nombreuses vies ont pu être sauvées grâce à quelques diplomates italiens…
Le nouveau film de Nanni Moretti au CityClub! Trois ans après Mia madre, le cinéaste italien signe un documentaire captivant qui donne aussi à réfléchir sur notre présent.
«Nanni Moretti conjugue le passé au présent et nous alerte, apeuré de voir l’individualisme triompher. Il réaffirme la prise en compte de l’humain, des destins singuliers et de toutes les histoires, comme préalable à toute entreprise politique» (La Septième obsession).
«Le spectateur comprend très vite que si Moretti enfonce le clou un peu lourdement, c’est moins par patriotisme que pour rappeler au gouvernement italien actuel qu’il fut un temps où l’Italie savait accueillir les réfugiés, avec hospitalité et honneur, sans barguigner» (Les Inrockuptibles).
«Nanni Moretti reconstitue cette aventure humaine singulière dans un documentaire captivant, qui repose uniquement sur la présence des témoins, sobrement mais attentivement filmés, et la puissance évocatrice de leurs récits» (Le Figaro).
Nastro d'argento 2019, Prix du meilleur documentaire / Syndicat national des journalistes cinématographiques italiens, Meilleur film de la critique


Rencontre cinéma

Digitalkarma, en présence des cinéastes

Les cinéastes Mark Olexa et Francesca Scalisi ont suivi durant quatre ans une jeune femme au Bangladesh qui se lance dans une formation pour devenir entrepreneure. Présenté aux Journées de Soleure et au Festival international de films de Fribourg, Digitalkarma est un documentaire magnifique sur l’émancipation et les traditions, à découvrir en avant-première en présence des cinéastes.

Digitalkarma de Mark Olexa et Francesca Scalisi
(Documentaire, Suisse, 2019, 1h18, v.o. s-t fr., 16/16) – Une plongée dans la vie de Rupa, une jeune femme qui tente envers et contre tout d’échapper à un destin inéluctable. Un village retiré dans les collines brumeuses du Nord du Bangladesh constitue le décor de sa lutte. Armée d'un vélo, d'une caméra et de son savoir, elle défie les traditions et ouvre une voie vers l’émancipation. Mais lorsqu’un coup du sort frappe sa famille, Rupa voit sa liberté menacée. Parviendra-t-elle à maintenir ce fragile équilibre entre les attentes de ses proches et ses aspirations personnelles?

Discussion à l’issue de la projection
Avec Mark Olexa et Francesca Scalisi, réalisateurs du film, Cyrielle Huguenot, coordinatrice de campagnes Droits des femmes à Amnesty International, et Mosharrof Hossain, fondateur de E-SheBee, programme de formation pour femmes précarisées vivant en région rurale au Bangladesh.

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 19h30, Projection suivie d’une discussion: 20h
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Rencontre cinéma

Delphine et Carole, insoumuses, en présence de la cinéaste

À une semaine de la grève féministe, le Cinéma CityClub propose la projection en avant-première de Delphine et Carole, insoumuses de Callisto Mc Nulty, sélectionné à la Berlinale et lauréat du Grand Prix du Jury au FIFDH. La cinéaste, petite-fille de Carole Roussopoulos, a réalisé un portrait croisé de la comédienne Delphine Seyrig et de la vidéaste Carole Roussopoulos à travers leurs combats pour l’égalité. Un voyage empreint d’humour, d’insolence et d’intransigeance au cœur du «féminisme enchanté» des années 1970.

Delphine et Carole, insoumuses de Callisto Mc Nulty
(Documentaire, France, Suisse, 2018, 1h08, en français, 16/16) – La grande actrice Delphine Seyrig avait plus d’une facette. Avec Carole Roussopoulos, sa compatriote et inséparable amie, l’actrice franco-suisse a traversé les années 1970 caméra au poing, prônant le féminisme, l’insolence et l’humour. Callisto McNulty, la petite fille de Carole Roussopoulos, rend un vibrant hommage à deux insoumuses libres, joyeuses et radicales, qui n’ont cessé de défendre leur liberté en tant que femmes et artistes…

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 19h30, Projection suivie d’une discussion: 20h
Tarifs: 15.- / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Film et concert

Bassekou Kouyaté & Ngoni Ba en concert

Une chance incroyable pour notre «petit» CityClub - pour le dernier événement de la saison - que de recevoir ce maître incontestable de la musique malienne, à l’occasion de sa tournée européenne (qui le mènera du Royal Albert Hall de Londres à l’Elbphilharmonie de Hambourg)! De quoi, en ce lundi de Pentecôte, célébrer de la plus belle des façons ce jour férié: sur scène, et à l’écran avec la projection en première partie du thriller Wùlu du cinéaste malien Daoud Coulibaly, sélectionné par le Festival cinémas d’Afrique – Lausanne, dont la quatorzième édition aura lieu du 22 au 25 août.

19h30: Bassekou Kouyaté & Ngoni Ba en concert
Bassekou Kouyaté n’est autre que l’un des plus grands musiciens africains, le meilleur joueur de n'goni, ce petit luth traditionnel d’Afrique de l’Ouest. En dix ans et cinq albums, toujours fidèle à l’esprit d’Ali Farka Touré, son éternel mentor, ce virtuose malien n’a cessé de sublimer tradition et créativité. Il est autant capable de folles improvisations d’où jaillit un blues aux couleurs inédites, que d’interpréter de pures mélodies au charme ancestral. La chanteuse du groupe, Ami Sacko, est surnommée «la Tina Turner du Mali», et Bassekou Kouyaté & Ngoni Ba est considéré comme le «meilleur groupe de rock’n’roll du monde» selon le quotidien britannique The Independant. À ne manquer sous aucun prétexte!

Précédé à 17h30 du film Wùlu de Daouda Coulibaly
(Avec Ibrahim Koma, Inna Modja, Habib Dembélé – Fiction, Sénégal, Mali, France, 2017, 1h35, en français et v.o st fr., 16/16) – Ladji a 20 ans. Il travaille dur comme apprenti-chauffeur à Bamako. Lorsqu’on lui refuse une promotion qu’il estime avoir largement méritée, il décide de contacter Driss, un dealer de drogue, qui lui doit une faveur. Avec deux compères, Ladji plonge dans l’univers du trafic de cocaïne... Un thriller rythmé sur la mafia en Afrique de l’Ouest. Un premier film de genre réussi.

LIENS
> Le site de Bassekou Kouyate
> Le site du Festival cinémas d'Afrique – Lausanne

INFOS PRATIQUES
Ouverture des portes: 17h
Projection: 17h30, Concert: 19h30
Tarifs: 28.- / 23.- (membres, étudiants, avs, ai, ri, ac, carteculture)
Petite restauration sur place

mai 2019      
LMMJVSD
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier