21 décembre


films du mois

16h30

Je ne te voyais pas

de François Kohler
Doc., Suisse, 1h15, en français, 14/14

Dans un contexte sécuritaire orienté sur la peur du risque, deux dispositifs de rencontres entre victimes et agresseurs au sein de différentes prisons proposent une forme complémentaire de justice basée sur la réparation du lien et du tissu social. Le nouveau documentaire de François Kohler explore le difficile rapprochement entre victimes cherchant à se reconstruire et auteurs enclins à se responsabiliser. Un film intimiste et émouvant où les barrières entre réalité et fiction s’estompent.
Plus focalisée sur l’acte commis que sur les besoins des parties, la justice pénale montre certaines limites. À l’issue du procès, beaucoup de questions restent ouvertes, beaucoup de souffrances et de regrets restent à exprimer. En encourageant le dialogue entre auteurs et victimes, la justice restaurative les aide à avancer et les encourage à gérer eux-mêmes leurs conflits, les aide à se libérer de leur statut.

Bio réalisateur
Après avoir obtenu une licence en droit à l’Université de Neuchâtel, François Kohler poursuit des études de cinéma à l'INSAS à Bruxelles.
Il réalise, produit ou coproduit ensuite des films de cinéma et de télévision parmi lesquels Le Souffle du désert (2005) et Cher Monsieur, cher papa (2008), tous deux présentés en compétition au festival Visions du Réel à Nyon. Cofondateur de la société e-media SA en 1999 et d’Instant Film en 2001, il exerce d’autres activités parallèles dans les domaines de la formation continue et de la politique culturelle.

Soirées spéciales
Mercredi 4 décembre à 20h: avant-première en présence du cinéaste, de participants au film et de membres de l’équipe
Jeudi 12 décembre à 20h: projection et table ronde en présence du cinéaste et de plusieurs spécialistes


films du mois

18h30

La Cordillère des songes

De Patricio Guzmán
Doc., Chili, 2019, 1h25, v.o. s-t fr., 16/16

Au Chili, lorsque le soleil se lève, il a dû escalader des collines, des murs et des sommets avant d'atteindre la dernière pierre de la Cordillère. Au Chili, la Cordillère est partout. Mais pour les citoyens chiliens, c'est un territoire inconnu…
«Après être allé vers le Nord pour Nostalgia de la luz et vers le Sud pour El botón de nácar, je me suis senti prêt à filmer cette immense colonne vertébrale pour explorer ses mystères, puissantes révélations du passé et de l'histoire actuelle du Chili» (Patricio Guzmán). Avec son nouveau documentaire, le cinéaste chilien poursuit son exploration de sa terre natale avec, au cœur du film, cette chaîne de montagnes, gigantesque et métaphorique.
«Plonger dans la Cordillère me fait plonger dans mes souvenirs. Scrutant ses sommets escarpés, m’enfonçant dans ses vallées profondes, j’entame un voyage introspectif qui, peut-être, me révélera en partie les secrets de mon âme chilienne» (Patricio Guzmán).
Cannes 2019, Prix du meilleur documentaire

BIO RéALISATEUR
Patricio Guzmán est né en 1941 à Santiago du Chili. Il a étudié le cinéma à Madrid et décide de dédier sa carrière au film documentaire.
Ses films, présentés dans de nombreux festivals, sont reconnus internationalement. Entre 1972 et 1979, il réalise La Bataille du Chili, une trilogie de cinq heures sur le gouvernement de Salvador Allende et sa chute. Un film qui fonde les bases de son cinéma. Après le coup d’État de Pinochet, il est arrêté et enfermé pendant deux semaines dans le Stade National, où il est menacé à plusieurs reprises par des simulacres d’exécution. En 1973, il quitte le Chili et s’installe à Cuba, puis en Espagne et en France, mais reste très attaché à son pays et son histoire. Il préside le Festival International de Documentaire à Santiago du Chili (FIDOCS) qu’il a créé en 1997. La Cordillère des songes, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2019, clôt une trilogie débutée avec Nostalgie de la lumière (Cannes 2010) et Le Bouton de nacre (Berlin 2015).


films du mois

20h30

Lea Tsemel, avocate

De Rachel Leah Jones et Philippe Bellaïche
Doc., Israël, Canada, Suisse, 2019, 1h50, v.o. s-t fr., 16/16

Elle a 72 ans. Incontournable, déterminée, obstinée, increvable, elle ne craint ni de dire ce qu’elle pense, ni de se battre pour les causes qui lui tiennent à cœur. Perdre une bataille non plus ne lui fait pas peur. Lea Tsemel, avocate, défend depuis un demi-siècle la cause des Palestiniens, sans distinction, qu'ils soient féministes, fondamentalistes, pacifistes ou combattants armés. Aux yeux de ses confrères israéliens, elle défend l’indéfendable.
Le film de Rachel Leah Jones et Philippe Bellaïche suit Lea Tsemel dans son quotidien d’avocate, à la fois à son bureau ou à la cour. Un portrait poignant d’une femme déterminée et persévérante qui se bat aussi pour le vivre-ensemble.
Sundance 2019, Compétition / FIFDH 2019, Compétition

Rencontre cinéma
Mardi 10 décembre à 20h: projection en présence de la cinéaste, de Lea Tsemel et de son mari, lui aussi protagoniste du film.
décembre 2019      
LMMJVSD
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier