16 octobre


Le P'tit CityClub

11h

Dame Saisons

DÈS 4 ANS

De Célia Tisserant et Arnaud Demuynck
aNIMATION, Suisse, France, 2022, 26’, en français, 0/6 ans
Précédé de trois courts-métrages (durée totale du programme: 49')

Gros Pouce et Petit Doigt vivent seules avec leur maman au-dessus d’un village, à l’orée de la forêt. Gros Pouce, dans sa phase d’adolescence, est ronchonne, peu serviable et mesquine: elle ne met aucune bonne volonté à participer aux tâches qu’on lui demande, contrairement à sa petite sœur Petit Doigt qui les réalise avec générosité. Un jour, en descendant au fond d’un vieux puits où elle a laissé tomber son bonnet, la petite fille découvre le monde merveilleux de Dame Saisons, celle qui fait tomber la neige en secouant son édredon! Mais la vieille dame au premier abord de sorcière est surtout là pour faire grandir les deux filles, en les révélant à elles-mêmes à travers un voyage onirique. Une rencontre qui leur fait prendre conscience que pour recevoir des choses positives, il faut aussi en donner. Plus on est bienveillant, plus le monde est généreux avec nous!
Un film précédé de trois courts-métrages: Luce et le Rocher de Britt Raes (13 minutes) – une petite fille déterminée à ramener chez elle une drôle de créature qui perturbe la vie tranquille du village – et de deux histoires de Rita et Crocodile de Siri Melchior (2x5 minutes) qui suivent les aventures d’une fillette de quatre ans qui découvre le monde en compagnie de son fidèle ami Crocodile.

DOSSIER D'ACTIVITÉS
> Télécharger le dossier d'activités

SÉANCE RELAX
Dimanche 23 octobre à 15h
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux familles avec un enfant en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité aux enfants de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de septembre à décembre (pdf)

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.


Le P'tit CityClub

15h

Anna annA

DÈS 6 ANS

De Greti Kläy et Jürgen Brauer
Avec Lea et Wanda Hürlimann
Fiction, Suisse, Luxembourg, 1992, 1h15, en français, 6/8 ans

"Comme il serait bien d’avoir une sœur", pense souvent Anna... À 9 ans, la petite Anna à l’imagination débordante passe ses après-midi de congé dans un monde imaginaire qui lui permet de surmonter les difficultés qu’elle rencontre dans sa famille et à l’école. Un jour, tout change. Alors qu’elle se cache dans la photocopieuse de l’école, la machine se met en marche et crée une réplique d’elle-même: une deuxième Anna! Désormais, l’une peut aller à l’école pendant que l’autre s’amuse – et personne ne remarque rien. Commence alors un jeu passionnant à base de quiproquos et de confusions!
Adapté du livre pour enfants à succès de Lukas Hartmann, remarquablement interprété par deux sœurs jumelles, Anna annA est une comédie familiale culte du cinéma suisse, pleine de fantaisie et de situations cocasses. Un film primé dans de nombreux festivals pour enfants qui aborde avec esprit les thèmes de l’identité, de l’amitié et de l’affirmation de soi.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de septembre à décembre (pdf)

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant.
Dimanche 4 septembre: Journée du Cinéma: 5.- par entrée


films du mois

16h30

Nos utopies communautaires

De Pierre-Yves Borgeaud
Doc., Suisse, 2022, 1h40, en français et en allemand avec s-t fr.

Après Mai 68, ils ont expérimenté les communautés, les squats ou encore l’amour libre, avec l’espoir de vrais changements. Aujourd’hui à l’âge de la retraite, ils vivent dans de nouveaux lieux de vie et promeuvent des façons de mieux vivre et de vieillir ensemble, entre écoquartier, coopérative et voisinage participatif, où il est question de biens communs et de partage. Et s’ils avaient vu juste, ces anciens contestataires aux utopies assourdies par l’individualisme triomphant?
Pour son nouveau film, le cinéaste Pierre-Yves Borgeaud (Retour à Gorée, Viramundo: un voyage avec Gilberto Gil) s'intéresse aux anciens contestataires aujourd’hui à la retraite, questionnant l’actualité et de la pertinence de leurs idées et de leurs actions sur le thème vaste et complexe du vivre ensemble. Un portrait croisé de différents protagonistes n'ayant jamais perdu leurs idéaux.

RENCONTRE CINéMA
Mercredi 28 septembre à 20h en présence du cinéaste
> Toutes les informations
CINÉ-SENIORS
Aussi projeté dans le cadre des séances Ciné-seniors, le vendredi 4 novembre à 14h30 en présence du cinéaste


films du mois

18h30

Pénélope mon amour

De Claire Doyon
Documentaire, France, 2021, 1h28, en français, 16/16

Pénélope mon amour trace le parcours d’une mère, la réalisatrice Claire Doyon, et de sa fille Pénélope, jeune adulte autiste. Vingt ans de récits et d’archives familiales nous plongent dans leur histoire: le choc du diagnostic, la déclaration de guerre, l’abdication, pour finalement accepter et découvrir un mode d’existence autre.
Avec ce film doublement primé au FID de Marseille, Claire Doyon nous livre un journal intime d’une rare sensibilité et une déclaration d’amour criante d’humanité.
«Pénélope ne cesse d’acclamer ce qu’elle est, je ne cesse de questionner qui elle est. La réponse à la question est précisément dans cette quête infinie. Tout m’est renvoyé en miroir. Ainsi, n’est-ce pas Pénélope qui par ricochet me dit qui je suis?» (Claire Doyon)
«Il y a huit ans, à la faveur d’un voyage dans les steppes mongoles, Claire Doyon avait composé un lumineux portrait de sa fille atteinte d’autisme. Quelques plans en reviennent aujourd’hui dans un film qui, de centaines d’heures de rushes accumulés au fil des ans, extrait le récit d’une vie de et avec Pénélope. La narration obéit à un double mouvement. C’est d’abord, en marche avant, la chronique de guerre d’une mère qui a voué sa vie au combat contre la maladie de sa fille, contre la violence médicale et sociale. Au point, dit-elle, de renoncer à être cinéaste. Après Les Allées sombres, Pénélope mon amour prouve qu’il n’en a rien été. Car dans cette guerre, comme dit aussi, la caméra a été son arme et son bouclier. Le film ne cesse de manifester cette évidence: ce qui aide à tenir, c’est la tenue des plans face à la réalité, si douloureuse soit-elle. Cette tenue de l’attention, cette patience de l’image est ce qui permet à Claire Doyon d’y déposer aujourd’hui une parole, de réfléchir à voix nue ses années de vie avec Pénélope. Au fil des mots, un second mouvement se lève progressivement sous le premier: bouleversant récit d’apprentissage d’une mère qui renonce à la guerre pour accompagner sa fille sur la voie d’une pacification. Sous le soleil de Mongolie, parmi les rennes, les gestes de Pénélope s’épanouissent comme des fleurs. Après quoi l’image ne cesse plus de s’ouvrir jusqu’à révéler, dans la clairière d’un champ de ruines antiques, la souveraineté punk de Pénélope. Celle d’une jeune femme qui ne rentrera jamais dans le rang mais que le cinéma, parce qu’il sait aimer son existence extraordinaire, aide à trouver sa place singulière dans le monde.» (FIDMarseille)

RENCONTRE CINéMA
Mardi 18 octobre à 20h en présence de la cinéaste
> Toutes les informations


films du mois

20h30

Don Juan

De Serge Bozon
Avec Tahar Rahim, Virginie Efira
Fiction, France, 2022, 1h40, en français, 16/16

En 2022, Don Juan n’est plus l’homme qui séduit toutes les femmes, mais un homme obsédé par une seule femme: celle qui l’a abandonné…
«Normalement, un Don Juan est victorieux, cynique et manipulateur; là il est perdant, sincère et démuni». Dans leur Don Juan, le réalisateur, critique de cinéma et acteur Serge Bozon (Mods, La France, Madame Hyde) et sa coscénariste Axelle Ropert prennent à contrepied la figure du célèbre séducteur et proposent une réflexion à la fois troublante et délicate sur la perte de confiance conjugale. Tahar Rahim et Virginie Efira inversent les rapports de pouvoir, chantent et dansent pour notre plus grand plaisir.
«Grand film sur l’abandon, à l’épreuve de la représentation et des sentiments, à travers la figure d’un Don Juan mal aimé.» (Bande à Part)
«À rebrousse-poil, Don Juan est en quelque sorte une non-comédie du non-remariage, dont la mélancolie se déploie à travers les courants contradictoires de sa singulière poétique, à la fois sèche et sentimentale.» (Cahiers du Cinéma)

novembre 2022      
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier