24 mars


Le P'tit CityClub

11h

Rose, petite fée des fleurs

DÈS 4 ANS

De Karla Nor Holmbäck
Animation, Danemark, 2023, 1h15, en français, 0/6 ans

Rose est une petite fée qui a toujours vécu seule dans son rosier. Elle rêve passionnément d’avoir de la compagnie, mais elle a trop peur de l’inconnu pour s’éloigner de son repaire. Un jour, Satin, un papillon à la recherche d’aventures, croise le chemin de Rose. Elles deviennent immédiatement amies, malgré leurs différences. Satin veut partir à la découverte du monde et Rose, quant à elle, préfère rester paisiblement dans son rosier. Mais lorsque sa nouvelle amie est kidnappée par une méchante Troll de Pierre, Rose doit surmonter ses peurs et se lancer dans un dangereux voyage jusqu’aux Montagnes noires pour la sauver…
Rose, petite fée des fleurs, présenté au festival d’Annecy, est un joli film d’aventures sur l’amitié et le rôle de chacun au sein d’une relation. Pour venir en aide à son amie un peu casse-cou, Rose, la petite fée craintive va devoir oser se lancer dans l’inconnu et faire preuve de courage. En résulte un film doux et fantastique avec des personnages forts, où priment la magie, la poésie et le rêve.
Dossier

SÉANCE RELAX
Dimanche 10 mars à 15h
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux familles avec un enfant en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité aux enfants de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de janvier à mai 2024

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant


Le P'tit CityClub

14h

Le Royaume de Kensuké

DÈS 8 ANS

De Neil Boyle et Kirk Hendry
Animation, Grande-Bretagne, Luxembourg, France, 2024, 1h24, en français, 8/10 ans

Michael, 11 ans, fait un tour du monde à la voile avec ses parents. Par une nuit de tempête, une terrible vague le propulse par-dessus bord avec sa chienne Stella. Ils échouent sur une île déserte, aussi paradisiaque qu’hostile… Comment survivre ? Par chance, ils ne sont pas seuls : un mystérieux inconnu vient à leur secours et leur offre à boire et à manger. Il s’agit de Kensuké, un ancien soldat japonais, lui aussi naufragé, qui vit retiré sur l’île depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avec des orangs-outans comme seuls compagnons. Il ouvre les portes de son royaume à Michael. Lorsque de dangereux trafiquants d’animaux tentent d’envahir l’île, ils devront unir leurs forces pour sauver leur fragile paradis insulaire…
Adapté du roman à succès de Michael Morpurgo, Le Royaume de Kensuké est à la fois un récit initiatique émouvant et une fable écologique enchanteresse, qui offre une réflexion sur la fraternité et l’importance de vivre en harmonie avec la nature.
Dossier

SÉANCE RELAX
Dimanche 24 mars à 14h
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux familles avec un enfant en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité aux enfants de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.

LE P'TIT CITYCLUB
> Le programme de janvier à mai 2024

INFOS PRATIQUES
Portes: 30 minutes avant le début des projections
Tarifs: CHF 10.- par entrée / 5.- par enfant dès le deuxième enfant


Projection spéciale

16h

BiblioWeekend: The Old Oak de Ken Loach

À l'occasion du BiblioWeekend, le Cinéma CityClub et la Bibliothèque de Pully s'associent et proposent la projection gratuite du film The Old Oak de Ken Loach, présenté en compétition à Cannes et lauréat du Prix du public au dernier Festival de Locarno. Le cinéaste britannique réalise un nouveau engagé, touchant et d'une grande humanité, narrant la rencontre entre des réfugiés syriens et une population défavorisée du nord de l’Angleterre.

The Old Oak de Ken Loach
(Fiction, Royaume-Uni, 2023, 1h54, v.o. s-t fr., 12/14) – TJ Ballantyne est le propriétaire du «Old Oak», un pub situé dans une petite bourgade du nord de l’Angleterre. Il y sert quotidiennement les mêmes habitués désoeuvrés pour qui l’endroit est devenu le dernier lieu où se retrouver. L’arrivée de réfugiés syriens va créer des tensions dans le village. TJ va cependant se lier d’amitié avec Yara, une jeune migrante passionnée par la photographie. Ensemble, ils vont tenter de redonner vie à la communauté locale en développant une cantine pour les plus démunis, quelles que soient leurs origines.
«Le film le plus poignant de toute la compétition du Festival de Cannes. Alors que les inégalités partout se creusent, Ken Loach croit toujours à la possibilité d’un monde meilleur.» (Première)
«Comment ne pas verser toutes les larmes de son corps devant l'humanisme profond et le chant d'espérance de Ken Loach?» (Bande à Part)

LIENS
> BiblioWeekend – Troisième édition du 22 au 24 mars dans les bibliothèques suisses autour du thème "À table!"
> Bibliothèque de Pully

INFOS PRATIQUES
Portes: 15h30, Projection: 16h
Entrée gratuite (réservations)


films du mois

18h30

Die Theorie von Allem

De Timm Kröger
Fiction, Suisse, Autriche, Allemagne, 1h58, v.o. s-t fr., 12/14

Année 1962. Le jeune Johannes Leinert se rend à un congrès de physique dans les Alpes suisses. Un scientifique iranien doit y dévoiler une nouvelle théorie révolutionnaire en mécanique quantique. Alors que l’orateur tant attendu reste introuvable, les convives passent le temps entre dîners, joutes verbales et excursions à ski. Johannes reste quant à lui à l’hôtel pour travailler sur sa thèse de doctorat, mais il est rapidement distrait par Karin, une jeune pianiste de jazz. Alors que les victimes d’étranges accidents s’accumulent, de mystérieux nuages se forment dans le ciel et Johannes découvre un secret vrombissant dans les profondeurs de la montagne.

En compétition à Venise, Die Theorie von Allem est un thriller fascinant, entre Hitchcock et Lynch, dans lequel la réalité se délite.
«Expérience fascinante, le film de l’Allemand Timm Kröger est une sorte de thriller fantastique en noir et blanc qui convoque physique quantique et imaginaire germanique.» (Le Temps)
«Un voyage à l'intérieur d'une boite de Schrödinger à ciel ouvert et de l'espace étrange, mais fascinant, entre la science et la fiction.» (Écran Large)
«Une œuvre d’atmosphère subtile décrivant un glissement progressif du désir profane dans le champ austère et mental de la religion.» (Les Inrockuptibles)
«Entre l'aspect rêveur de l'amour et l'univers austère des icônes pouvait surgir le battement, le flottement souhaité entre l'amour et la foi, rendant justice à ce que "Météores" signifie: suspendu. Une belle réussite.» (Positif)


films du mois

20h45

La Mère de tous les mensonges

D'Asmae El Moudir
Doc., Maroc, Qatar, Arabie Saoudite, Égypte, 2023, 1h36, v.o s-t fr., 16/16

Asmae El Moudir, jeune cinéaste marocaine, n’a qu’une seule photo de son enfance, et encore, elle est persuadée que ce n’est pas vraiment elle dessus. Déterminée à faire parler les membres de sa famille et à démêler les mensonges, elle décide de les faire rejouer leur propre histoire. Grâce à une maquette du quartier de son enfance, à Casablanca, et à des figurines représentant ses proches, elle parvient à libérer la parole. Les blessures de tout un peuple émergent alors et l’Histoire oubliée du Maroc se révèle…

Prix de la mise en scène Un Certain Regard et Œil d’or du meilleur documentaire à Cannes, sélectionné au festival Black Movie à Genève, La Mère de tous les mensonges est une exploration aussi minutieuse que puissante et émouvante des non-dits familiaux.

«Dans une atmosphère surréaliste, la cinéaste amène tout ce petit monde à se confier peu à peu pour retrouver le point de départ douloureux de beaucoup de secrets et omissions. Une quête personnelle et historique, singulière et émouvante.» (Festival Black Movie)
«Le film flirte entre autofiction familiale et témoignage poignant du Maroc sous le règne d’Hassan II. Une œuvre aussi attendrissante que puissante dans l’évocation de l’absolutisme monarchique.» (aVoir-aLire)
«Beau geste d’une cinéaste en train de faire, en train de se raconter, de dire sa vocation de cinéma, son attachement vital aux images comme unique outil d’une vérité. Muriel ou le temps d’un retour d’Alain Resnais n’est jamais bien loin de nos esprits face à cette collecte de fragments, à ce film-puzzle qui grandit en glanant des indices d’images.» (Les Inrockuptibles)
«La Mère de tous les mensonges est une plongée passionnante dans l’histoire politique marocaine et dans le huis clos d’une famille d’où toute photographie et représentation étaient bannies. Afin de donner corps aux souvenirs, la réalisatrice fait construire en miniature, dans un superbe jeu d’ombres et de lumières, le quartier de son enfance et donne à son documentaire les allures d’un théâtre de marionnettes.» (Télérama)

Rencontre
Mardi 12 mars à 20h, projection en présence de la cinéaste
> Toutes les informations

avril 2024      
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier