décembre   


Rencontre cinéma

jeudi 2 décembre
20h

Rencontre: Les nouvelles Èves

Un an après la Grève des femmes, six réalisatrices se sont penchées sur les notions d’égalité et questionnent ce que signifie être une femme, aujourd’hui, en Suisse. Un portrait authentique et d’actualité de plusieurs «héroïnes du quotidien», portées par le courage, la joie de vivre et l'envie de changer la société, à découvrir en présence des cinéastes Anna Thomen et Annie Giseler.

Les Nouvelles Èves
(De Camille Budin, Annie Gisler, Jela Hasler, Thaïs Odermatt, Anna Thommen et Wendy Pillonel, documentaire, Suisse, 2021, 1h23, 16/16) – Juin 2020, un an après la grève nationale des femmes. Six réalisatrices se plongent dans le quotidien de six femmes issues de milieux sociaux et professionnels différents et montrent leurs rêves, leurs objectifs, les obstacles qu'elles doivent franchir ou les luttes qu'elles mènent. Tour à tour, elles documentent les difficultés d’une employée de maison de Lugano qui se retrouve sous le seuil de pauvreté une fois à la retraite, d’une migrante qui se débat avec de très bas salaires en tant qu'employée de cantine à Bâle, d’une professeure lausannoise qui jongle entre sa carrière et l'éducation de ses trois enfants, d’une chanteuse d'opéra de Zürich qui est confrontée aux rôles stéréotypés de son monde professionnel, d’une étudiante à Genève qui explore sa sexualité de manière non binaire, et d’une écolière de Bolligen qui remet en question les images stéréotypées qu’elle rencontre dans son quotidien d'enfant... Toutes très différentes, elles façonnent leur vie avec détermination, intuition et force.
«Ce documentaire collectif (et militant) suisse s’impose comme un cri contre les stéréotypes de genre. Les six réalisatrices laissent la parole à leurs «héroïnes du quotidien», en essayant de ne pas les interrompre par des commentaires qui pourraient affaiblir leurs témoignages. La parole se libère alors, offrant à celles qui en sont trop souvent privées l'occasion d'exprimer une individualité habituellement étouffée par un patriarcat qui aimerait faire taire celles et ceux qui refusent de suivre ses règles. Grâce à un intéressant va-et-vient entre les différents portraits, les réalisatrices parviennent à établir une connexion virtuelle entre ces six femmes, qui se battent toutes consciemment contre les stéréotypes de genre» (Cineuropa).


RENCONTRE
Discussion à l'issue de la projection avec les cinéastes Anna Thomen et Annie Giseler modérée par Mary Mayenfisch, membre de la Commission consultative vaudoise sur l'égalité et du Centre de liaison des associations féminines vaudoises.

INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection suivie d'une discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein) / 12.- (réduit) / 10.- (membres)

Film et concert

samedi 4 décembre
19h

Elida Almeida en concert

CONCERT ANNULÉ / PROJECTION MAINTENUE
En raison des nouvelles directives fédérales concernant les voyages et les arrivées en Suisse, nous sommes malheureusement contraints d'annuler les deux concerts d'Elida Almeida (le samedi 4 décembre pour les adultes et le dimanche 5 décembre pour les enfants). Le samedi 4 décembre, la projection du film Un Transport en commun de Dyana Gaye est maintenue (entrée gratuite).
Les personnes détentrices de billets pour ce concert seront automatiquement remboursées.

La jeune artiste capverdienne Elida Almeida vient se produire au CityClub. Elle présentera son nouveau album et, en première partie, projection du film Un transport en commun, comédie musicale de Dyana Gaye présentée notamment à Sundance et Locarno. Une soirée "film et concert" des plus enivrantes!

20H30: ELIDA ALMEIDA (CAP-VERT) EN CONCERT
À 27 ans, avec son sourire de miel et son incroyable énergie, Elida Almeida est déjà l’une des grandes artistes musicales du Cap-Vert. Son nouveau disque s’appelle à juste titre Gerasonobu («Nouvelle génération» en créole cap-verdien). La jeune femme, aux racines implantées sur l’île de Santiago, contribue à exploser les codes de la musique du Cap-Vert. De cette île, on connaît surtout la figure tutélaire de Cesária Évora, mais la musique y est multiple, bercée de danse de carnaval et de rythmes enivrants! Elida le dit elle-même: «La musique de mon archipel de marins, ouvert à tous vents, est perméable à toutes les influences, à tous les métissages». Promis, elle est un vrai soleil!

PRéCéDé À 19H DU FILM Un transport en commun de Dyana Gaye
(Fiction, France, 2009, 48 minutes, v.o. s-t fr., 16/16) – Dakar, Sénégal. C’est la fin de l’été. Le temps d’un voyage de Dakar à Saint-Louis, les passagers d’un taxi-brousse croisent leurs destins et se racontent en chansons...
«Un road-movie enchanté et enchanteur» (Le Monde).
«Une merveille de fraîcheur et d’intelligence où l’Afrique rencontre Jacques Demy» (Télérama).

AUSSI: CONCERT JEUNE PUBLIC
Dimanche 5 décembre à 16h, le lendemain de son concert pour les adultes, Elida Almeida présentera un set spécialement conçu pour les enfants.
> Toutes les infos

INFOS PRATIQUES
Portes: 18h30, Projection: 19h, Concert: 20h30
Tarifs: 25.- (plein) / 20.- (réduit)
Petite restauration sur place.


Rencontre cinéma

mardi 7 décembre
20h

Rencontre: Les Magnétiques

Rythmé par les sons punk et rock de l’époque, Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona est un premier long-métrage impressionnant de maîtrise, présenté et primé à la Quinzaine des Réalisateurs. À l'affiche tout décembre, Les Magnétiques est projeté en avant-première en présence du cinéaste et de l'acteur Thimotée Robart, révélé en 2019 par Vif-Argent de Stéphane Batut.

Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona
Début des années 1980.  Après l’euphorie de Mai 68, la désillusion s’est installée. La jeunesse désenchantée vacille devant un avenir où rien n’est promis. Jérôme et Philippe sont deux frères, étouffés par la petite ville de province où ils ont grandi, et qu’ils n’ont jamais quittée. Musique, alcool et fête… À vouloir vivre à bout de souffle, ils en oublient que leur monde est en train de changer.

Vincent Maël Cardona À PROPOS DU FILM
«L’idée, ce n’est pas de célébrer le monde d’avant comme un paradis perdu mais d’entendre comment, au moment de basculer, l’ancien monde a pu nous dire qu’il ne fallait rien attendre de lui, ni de ce qui se préparait.
Qu’un autre monde a été, était et sera. C’est ce que j’entends dans la bande- son de l’époque et que j’ai voulu restituer dans le film.
Le film se passe là où a priori "rien ne se passe". C’est le sens de la province imaginaire dépeinte dans le film: la province non pas comme un territoire physique précis, situé, mais comme un territoire mental, ce sentiment d’être loin de tout. Le lieu du film c’est la province intemporelle, d’hier et d’aujourd’hui, celle du bistrot, des flaques d’eau, des petites départementales. Elle existe aussi par rapport à un centre fantasmé, celui du Berlin de l’époque, celui de tous les possibles, où convergeait l’énergie folle de cette époque.»


À L'AFFICHE EN DÉCEMBRE
> Toutes les projections
INFOS PRATIQUES
Portes: 19h30, Projection suivie d'une discussion: 20h
Tarifs: 15.- (plein), 12.- (réduit), 10.- (membres)


Impro, humour

vendredi 10 décembre
21h

Avracavabrac

L'équipe d'impro d'Avracavabrac propose un spectacle qui s'assimile à une vraie recréation, où les seules contraintes consistent à s'inspirer du thème proposé par le public et à essayer de faire preuve d'un peu d'esprit. Pour s'aérer la tête, rire, rêver et s'évader du quotidien l'espace de deux heures.

LA TROUPE
Elle se forme en automne 1999. Quelques habitués des soirées crochet du Caveau de l’Hôtel de Ville à Lausanne décident de monter sur scène pour faire les intéressants. Ça marche. Ils mettent au point un concept de soirée d’improvisation qui trouve vite sa place dans la programmation des cafés-théâtres de la région lausannoise. Les effectifs se renforcent, les quatre du début se reproduisent; ils sont aujourd’hui une douzaine d’avracomédiens.
> Le site d'Avrac
INFOS PRATIQUES
Portes: 20h15, Spectacle: 21h (avec entracte)
Tarifs: 22.- (plein) / 18.- (réduit)
Bar ouvert (consommation assise). Présentation obligatoire du pass sanitaire dès 16 ans.


Film et concert

samedi 11 décembre
19h

Ballaké Sissoko en concert

Le Cinéma CityClub a la joie d’accueillir l’immense maître de la kora Ballaké Sissoko en solo. En première partie, projection du film Frontières de la cinéaste burkinabée Apolline Traoré, portrait de trois femmes traversant l’Afrique de l’Ouest.
La billetterie de cette soirée reviendra entièrement à la Fondation Ibrahima Diop qui soutient l’activité agronome de femmes au Sénégal.


21h: Ballaké Sissoko (ML) en solo
Maître de la kora et de l’improvisation, le Malien Ballaké Sissoko est né en 1968 à Bamako dans une famille de djéli, où l’on loue ou déclame en musique les récits ancestraux de générations en générations. Ballaké Sissoko a fait de sa harpe mandingue son centre de gravité, un refuge à partir duquel se tissent ses relations avec le monde alentour, un mode d’expression cristalline de sa grande générosité. Ses concerts en solo sont des moments hors du temps, suspendus au fil subtil des émotions transmises. Tout simplement magnifique.
> Le site de Ballaké Sissoko

Concert précédé à 19h du film Frontières d’Apolline Traoré
(Fiction, Burkina Faso, France, 2017, 1h30, v.o. s-t fr., 16/16) – Adjara, Emma et Sali se rendent à Lagos. Les trois femmes se rencontrent dans un bus sur le trajet Bamako-Cotonou via Ouagadougou. Pendant leur traversée, elles découvrent de beaux paysages de pays côtiers et sahéliens. Néanmoins, le voyage est un parcours de combattantes. Elles affrontent des coupeurs de routes, sont témoins de vols entre passagers, subissent des pannes de voitures dans une chaleur étouffante au milieu de nulle part. Leur plus grande crainte reste le franchissement des frontières où elles sont exposées à la corruption, aux violences faites aux femmes et au trafic. Pour s'en sortir, Adjara, Emma et Sali sont obligées de prendre soin les unes des autres.
«Le film à thèse amorce ainsi une heureuse sortie de route, pour devenir road movie! Ce qui n'empêchera pas le mélange des genres et les degrés de gravité, dans les épreuves que les voyageurs – mais surtout les voyageuses – de cette contemporaine et africaine diligence vont traverser» (Positif).
«Frontières est aussi l’occasion d’entrevoir une Afrique en mouvement, dont les citoyennes entreprenantes, transportées par des autocars à air conditionné (tous ne sont pas des épaves), armées de smartphones, se heurtent de plus en plus violemment aux archaïsmes, corruption et patriarcat en premier lieu» (Le Monde)

FONDATION IBRAHIM DIOP
> Vers le site de la fondation
INFOS PRATIQUES
Tarifs: 25.- (plein) / 20.- (réduit)
Prix de soutien à la Fondation Ibrahima Diop: 50.-
Portes: 18h30, Film: 19h, Concert: 21h

janvier 2022      
LMMJVSD
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





événements