13 mai


films du mois

16h30

1976

De Manuela Martelli
Fiction, Chili, 2022, 1h35, v.o. s-t fr, 16/16

Chili, 1976. Trois ans après le coup d’État de Pinochet, Carmen part superviser la rénovation de la maison familiale en bord de mer. Son mari, ses enfants et petits-enfants vont et viennent pendant les vacances d’hiver. Tandis que les visites de ses enfants et petits-enfants se succèdent, elle choisit la couleur des murs à repeindre, offre de son temps en faisant la lecture à des aveugles, ou organise les traditionnelles fêtes de famille. Lorsqu'un prêtre lui demande de l’aider à soigner un jeune homme gravement blessé qu’il héberge en secret, Carmen se retrouve en terre inconnue, loin de la vie bourgeoise et tranquille à laquelle elle est habituée…

Pour son premier long-métrage, l'actrice et cinéaste chilienne Manuela Martelli réalise un polar captivant, qui décrit la dictature en adoptant le point de vue inédit d’une femme de la bourgeoisie. Un film sélectionné à Cannes en 2022, salué pour la rigueur de sa mise en scène et la force de son propos, multipliant les indices et sous-entendus liés à une répression qui ne dit pas son nom.
Manuela Martelli à propos du film: «À l’adolescence, j’ai commencé à me poser des questions sur ma grand-mère maternelle, que je n’avais jamais rencontrée. Il y avait un parfum de mystère autour d’elle. En m’interrogeant sur ma grand-mère et le silence autour de sa mort, je me suis intéressée à la période de cet événement: 1976. C’est l’une des années les plus sombres et cruelles de la dictature. Comment imaginer que ce qui se passait dans la rue n’affecterait pas l’espace domestique? Comment pouvions-nous faire comme si de rien n’était et vivre notre quotidien, tandis qu’à l’extérieur les dissidents étaient jetés dans l’océan?»


films du mois

18h30

Chevalier noir

D'Emad Aleebrahim Dehkordi
Fiction, Iran, France, Allemagne, Italie, 2022, 1h42, v.o. s-t fr., 16/16

Iman et son jeune frère Payar sont inséparables malgré leurs différences. Ils vivent avec leur père dans un quartier du nord de Téhéran. Après la mort de leur mère, Iman cherche à tout prix à sortir de l’impasse d’une vie quotidienne étouffante et profite de ses relations privilégiées avec la jeunesse dorée de Téhéran pour se lancer dans un juteux petit trafic. Mais ce qui semblait être le chemin vers un nouveau départ les entraîne tous deux dans une spirale qui va bouleverser leur destin.

Grand prix au festival Premiers Plans d’Angers et Étoile d’Or au Festival de Marrakech en 2022, ce premier long-métrage d’Emad Aleebrahim Dehkordi, tourné avant les révoltes récentes, s'inspire de la mythologie iranienne et d'une histoire ayant impliqué des proches du cinéaste. Entre tragédie classique, chronique familiale et thriller haletant, un portrait saisissant de l’Iran contemporain.
«Ce film noir témoigne de certaines réalités douloureuses de l’Iran contemporain et révèle un metteur en scène qui maîtrise les codes du cinéma de genre. Une des plus belles découvertes de l’hiver.» (Marianne)
«Chevalier noir montre une jeunesse iranienne bafouée mais salue sa noblesse, sa grandeur. Et nous va droit au cœur.» (Télérama)
«À la fois conte, thriller et tragédie, Chevalier noir fascine par sa fluidité et son sens du timing – des silences et hésitations minutieusement placés qui en disent plus que vingt lignes de dialogues, une capacité à surprendre quand tout semble terriblement évident – et un ultraréalisme proche du documentaire (caméra à l’épaule, vue subjective).» (Libération)
«Si le fantastique revient par petites touches, c’est dans son réalisme que le film trouve un ton plus personnel, en racontant comment les deux frères, marqués par la disparition récente de leur mère et héritiers d’une parcelle de terre près de la ville, se retrouvent intimement "déplacés" par leurs relations avec d’anciens expatriés.» (Les Cahiers du Cinéma)
«La caméra alerte d’Emad Aleebrahim Dehkordi, plasticien originaire d’Iran, ne lâche pas d’un pouce son héros sous tension permanente et révèle dans sa foulée, et avec un tact saisissant, une kyrielle de personnages captivants.» (Le Journal du Dimanche)


RENCONTRE CINÉMA
Mardi 9 mai à 20h30 en présence du cinéaste
> Toutes les informations


films du mois

20h30

Alma Viva

De Cristèle Alves Meira
Fiction, Portugal, Belgique, France, 2022, 1h28, v.o. s-t fr., 16/16

Comme chaque été, la petite Salomé, 9 ans, retrouve son village familial, niché au creux des montagnes portugaises. Ses vacances commencent dans l’insouciance mais, hélas, sa grand-mère adorée décède subitement. Alors que les adultes se déchirent au sujet des obsèques, Salomé est hantée par l’esprit de celle que l’on considérait comme une sorcière…

Après de nombreux courts-métrages remarqués, la cinéaste lusitanienne Cristèle Alves Meira signe avec ce premier long-métrage un conte sincère et touchant, inspiré de sa propre enfance et empreint de réalisme magique. Sélectionné à la Semaine de la Critique de Cannes en 2022, le film dépeint, avec un certain humour et un regard presque anthropologique, l’atmosphère d'un village hors du temps. Un film sur le deuil, la sorcellerie, la transmission et l’amour.
«Naissance d’une cinéaste magique: en moins d’une heure trente, avec une simplicité confondante, Cristèle Alves Meira embrasse la chronique naturaliste et le conte occulte, le western rural et le drame familial.» (Télérama)
«Alma Viva est la consécration d’une œuvre déjà foisonnante, et d’une rare cohérence. Brouillant les frontières entre éléments fictifs et biographiques, Cristèle Alves Meira nous convie au cœur d’un récit intime, où la chronique familiale rencontre le spirituel.» (Bande à Part)
«Spirituel et âpre, le film évoque avec poésie le lien entre la vie et la mort, si bien qu’on aurait aimé qu’il dure un peu plus longtemps (une heure et demie). Et il nous émeut jusqu’à la dernière seconde.» (Elle)
La cinéaste à propos du film: «Le projet est né d’un sentiment d’injustice que j’ai ressenti à la mort de ma grand-mère maternelle. J’avais une vingtaine d’années et j’ai vu mes oncles et mes tantes se déchirer autour de sa dépouille pour une vulgaire question d’argent. Elle n’était pas encore enterrée qu’on se disputait déjà pour savoir qui allait payer sa pierre tombale. Elle est restée sans sépulture pendant deux ans. Cette brutalité dans les rapports humains m’a frappée au point de vouloir en faire un film. J’avais besoin de comprendre ce qui pouvait mener à ça. De cette histoire personnelle, il reste seulement une scène dans le film. Parce que très vite, mon attention s’est focalisée sur la relation d’une grand-mère avec sa petite-fille. Une histoire d’amour entre deux générations de femmes, celle d’avant et celle d’aujourd’hui, liées à tout jamais par un héritage puissant. Alma Viva, c’est donc l’histoire de Salomé (9 ans) qui revient au Portugal le temps d’un été auprès de sa grand-mère adorée. C’est le Portugal du soleil, des bals, des après-midis de pêche à la rivière. Mais c’est aussi le Portugal des sorts, des esprits et des morts. Lorsque sa grand-mère meurt brusquement dans des conditions étranges, Salomé découvre un héritage troublant. Comme sa grand-mère, elle a le pouvoir de dialoguer avec des forces invisibles.»


RENCONTRE CINéMA
Mardi 2 mai à 20h en présence de la cinéaste
> Toutes les informations
mai 2024      
LMMJVSD
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier