janvier    


La Balade des grands arbres

De Salomé Jashi
Doc., Suisse, Géorgie, Allemagne, 2021, 1h32, v.o s-t fr, 8/16

Un homme riche et puissant cultive un étrange passe-temps. Il achète des arbres centenaires, dont certains ont la hauteur d’un immeuble de quinze étages, à des communautés vivant sur la côte géorgienne, puis les déracine pour en faire une collection dans son jardin privé. Pour transplanter des arbres d’une telle dimension, le paysage est bouleversé et les personnes qui vivent autour sont forcées de s’adapter à ces perturbations. Avec Taming the garden, Salomé Jashi livre un documentaire aussi sublime que terrifiant. Sélectionné à Sundance, son film fait passer le concept de déracinement de sa signification métaphorique à une réalité oppressante, tangible et surréaliste.
«La Balade des grands arbres pose un regard poétique, éblouissant de beauté, sur ce voyage forcé vers un avenir inconnu» (Cineuropa).

SALOMÉ JASHI À PROPOS DU FILM
«Il y a quelques temps, toute la Géorgie a été témoin d’une scène surréaliste: un arbre gigantesque flottait debout sur la mer.
À ce moment-là, nous avons appris que l’homme le plus puissant du pays s’était découvert une nouvelle passion: il voulait ériger une collection d’arbres séculaires sur son terrain privé. La vue de cet arbre flottant sur l’eau était comme une perturbation de l’image, comme une distorsion de la réalité. C’était comme voir quelque chose que je n’aurais jamais dû voir. C’était beau, d’une d’étrange poésie, mais en même temps cela semblait être une faute, une dissonance. Toute la côte de la Géorgie semblait participer à la réalisation du désir de cet individu. J’ai commencé à filmer ce processus. Je voulais explorer et découvrir ce qui se tramait derrière cette image bizarre. Je voulais raconter l’ambition d’un homme influent qui change des paysages, qui déplace des arbres, qui laisse les témoins sans voix – tout cela rien que pour son bon plaisir.»

RENCONTRE AVEC LA CINéASTE
Mercredi 5 janvier à 20h, une discussion en direct avec la cinéaste sera diffusée sur l'écran à l'issue de la projection.


Lamb

De Valdimar Jóhannsson
Fiction, Islande, Suède, Pologne, 2021, 1h45, v.o. s-t fr., 16/16

Des paysages à perte de vue, des chaînes de montagnes, un ciel infini, une maison isolée: María et Ingvar vivent reclus dans une ferme de la campagne islandaise. Leur quotidien est calqué sur le rythme de leur troupeau de moutons et diverti par les soirées télé. Un jour, ils découvrent dans leur grange un bien étrange nouveau-né et décident de l’élever comme si c’était leur propre enfant. Cette perspective leur apporte beaucoup de bonheur, mais la nature ne cède pas ses rejetons aux humains sans conséquence…
Primé pour son originalité au Festival de Cannes, Lamb est une fable fantastique aux portes du cinéma d’horreur. Co-produit par Bélà Tarr dont Valdimar Jóhannsson était l’élève, ce film met notamment en scène Noomi Rapace (trilogie Milennium), qui confirme ici l’étendue de son talent. Un premier long-métrage ambitieux, tourné dans une Islande dont la beauté glaciale est à couper le souffle.
«La majesté visuelle de Lamb, son travail angoissant sur le son, son humour à froid et son dernier virage faisant monter encore d’un cran la dinguerie de son concept valent largement le détour» (Le Point).
«Il y a dans Lamb une simplicité et une pureté qu’on ne rencontre pas si souvent aujourd’hui au cinéma. Il y a la force évocatrice du conte ici, d’un conte à contre-courant» (Le Polyester).
«Un film aussi halluciné que maitrisé» (Paris Match).


Serre Moi Fort

De Mathieu Amalric
Fiction, France, 2021, 1h37, en français, 16/16

Ça semble être l'histoire d'une femme qui s'en va.
À l’aube, elle jette un dernier œil sur son mari et ses deux enfants endormis, hésite à laisser un message sur la table de la cuisine, puis se ravise et met plutôt en évidence un paquet de céréales avant de sortir prendre sa voiture et la route. Serre Moi Fort est un bouleversant patchwork temporel pour raconter une femme qui fuit, avance, recule.
Sélectionné au Festival de Cannes, Serre Moi Fort est librement adapté de la pièce de Claudine Galea, Je reviens de loin. Pour son huitième long-métrage en tant que réalisateur, Mathieu Amalric trouve en la fascinante Vicky Krieps son plus beau double et crée un mélodrame virtuose captant les sentiments impérissables.
«Personne ne tient longtemps debout: tout tourne, se détruit, se reconstruit, rien n'est stable ni solide dans ce film qui affirme radicalement son homogénéité dans sa fragilité même» (Cahiers du Cinéma).
«Mêlant plusieurs voix, entre souvenirs d'une vie de famille et fantasmes d'une réalité parallèle, cette œuvre intime et délicate, signée Mathieu Amalric, se révèle d'une beauté et d'une précision folles» (Télé Loisirs).
«On se souvient de tout, ou presque, de ce film qui ne se raconte pas, mais qui se meurt et qui se vit. Du soulagement de savoir que face à la douleur la plus impossible, il reste toujours la folie. Au moins pour un temps» (La Septième Obsession).

RENCONTRE
Mardi 18 janvier à 20h30 en présence de Mathieu Amalric
COMPLET

SÉANCE RELAX
Dimanche 23 janvier à 16h30
Les séances «Relax» offrent un cadre bienveillant et rassurant aux personnes en situation de handicap: ouvertes à toutes et à tous, encadrées par des personnes compétentes, elles donnent la possibilité à toutes et tous de s'exprimer, d’entrer et de sortir de la salle à tout moment, de se manifester, avec un respect pour chacun et chacune.


À la vie

De Aude Pépin
DocUMENTAIRE, France, 2021, 1h18, en français, 16/16

Chantal Birman, sage-femme libérale et féministe, a consacré sa vie à défendre le droit des femmes. À presque 70 ans, elle continue de se rendre auprès de celles qui viennent d’accoucher pour leur prodiguer soins et conseils. Entre instants douloureux et joies intenses, ses visites offrent une photographie rare de ce moment délicat qu’est le retour à la maison.
Actrice notamment chez Maïwenn, Mia Hansen-Løve et Mikael Buch, journaliste pendant seize ans pour des émissions sur Canal+ et France 5, Aude Pépin propose, pour son premier film documentaire, une réflexion singulière sur la maternité et plus particulièrement le post-partum, et montre le bouleversement que représente la naissance d'un enfant dans la vie des femmes que Chantal, une héroïne du quotidien engagée et solaire, accompagne. Un film lumineux, sélectionné notamment au Festival Premiers Plans d'Angers.
«L’intensité émotionnelle de certaines séquences est inouïe. Grâce en soit rendue aux images profondément attentives et empathiques d’Aude Pépin... mais aussi, bien sûr, à l’engagement de Chantal» (Positif).
«Ce documentaire suit les dernières visites à domicile de Chantal Birman, sage-femme bouleversante d’humanité, et dresse un tableau préoccupant de la prise en charge du post-partum» (La Croix).
«Autant de maux sur lesquels la documentariste pose des images des visages et des corps, qui fissurent le mythe de la plénitude maternelle» (Le Monde).

RENCONTRE
Le lundi 31 janvier à 20h, projection en présence de la cinéaste Aude Pépin et de la principale protagoniste, Chantal Birman.
SÉANCE "JEUNES PARENTS"
Samedi 15 janvier à 15h, projection spéciale "jeunes parents" (nouveaux-nés bienvenus)

août 2022      
LMMJVSD
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
À lʼaffiche Films du mois Événements Le P'tit CityClub Ciné-seniors Billetterie Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





les films du mois