9 septembre


films du mois

16h30

Contes de juillet

De Guillaume Brac
Fiction, France, 2017, 1h10, en français, 16/16

Paris et sa banlieue. Cinq filles, cinq garçons. Deux histoires. Un jour d’été. Premier conte, « L’Amie du dimanche » : Milena et Lucie profitent d’un dimanche ensoleillé pour aller se baigner. Leur rencontre avec un agent de prévention très entreprenant met à mal leur amitié. Deuxième conte, « Hanne et la fête nationale » : Tandis que les festivités du 14 juillet battent leur plein, Hanne, étudiante norvégienne, se trouve successivement aux prises avec trois hommes.
Portés par de jeunes comédiens, deux courts-métrages à la fois insouciants et graves, qui évoquent le cinéma d’Éric Rohmer et de Hong Sang-soo, réalisés par Guillaume Brac, cinéaste français dont le CityClub avait projeté son premier long, Tonnerre, en 2013. «Ce désir de jouer ensemble, que fait mûrir le souffle estival, n’appartient pas seulement à ces personnages qui espèrent, parfois maladroitement, qu’advienne une rencontre, un contact, un moment avec l’autre: il se trouve au cœur même du cinéma à la fois léger et sérieux de Guillaume Brac» (Les Cahiers du Cinéma).
Locarno 2017, Sélection / Prix Jean Vigo 2018 / Champs-Elysée Festival 2018, Prix du jury

AVEC
Milena Csergo, Lucie Grunstein, Jean Joudé

Bio réalisateur
Diplômé de la Fémis en production, Guillaume Brac cofonde la société Année Zéro avec laquelle il réalise et produit un court-métrage Le Naufragé en 2009, puis un moyen-métrage Un monde sans femmes en 2011, primé dans de nombreux festivals en France et à l’étranger.
En 2013, il réalise son premier long métrage, Tonnerre, présenté en Compétition au Festival de Locarno. Il réalise ensuite un moyen-métrage documentaire Le Repos des braves. Après Contes de juillet dont la première partie se déroule à la base de loisirs de Cergy Pontoise, il retrouve ce décor pour L’Île au trésor, long-métrage documentaire.


Journée du cinéma
Dimanche 2 septembre à 16h30: 5.- la place


films du mois

18h30

Gámer

De Oleg Sentsov
Fiction, Ukraine, 2011, 1h32, v.o. s-t fr., 16/16

Son nom est Alex. Dans l’univers des jeux vidéo dans lequel il passe la plupart de son temps, il est connu sous le nom de Koss. Alex excelle dans un jeu de tir en ligne et est bien décidé à devenir le meilleur. Mais ses heures de jeu interminables entravent sur ses études et inquiètent sa mère célibataire, qu’il le voit grandir comme un bon à rien, à l’image de son son père absent…
Filmé lors d’un réel championnat de jeux vidéo, Gámer est le premier, et pour l’heure le seul, long-métrage d’Oleg Sentsov, réalisé avec très peu de moyens. Récompensé au festival de Rotterdam, Gámer possède également quelques éléments autobiographiques, puisqu’Oleg Sentsov était lui-même passionné d'e-sport.
Rotterdam 2012, Bright Future for talented newcomers / Sao Paulo 2012, Nomination meilleur film étranger

AVEC
Zhanna Biryuk, Alexander Fedotov, Vladislav Zhuk

BIO Réalisateur
Auteur de deux courts-métrages en 2008 et 2009, Oleg Sentsov se fait remarquer avec Gámer, un premier long-métrage réalisé avec très peu de moyens.
Le film qu’il devait réaliser ensuite, Rhino, n'a jamais vu le jour à cause de son activisme et son engagement auprès du mouvement Euromaïdan.
Il est condamné en 2015 à 20 ans de prison pour « terrorisme » lors d’un procès, dénoncé par de nombreuses instances.

SOUTIEN à OLEG SENTSOV
En plus de Gámer, projections en septembre de The Trial d'Askold Kurov.
> Toutes les infos


films du mois

20h30

Retour à Bollène

De Saïd Hamich
Fiction, Maroc, France, 2018, 1h09, en français et v.o. s-t fr., 16/16

Nassim, 30 ans, vit à Abu Dhabi avec sa fiancée américaine. Après plusieurs années d’absence, il revient avec elle à Bollène, dans le Sud-Est de la France, où il a grandi. Nassim doit alors faire face à son passé, à sa ville sinistrée, désormais gouvernée par la Ligue du Sud, à sa famille avec laquelle il entretient des relations complexes et à ce père à qui il n’adresse plus la parole...
Le premier long-métrage du producteur Saïd Hamich (Much Loved, Ni le ciel ni la terre) qui dresse le « portrait touchant d'un expatrié déraciné, sur fond de fracture sociale et politique » (Le Figaro). « Retour à Bollène est le récit lucide, précis, concis, émouvant même, d’un retour impossible et d’un impossible adieu » (Les Cahiers du Cinéma). « Un grand film politique, aussi pertinent que sensible » (Première).
Festival international du film indépendant de Bordeaux 2017, Prix Contrebandes / Festival du cinéma méditerranée de Montpellier 2017, Sélection / Festival du film de Sarlat 2017, Sélection

avec
Anas El Baz, Kate Colebrook, Saïd Benchnafa

BIO Réalisateur
Né en 1986 à Fès (Maroc), Saïd Hamich est diplômé du département production de La Fémis et lauréat de la bourse Producteur Cinéma de la Fondation Lagardère.
Il a été producteur exécutif sur plusieurs films dont Hope de Boris Lojkine et Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore. Il a produit une quinzaine de courts-métrages et plusieurs longs-métrages, dont Much Loved de Nabil Ayouch, Vent du Nord de Walid Mattar, Volubilis de Faouzi Bensaïdi. Avec Retour à Bollène, il réalise son premier film.

journée du cinéma 
Dimanche 2 septembre à 18h30: 5.- la place
novembre 2018      
LMMJVSD
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30
À lʼaffiche Films du mois Événements De 7 à 77 ans Le bar LʼAssociation Location Soutiens Presse Lʼéquipe Infos pratiques Archives Home


Sʼinscrire aux newsletters





calendrier